Nous suivre Industrie Techno

L’Onera démarre Altair, une étude sur le lancement à bas coût de petits satellites

Guillaume Lecompte-Boinet

Sujets relatifs :

, ,
L’Onera démarre Altair, une étude sur le lancement à bas coût de petits satellites

L'avion-porteur d'ALTAIR et son lanceur fusée sous le ventre

L’Office national d'études et de recherches aérospatiales (Onera) et six partenaires européens vont concocter un système de lancement de petits satellites telecom, internet ou scientifiques avec un avion porteur réutilisable. L’un des points clés du projet, qui doit être finalisé fin 2018, est le faible coût de chaque lancement.

Nom de code Altair, pour Air Launch space Transportation using an Automated aircraft and an Innovative Rocket. L’Onera et ses partenaires ont 36 mois pour définir la faisabilité et les spécifications techniques d’un système de lancement spatial semi-réutilisable. Ce projet, dont le budget de 4 millions d’euros est financé par la Commission européenne (3 millions) et par la Suisse (500 000 euros), est basé sur un lancement aéroporté de satellites allant de 50 kg à un maximum de 200 kilos, sur une orbite comprise entre 400 et 1 000 kilomètres d’altitude.

Les lancements comporteront deux phases : un avion porteur décollera avec le lanceur (fusée) et son satellite sous le ventre, puis larguera la charge à une altitude qui pourrait être comprise entre 12 et 16 km de la terre, avec une pente positive. « Ces données, altitude et angle de largage, ne sont pas encore définies. C’est précisément l’un des objectifs de l’étude », explique Nicolas Bérend, chef du projet Altair à l’Onera.

Les modes de propulsion des deux engins sont en revanche plus connus. Le lanceur lui-même utilisera un carburant hybride composé d’H2O2, qui sera à la fois moins toxique et moins polluant, selon Nicolas Bérend. L’avion porteur, qui sera spécialement conçu pour le projet Altair, sera équipé de turboréacteurs classiques achetés sur étagère, et capables de larguer le lanceur à une vitesse subsonique, comprise entre Mach 0,6 et Mach 0,8. Le constructeur du porteur pourrait être l’avionneur italien Piaggio Aero, l’un des partenaires d’Altair. Les autres membres de l'équipe sont : le français Bertin Technologies, l'espagnol GTD Sistemas de Información S.A., le Federal Institute of Technology Zurich, le NAMMO Raufoss AS (Norvège), SpaceTec Partners (Belgique) et le Centre National d'Etudes Spatiales (CNES).

Ce futur avion volera de façon automatique, avec peut-être la capacité d'évoluer dans l’espace aérien civil. Il sera en tout cas réutilisable afin de réduire les coûts des lancements. « C’est l’un des objectifs clés de ce projet et il n’y a pas aujourd’hui de système de lancement bien adapté aux tout petits satellites », note Nicolas Bérend. Le marché visé, celui des constellations de petits satellites, a pris une ampleur nouvelle avec les projets de certains géants de l’internet (OneWeb notamment). Mais l’internet pour tous n’est pas la seule cible : Altair, projet européen, vise aussi à favoriser l’accès à l’espace à des pays qui n’ont pas forcément les moyens de se payer un lancement sur Ariane.

En savoir plus sur : www.onera.fr/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Lancement réussi pour EDRS-C, le 2e satellite de l’autoroute des données spatiales

Lancement réussi pour EDRS-C, le 2e satellite de l’autoroute des données spatiales

EDRS-C, deuxième nœud du « premier réseau fibre optique de l’espace » initié par Airbus et l'Agence[…]

06/08/2019 | SpatialFibre optique
Airbus et OneWeb inaugurent leur usine de fabrication de satellites en Floride

Airbus et OneWeb inaugurent leur usine de fabrication de satellites en Floride

Avec SWOT, l'altimétrie spatiale s'intéresse aussi aux surfaces d'eau continentales

Avec SWOT, l'altimétrie spatiale s'intéresse aussi aux surfaces d'eau continentales

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles