Nous suivre Industrie Techno

L’ISSB veut créer des alternatives artificielles à l’ADN

Juliette Raynal

Sujets relatifs :

, ,
L’ISSB veut créer des alternatives artificielles à l’ADN

© DR

[Laboratoires de recherche]

Dirigé par Jean-Loup Faulon et basé au Genopole d’Evry, l’Institut de biologie systémique et synthétique (iSSB), est un laboratoire mixte universitaire créé en 2010 avec le soutien du CNRS. L’iSSB s’articule autour de cinq équipes de recherche. Parmi elles : l’équipe Xenome, fruit d’une rencontre entre Philippe Marlière et Piet Herdewijn.

Sa mission : développer des outils pour synthétiser et répliquer des acides nucléiques artificiels. Connus sous l’acronyme XNA, pour acides xéno nucléiques, ils sont composés, comme les acides nucléiques naturels (l’ADN et l’ARN), de trois parties : du triphosphate, un sucre et une paire AT ou CG. Ce qui les distingue c’est la partie sucre. Les XNA sont, en effet, obtenus par polymérisation de nucléotides ayant des parties glucidiques différentes de l’ADN et de l’ARN.

L’objectif de l’équipe Xenome est d’élaborer des molécules artificielles qui n’interfèrent pas avec les ADN ou ARN naturels. A terme, ces molécules pourront constituer, par exemple, de nouvelles sources de molécules thérapeutiques. Dépendants de molécules chimiques introuvables dans la nature, les bactéries portant les XNA ne pourront pas se maintenir en milieu naturel, limitant ainsi tout risque de dissémination de matériel génétique dans la nature ou dans le corps humain. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

La haute autorité de la santé (HAS) a statué : les tests salivaires sont à réserver aux malades[…]

A l'université de Liège, « nous allons tester au Covid-19 30 000 étudiants et personnels chaque semaine par RT-PCR salivaire », clame Fabrice Bureau

A l'université de Liège, « nous allons tester au Covid-19 30 000 étudiants et personnels chaque semaine par RT-PCR salivaire », clame Fabrice Bureau

40000 étudiants et enseignants testés 2 fois par semaine sur un campus de l'Illinois : ce dépistage du Covid-19 par tests salivaires dont se prive la France

40000 étudiants et enseignants testés 2 fois par semaine sur un campus de l'Illinois : ce dépistage du Covid-19 par tests salivaires dont se prive la France

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Plus d'articles