Nous suivre Industrie Techno

...l'innovation

Y. B. M. L. T.
Les nominés sont

Lionel Hairault

Un multicapteur de gaz portable

Surveiller la qualité de l'air ambiant et prévenir la présence de composés toxiques, telle est la finalité du détecteur de gaz portable développé par Lionel Hairault. Cinq années de recherche au sein du CEA-Le Ripault lui ont été nécessaires pour lever les verrous technologiques et finalement concevoir un multicapteur de gaz qualifié pour la détection de composés nitroaromatiques.

Ce capteur chimique à bas coût, facile à utiliser et à transporter, repose sur un système de transduction de type microbalance à quartz. L'innovation consiste à intégrer plusieurs microbalances, revêtues de différents matériaux sensibles présentant des sélectivités complémentaires afin d'augmenter la fiabilité et la sélectivité globale de la mesure.

La capacité de détection est d'une molécule de nitroaromatique parmi 10 millions de molécules d'air (0,1 ppm).

Raffi Krikorian et Pierre Hoerner

Un gant à l'épreuve des virus

L'idée d'un gant destiné à la protection du personnel soignant contre les risques de contamination virale a germé en 1993. Dix ans de collaboration entre le laboratoire mulhousien du professeur Riess et Hutchinson Santé ont été nécessaires pour aboutir à la certification en tant que dispositif médical.

Raffi Krikorian et Pierre Hoerner ont mené des travaux complémentaires pour finaliser ce projet. Le premier a soutenu sa thèse de doctorat en 2001 sur la manière de stabiliser les émulsions mises en oeuvre pour la fabrication du gant. Le second s'est penché sur l'étude des matériaux constitutifs du gant et son industrialisation. Au final, ce gant, commercialisé en 2004, est constitué d'un matériau sandwich à trois couches. La couche centrale contient un liquide désinfectant qui est dispersé sous forme de microgouttelettes sur l'objet qui a perforé le gant.

Denis Busardo

Un procédé de nitruration d'alliages d'aluminium

Chez Quertech Ingénierie, Denis Busardo et ses collègues ont développé un procédé de nitruration qui augmente fortement les caractéristiques mécaniques en surface d'alliages d'aluminium. Ils ont conçu un procédé et une machine permettant d'implanter des ions d'azote multiénergies issus d'une source ECR (Electron cyclotron resonance) sur une pièce en aluminium. Résultat : sa dureté superficielle augmente de 400 %, tandis que ses propriétés mécaniques dans la masse sont conservées. Autre atout, la température du traitement est inférieure à 120 °C. Le premier marché visé est celui des moules de plasturgie. D'autres secteurs sont aussi concernés, là où on cherche à améliorer la résistance des pièces à la corrosion, la lubrification dans des conditions extrêmes ou la dureté de composants de moteurs.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0873

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Mousses métalliques : l'acier pourrait remplacer l'aluminium

Mousses métalliques : l'acier pourrait remplacer l'aluminium

les chercheurs du CTIF et de l'École centrale de Lille ont mis au point des mousses métalliques à base d'acier moins chères et plus résistantes que[…]

01/04/2009 | MATÉRIAUXR & D
MATÉRIAU

MATÉRIAU

TÉLÉCOMS

TÉLÉCOMS

ÉLECTROMÉNAGER

ÉLECTROMÉNAGER

Plus d'articles