Nous suivre Industrie Techno

L'innovation va au-delà de la technologie

PROPOS RECUEILLIS PAR RIDHA LOUKIL rloukil@industrie-technologies.com
On réduit souvent l'innovation à une dimension technologique. Dans la réalité, elle peut toucher d'autres aspects et tend à combiner plusieurs facettes. Les innovations composites sont d'ailleurs celles qui marquent le plus le marché. Ce modèle d'innovation élargie a fait l'objet d'un rapport officiel remis en 2009 au gouvernement. Rencontre avec celle qui a codirigé sa réalisation.

IT: Votre rapport décrit une vision élargie de l'innovation. Que recouvre ce concept ?

Delphine Manceau : Aujourd'hui, l'innovation est plurielle et a plusieurs sources. On en connaît bien sûr la composante technologique. Mais elle peut également s'exprimer dans les usages. Car une innovation, qui ne crée pas d'usage pour l'utilisateur, n'attire pas de clients. Elle peut également se rapporter au modèle économique. Une innovation d'offre doit s'accompagner d'une réflexion autour de la question : qui doit payer quoi ? Le modèle gratuit sur Internet ou dans la presse dissocie l'utilisateur et le payeur de la prestation. Dans de nombreux domaines, on assiste aujourd'hui à la remise en cause du modèle traditionnel de la propriété. Personnellement, je crois beaucoup aux modèles de location ou d'abonnement comme celui du Velib ou des abonnements à des bouquets de jeu vidéo. Enfin, l'innovation peut concerner le process et l'organisation. La Swatch en est un bel exemple : c'est une innovation produit qui fait de la montre un objet de mode, mais elle s'appuie sur une innovation de process qui, grâce à la réduction du nombre de pièces et à la simplification du processus de production, permet de renouveler plus facilement les collections.

IT: Est-ce que cela veut dire qu'une innovation réussie doit réunir toutes ces dimensions ?

Pas forcément. Certaines innovations portent simplement sur l'usage ou le modèle économique, sans dimension technologique. À l'inverse, il existe des innovations technologiques sans impact sur l'usage. Le Blu-ray, par exemple, est une innovation technologique qui ne modifie pas les usages. Toutes les innovations ne sont donc pas composites. En revanche, celles qui le sont marquent davantage le marché. C'est le cas de l'iPhone. C'est une innovation technologique, avec son interface tactile Multi-Touch. C'est aussi une innovation d'usage, qui par son ergonomie a donné le véritable coup d'envoi à l'Internet mobile en simplifiant le surf sur le Net. C'est également une innovation de modèle économique avec l'externalisation du développement d'applications. Le périphérique de jeux vidéo Kinect de Microsoft est un autre exemple d'innovation avec des dimensions technologique et d'usage.

IT: Dans l'esprit des gens, l'innovation est synonyme d'invention technique. N'y a-t-il pas là une confusion ?

On a tendance en effet à confondre invention et innovation. Or ce sont deux choses différentes. L'invention résulte de la science et de la recherche et elle peut souvent aboutir à des brevets. L'innovation a vocation à être déployée sur un marché. Du fait de cette confusion, on mesure la capacité d'innovation par le nombre de brevets déposés. Or, 30 % des brevets sont inexploités en Europe : ce sont des inventions brevetées qui ne trouvent pas d'usage et ne donnent pas lieu à des innovations susceptibles d'être commercialisées. À l'inverse, on peut avoir des innovations ne correspondant à aucun brevet, par exemple dans les services ou la distribution comme le concept de distribution Carrefour Planet.

IT: Qu'est-ce qu'il faudrait remettre en cause dans l'entreprise pour favoriser l'innovation composite ?

Il faut impliquer dans le processus d'innovation divers profils et compétences, chercheurs, designers, marketing, production, achats ainsi que des financiers pour réfléchir sur le modèle économique. La multidisciplinarité est essentielle. Tout comme la proximité entre la conception et la production. Ceci remet en cause certains choix de délocalisation. Créer un produit dans un pays et le faire fabriquer dans un autre à faible coût prive souvent l'innovation de la dimension process. Apple, qui externalise toute sa production, évite cet écueil en impliquant ses sous-traitants très tôt dans le processus de conception.

Pour développer la multidisciplinarité, certaines entreprises se dotent d'une direction de l'innovation. D'autres font le choix de la centralisation en rattachant l'innovation à une direction fonctionnelle. L'important c'est de ne pas gérer l'innovation comme les autres activités. Il faut se donner du temps et accepter les prises de risque. Autre point-clé, il faut avoir une approche diversifiée du recrutement en termes de profils et d'âge. À l'inverse de la tendance en France à privilégier une homogénéité de culture pour travailler plus vite.

IT: L'ingénieur joue un rôle central dans le processus d'innovation. Faut-il remettre en cause cela ?

Une chose est sûre : il faut qu'il sache partager. Avec les gens du marketing, pour identifier les usages à apporter au client, ainsi qu'avec les spécialistes des sciences humaines, les sociologues et les ethnographes pour déceler les attentes inconscientes et les pratiques du consommateur. Ce dialogue est souvent difficile à établir, ne serait-ce qu'à cause des différences de vocabulaire. Aussi un troisième interlocuteur est-il souvent utile. Le designer, qui dispose à la fois de la connaissance technique et de la proximité avec l'utilisateur, peut jouer ce rôle catalyseur. Tout comme le service achats dans les entreprises pratiquant l'innovation ouverte, car il peut identifier les compétences disponibles à l'extérieur et qui font défaut en interne pour mener à bien le projet d'innovation.

IT: Où en est la France aujourd'hui en matière d'innovation ?

La France se place à la dixième place en Europe par sa capacité d'innovation. Autant dire que c'est moyen. Elle dispose d'une excellente culture scientifique et technologique, et investit de plus en plus dans la recherche publique et les secteurs high-tech porteurs d'avenir, notamment par le biais du Grand Emprunt. Mais elle souffre d'une déficience culturelle en matière de marketing et de design, moins valorisés que dans d'autres pays. C'est paradoxal pour un pays connu pour l'excellence de sa créativité dans le monde de la mode et du luxe. Or on ne sait pas intégrer l'univers de la création à celui de la high-tech, on les dissocie sans réaliser que l'innovation est souvent à la rencontre de ces deux univers. Globalement, la France a une vision plutôt technologique de l'innovation. On ne pense pas assez en termes d'usage et de service. Mais les choses évoluent. En témoigne l'exemple du Vélib : c'est une innovation d'usage qui modifie radicalement le rapport de l'usager aux transports urbains. On peut également citer la tente Quechua de Décathlon qui se monte en quelques secondes. C'est une innovation à la fois technologique et design qui bouleverse les usages. De nombreuses sociétés françaises, comme Gemalto, sont en train de remettre à plat leur processus d'innovation pour y inclure les dimensions service ou modèle économique.

IT: Est-ce que ce retard ne trouve pas ses racines dans notre système éducatif ?

C'est important de développer dès le jeune âge les capacités de créativité, d'inventivité et de travail en groupe. L'enseignement supérieur est organisé par spécialité, il faut veiller à le décloisonner. Plusieurs initiatives visent aujourd'hui à faire travailler ensemble les élèves des écoles d'ingénieurs, de management et de design. Il faudrait les multiplier et les renforcer, en intégrant également la dimension artistique et les sciences humaines. Car travailler avec les autres ne s'improvise pas, cela s'apprend.

SES 4 DATES

1996 Doctorat en sciences de gestion de HEC 1997 Professeur de marketing à l'ESCP Europe 2009 Remise au gouvernement du rapport « Pour une nouvelle vision de l'innovation » 2011 Directrice de l'Institut pour l'innovation et la compétitivité

L'INSTITUT POUR L'INNOVATION ET LA COMPÉTITIVITÉ

Créé en janvier 2011 par l'ESCP Europe et la Fondation Europe+, cet institut, connu aussi par le sigle i7, se veut un carrefour de réflexion, d'analyse et d'échanges autour de l'innovation. Sa mission est de promouvoir une vision élargie de l'innovation en réalisant des travaux thématiques sur des sujets tels que l'Open Innovation, la cocréation, le rôle du design, l'émergence de nouveaux business models, ou encore l'influence des brevets et de la propriété intellectuelle.

À chaque innovation, ses particularités

LE BLU-RAY C'est une innovation purement technologique. Elle se contente d'améliorer la qualité d'image en la mettant à l'heure de la haute définition. Mais elle ne modifie pas l'usage. L'utilisateur s'en sert comme il le faisait avant avec le DVD. LE VÉLIB C'est une innovation de modèle économique en rupture avec le modèle traditionnel de la propriété. Elle rend possible l'utilisation occasionnelle du vélo, sans avoir à l'acheter. L'utilisateur en paie simplement l'usage. LA TENTE QUECHUA DE DÉCATHLON C'est une innovation technologique et de design. En s'ouvrant en seulement quelques secondes, la tente devient utilisable aussi souvent que l'on voudrait, ce qui n'est pas cas avec des tentes traditionnelles. L'IPHONE C'est une innovation à trois facettes : technologique avec son interface tactile Multi-Touch, dans l'usage avec la simplification de l'accès mobile à Internet, et dans le modèle économique avec l'externalisation des applications.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0935

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La créativité à la chaîne

La créativité à la chaîne

Pleins phares sur la créativité industrialisée. Pour systématiser la mise sur le marché de biens innovants, les industriels devraient s'inspirer de[…]

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Errare tecnologicum est

Errare tecnologicum est

Faut-il manipuler le climat ?

Faut-il manipuler le climat ?

  • Nous suivre