Nous suivre Industrie Techno

abonné

Le plus puissant IRM du monde livre ses premières images au centre NeuroSpin du CEA, à Saclay

Emilie Dedieu

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le plus puissant IRM du monde livre ses premières images au centre NeuroSpin du CEA, à Saclay

Les premières images de l'IRM à 11,7 teslas du projet Iseult ont été prises, selon la tradition, sur un légume. Ici, donc, un potimarron à 400 microns de résolution.

© CEA

L’IRM à 11,7 teslas du projet Iseult, en cours d’installation au centre NeuroSpin au CEA-Paris-Saclay depuis 2017, a livré ses premières images, diffusées le 7 octobre 2021. Fruit de vingt ans de recherche, cet appareil est le plus puissant existant destiné à l’imagerie chez l’humain.

A peine 400 microns dans les trois dimensions. C’est avec cet ordre de finesse que les chercheurs du CEA ont pu, en septembre 2021, observer l’intérieur d’un... potimarron. « Chaque laboratoire d'imagerie choisi son légume pour le premier test matériel. La première image d’un IRM en 1978 était celle d’un poivron. Il y a eu beaucoup de discussion en interne, mais avec l’approche d’Halloween, nous avons choisi le potimarron. », s’amuse Nicolas Boulin, pilote scientifique du projet.

Si les chercheurs ont pu observer avec autant de détail le cœur de cette cucurbitacée, c’est grâce à l’imageur à résonance magnétique du projet Iseult qui, avec un champ magnétique à 11,7 teslas, est le plus puissant existant à ce jour destiné à l’imagerie chez l’être humain.

Un aimant "hors-norme"

Formé par l’empilement de 170 doubles galettes de fils de niobium-titane cerclé de cuivre – plus de 180 kilomètres au total – soudées les unes aux autres avec un décalage de moins d’un millimètre, l’aimant fait cinq mètres de diamètre pour cinq mètres de long et un poids de 132 tonnes. Il est alimenté par un courant de 1500 ampères, et maintenu à 1,8 kelvins (soit -271,35 °C) par un bain d’hélium superfluide. Au centre, une étroite ouverture de 90 centimètres permet de glisser un sujet humain.

À NeuroSpin, plateforme de neuro-imagerie au CEA-Paris-Saclay, chacune des arches qui structurent le bâtiment renferme un IRM d’une puissance différence. « Nous l’appelons le couloir des aimants, indique Nicolas Boulin, la première arche renferme un IRM à 3 teslas, que l’on peut trouver dans les hôpitaux,[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La bioimprimante robotisée de Poietis prend ses marques dans les hôpitaux marseillais

La bioimprimante robotisée de Poietis prend ses marques dans les hôpitaux marseillais

Hôpitaux de Marseille et la société Poietis ont annoncé le 24 novembre avoir installé un système de[…]

« Les deeptech vont favoriser l’émergence d’une bioproduction plus réactive et plus flexible », estime Paul Kauffmann, cofondateur de MagIA Diagnostics

« Les deeptech vont favoriser l’émergence d’une bioproduction plus réactive et plus flexible », estime Paul Kauffmann, cofondateur de MagIA Diagnostics

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

Comment Owkin entraîne des modèles d'IA sans transférer les données avec le federated learning

Comment Owkin entraîne des modèles d'IA sans transférer les données avec le federated learning

Plus d'articles