Nous suivre Industrie Techno

L’Inrets se dote de nouveaux moyens à Versailles

Jean-François Preveraud
L’Inrets se dote de nouveaux moyens à Versailles

Une partie de la flotte de véhicules d'essais de l'Inrets

© DR

L’Institut de recherche sur les transports se dote d’une nouvelle plate-forme de 2 500 m² sur le plateau de Satory à Versailles. Première concrétisation du Pôle Mov’éo, il comporte de nombreux moyens d’essais, tant de laboratoire que sur véhicules tournant sur pistes.

L'Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité (INRETS) est un Établissement Public à caractère Scientifique et Technologique (EPST), créé en 1985, qui est placé sous la tutelle des ministères chargés de la recherche et des transports.

L’Inrets a trois missions de service public :
 

  • Effectuer, faire effectuer ou évaluer toutes recherches et tous développements technologiques consacrés à l'amélioration des systèmes et moyens de transport et de circulation du point de vue technique, économique et social ;
  • Mener dans ces domaines tous travaux d'expertise et de conseil, en particulier à la demande des administrations et services publics intéressés ;
  • Valoriser les résultats de ses recherches et travaux, de contribuer à la diffusion des connaissances scientifiques et de participer à la formation par et à la recherche dans le secteur des transports en France et à l'étranger.
     

Avec un siège basé à Bron (69), il emploie plus de 650 personnes, dont 10 % de doctorants et post-doctorants, réparties sur plusieurs implantations en France : Villeneuve d'Ascq (59) ; Marne-la-Vallée (77) ; Marseille (13) et Salon de Provence (13).

2 500 m² au service de la recherche

Depuis vendredi, il dispose de nouveaux locaux en région parisienne sur le plateau de Satory à Versailles (78) qui vont accueillir une partie des personnels qui étaient auparavant basés à Arcueil (92). Ces nouveaux locaux ont été inaugurés par Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Ils se situent ainsi au sein de l’un des trois sites franciliens du Pole de compétitivité Mov’éo, dont l’Inrets est l’un des membres fondateurs. Ce nouveau bâtiment est ainsi la première concrétisation de ce pôle sur le plateau de Satory.

Notons la rapidité de l’opération car le permis de construire a été déposé le 17 juillet 2008 et accordé le 24 septembre 2008. Il aura donc fallu seulement 9 mois pour construire ce bâtiment de trois niveaux qui accueillera 90 personnes sur 2 500 m², dont 1/3 de laboratoires. Le montant de l’opération s’élève à 4,5 millions d’euros, financés à parts égales par l’Etat et le Conseil général des Yvelines.

Ces nouveaux locaux abritent plusieurs unités de recherche et une unité de service :
 

  • Le LIVIC, Laboratoire sur les Interactions Véhicules-Infrastructure-Conducteurs (Unité mixte INRETS-LCPC), dont on a fêté les 10 ans à l’occasion de cette inauguration ;
  • Le LPC ; Laboratoire de Psychologie de la Conduite ;
  • Le LTN ; Laboratoire des Technologies Nouvelles ;
  • Une partie du GRETIA, Génie des Réseaux de Transport et Informatique Avancée ;
  • Le LEMCO, Laboratoire de Mesure de la Mobilité Coopérative.


Des équipements de pointe

Cette inauguration a été l’occasion de voir brièvement un certain nombre d’équipements utilisés pour les recherches. Le centre dispose ainsi d’une salle immersive de réalité virtuelle équipée d’un simulateur de conduite, pour étudier les processus psychologiques qui gouvernent le comportement du conducteur et des usagers de la route, piétons compris.

Un autre simulateur, le Sivic, est une plate-forme de simulation véhicule, infrastructure, capteur qui permet d’accélérer le cycle de développement des systèmes d’assistance à la conduite.

Nous avons aussi pu voir des bancs de caractérisation de modules semi-conducteurs et de composants de puissance entrant dans la chaîne de traction de futurs véhicules électriques, allant de la voiture au tramway. Ils servent notamment à tester les super-condensateurs sur des cycles charge/décharge reproduisant des conditions réelles de trafic, notamment urbain.

Six véhicules instrumentés, tournant sur les anciennes pistes d’essais des chars d’assaut développés ici par le précédent propriétaire, l’AMX, complètent la panoplie des moyens d’essais. L’un comporte des moyens de suivi des mouvements des yeux et de la tête en condition réelle de conduite, pour comprendre comment les conducteurs gèrent leurs interactions avec les autres usagés de la route. Un autre a été complètement équipé pour être piloté par un handicapé depuis son fauteuil roulant. L’objectif de ces véhicules est de tester de nouveaux systèmes d’assistance à la conduite active dotés d’automates agissant sur les freins, l’accélérateur et la direction ; de valider les possibilités de communication entre véhicules et avec les infrastructures ; ainsi que d’étudier l’éco-conduite.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.inrets.fr
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Comment Renault embarque des fils recyclés à bord de sa nouvelle Zoé

Pour sa nouvelle Zoé, Renault utilise un tissu produit à partir de matériaux recyclés. Le résultat d'un[…]

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Avec le bi-level equalizer, Sandrine Mubenga veut optimiser et recycler les batteries lithium-ion à moindre coût

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Comment l’usine de Zwickau s’est transformée pour produire l’ID.3, la nouvelle coqueluche électrique de Volkswagen

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles