Nous suivre Industrie Techno

...l'innovation

Y.B. , M. L. T. , R.L.

Les nominés sont

Christophe Halopé

Procédé d'impression d'antennes RFID

L'assemblage de la puce électronique et de l'antenne est l'une des phases les plus délicates dans la fabrication d'une étiquette pour l'identification radio fréquence (RFID). En concevant une antenne RFID qui s'imprime directement sur papier, quatre ingénieurs d'ASK ont considérablement simplifié l'opération. Christophe Halopé, coordinateur du projet, s'est chargé de la partie process, Nicolas Pangaud de la conception des puces, Elias Sabah de celle des antennes et ClaudeVergier de la sérigraphie. Ils ont mis au point un procédé permettant de convertir les faibles propriétés électriques des encres argent pour atteindre des propriétés équivalentes des antennes en cuivre. Les antennes peuvent ainsi être directement imprimées sur un support papier pour produire des étiquettes RFID en grand volume en utilisant les techniques d'impression traditionnelles.

Cécile Réal

Des implants inusables en pyrocarbone

À l'origine, ce matériau a été conçu par le CEA pour le gainage du combustible nucléaire. Aujourd'hui, des milliers de personnes le portent au... poignet, au coude ou au pouce. Il s'agit du pyrocarbone, un biomatériau dont l'élasticité est très proche de celle de l'os. Créé en mai 1999, Bioprofile (Grenoble, Isère) est le seul fabricant en Europe à maîtriser la fabrication de ce matériau par décomposition d'hydrocarbures vers 1 400 °C en lit fluidisé. Les implants sont en fait des billes en graphite revêtues de pyrocarbone.

Cette technologie peut s'appliquer à toutes les articulations et donne accès à des implants "à vie". Les autres prothèses sont limitées par l'usure : elles doivent être changées tous les dix à quinze ans.

Après ces premiers implants, Bioprofile lance des produits pour la chirurgie du rachis, du pied et du genou.

Jérôme Peseux et Bruno Berge

La lentille liquide

Mettez une goutte d'eau sur une surface hydrophobe. En appliquant un courant électrique à la surface, vous modifierez le rayon de courbure de la goutte et donc sa focale optique. C'est le principe de l'autofocus à lentille liquide développé par Varioptic. Sa mise en oeuvre est rendue possible en associant à la goutte d'eau un liquide complémentaire, de l'huile, le tout enfermé dans une capsule transparente miniature. Ainsi ce dispositif s'affranchit de la pesanteur et devient utilisable comme objectif de visée optique de quelques centimètres à l'infini dans des produits ultracompacts.

Premier marché : le téléphone mobile. D'autres débouchés s'ouvrent : endoscopes, appareils photo numériques compacts, lecteurs de codes-barres, automobile...

Christophe Halopé

- Directeur R&D "process" d'ASK - 40 ans - Ingénieur de l'Escom de Paris - DEA en génie des procédés industriels à l'UTC (Compiègne)

Cécile Réal

- Présidente du directoire de Bioprofile - 30 ans - Ingénieur de l'UTC (Compiègne)

Jérôme Peseux et Bruno Berge

Jérôme Peseux - Directeur de la technologie de Varioptic - 31 ans - Ingénieur de l'Insa de Lyon Bruno Berge - Directeur de la recherche - 45 ans - Docteur en physique

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0863

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies