Nous suivre Industrie Techno

L’Inrets met en place un simulateur facilement reconfigurable

Jean-François Preveraud
L’Inrets met en place un simulateur facilement reconfigurable

Etudier en laboratoire le comportement des conducteurs et des piétons.

© Immersion SAS / Inrets - Cyrille Dupont

L’institut de recherche sur les transports et leur sécurité a fait développer par Immersion un simulateur sur-mesure pouvant répondre à plusieurs usages. Son architecture modulaire, facilement reconfigurable, préfigure de futures lignes de produits standard.

L’Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité (Inrets) est un Établissement Public Scientifique et Technique qui, pour accomplir sa mission de recherche, avait besoin d'un simulateur pour l’étude de la conduite des véhicules et du comportement des piétons sur son site de Versailles-Satory (78).

Il a pour cela lancé un appel d'offre spécifiant entre autres ses exigences techniques relatives au système de rendu visuel. C’est Immersion qui a remporté cet appel d'offre et a donc réalisé un système immersif entièrement modulaire, notamment grâce aux projecteurs F22 SX+ du norvégien ProjectionDesign. Ce système visuel sera peut être le premier exemplaire d'une gamme standardisée à venir.

« Le système a été conçu et réalisé pour pouvoir être utilisé dans deux configurations : en simulation de conduite automobile et en simulation de comportement de piétons », explique Claude Fline, chargé de mission pour les équipements scientifiques sur le site de Versailles-Satory. « Le simulateur de conduite automobile nous permet d'étudier les comportements de conduite dans un environnement sécurisé. Les scénarii de trajets sont élaborés à l'avance et le sujet s'installe dans la ‘‘cabine’’ représentant le véhicule. On peut alors simuler des situations difficilement reproductibles en condition réelle. On peut également tester des dispositifs d'aide à la conduite, ainsi que des aménagements routiers avant leur implantation ».

« En configuration piéton, le simulateur permet d'étudier le comportement de sujets placés virtuellement en milieu urbain principalement, par exemple pour l'étude des stratégies de traversée de rue par des personnes âgées ».

Dix modules de projection

L'architecture matérielle et logicielle du simulateur s'appuie sur les travaux du groupe simulateur de l'Inrets, il s'agit de l'architecture logicielle SIM² et de son ‘‘cœur’’ le logiciel Archisim. Le système de rendu visuel pour ce simulateur est composé de 10 modules de projection composés chacun d'un écran et d'un vidéoprojecteur assemblés au sein d'une structure en aluminium, chaque écran rigide sert à afficher une image de 1 400 pixels de haut par 1 050 pixels de large.

Pour l'élaboration de ce simulateur, qui peut être utilisé en mode stéréoscopique active avec des lunettes CrystalEyes 3, on compte dix projecteurs dont sept ProjectionDesign F22 SX+ et trois projecteurs Digital Projection Titan SX+3D pour une visualisation stéréoscopique. 


                                 

                             La configuration en format portrait a été rendue possible
                           grâce au fait que les projecteurs ProjectionDesign F22 SX+ 
                                   peuvent s'utiliser sur la tranche sans incidence 
                                             sur la durée de vie de leur lampe.


Pour piloter le simulateur, un retour écran de chacun des modules est disponible en salle technique. Un onzième écran, relié au PC de contrôle, permet de commander l'ensemble du système. A noter également qu'Immersion a développé un logiciel de pilotage du système visuel spécifique au simulateur de l'Inrets permettant d'allumer/éteindre le système, sélectionner/éditer des modules pour les paramétrer, charger/modifier les profils en fonction de la position des modules, lancer une auto-calibration colorimétrique. Dans le but de simplifier le processus de réorganisation des modules, le système offre des fonctionnalités de ‘‘warping’’ logiciel et d'auto-calibration colorimétrique, également développées dans le cadre de ce projet.

Une reconfiguration simplifiée

Le principal intérêt de ce simulateur est la modularité de son système de rendu visuel. Les différentes configurations s'effectuent en changeant l'organisation physique des dix modules de projection, les deux configurations de base étant le simulateur de conduite automobile et le simulateur piétons. Afin d'obtenir le meilleur confort visuel possible, les modules de projection permettent de régler la hauteur de l'écran pour une immersion optimale.

« Cette réalisation est emblématique de notre savoir-faire : un système sur mesure au plus près des attentes et exigences du client. Grâce à sa modularité, ce simulateur peut répondre à des besoins différents. Nous sommes au tout début d'une offre standardisée et industrialisée », estime Christophe Chartier, président et co-fondateur d'Immersion.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.inrets.fr & http://www.immersion.fr & http://www.projectiondesign.com

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles