Nous suivre Industrie Techno

« L’innovation c’est faire mieux, avec moins et autrement », Vincent Champain, GE Digital

Juliette Raynal
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« L’innovation c’est faire mieux, avec moins et autrement », Vincent Champain, GE Digital

Vincent Champain est le directeur général de GE Digital Europe et directeur de la Digital Foundry parisienne.

© DR

Chaque semaine, Industrie & Technologies donne la parole à des personnalités qui ont l'innovation dans la peau. En 12 questions, ces personnes du monde de l'industrie tirent le portrait de cette discipline. Découvrez aujourd'hui le point de vue de Vincent Champain, le directeur général de GE Digital Europe et de la Digital Foundry parisienne.

Quand on vous dit innovation, spontanément vous répondez ?

Faire mieux, avec moins et autrement.

Votre dernière rencontre avec l’innovation c’était quand et où ?

D’un point de vue personnel, c’était avec mon fils. Nous avons programmé une application avec ma montre connectée, qui permet de commander une boule à facettes. D’un point de vue professionnel, c’est tous les jours. Mais la dernière rencontre, c’était avec le spécialiste mondial des matériaux haute performance, qui se pose la question de sa transformation digitale.

Quelle innovation avez-vous dans votre poche ?

C’est une puce qui coûte 2 dollars et qui réalise 150 millions d’opérations à la seconde. Grâce à une petite batterie, elle permet de créer un hotspot. On peut se connecter dessus et y mettre des informations. Ça veut dire que si vous mettez ça sur une machine, vous pouvez la commander, vous pouvez calculer sa performance et la comparer avec toutes les machines dans le monde.

Votre innovation préférée ?

La moto électrique de Zero Motorcycle. Cette entreprise propose une moto qui a une autonomie de 200 km, qui va à 150 km/h et qui a le même couple qu’une 600 Ducati et dont le plein coûte un euros. Cela fait quatre ans que je roule avec.

Et celle que vous détestez ?

La bombe à sous-munitions.

Si vous deviez remettre le prix Nobel de l’innovation, quelle personnalité récompenseriez-vous ?

Tim Berners-Lee, celui qui a inventé l’HTLM. L’Internet existait déjà depuis 20 ans, mais il manquait le langage qui rende l’Internet utilisable. Il a apporté la plate-forme qui a permis de passer d’une innovation disruptive à une innovation, qui est largement adoptée.

Et s’il était attribué à une entreprise, laquelle choisiriez-vous ?

Pebble. Cette entreprise, c’est quelques dizaines de jeunes qui ont monté un projet sur Kickstarter. Ils ont réussi à faire une montre connectée, qui a 10 jours d’autonomie, que l’on peut programmer facilement et qui coûte 99 dollars. C’est une plate-forme cloud ouverte où il est très simple de développer des applications.

La qualité qu’il faut cultiver pour innover ?

Il faut être ouvert. C’est-à-dire qu’il faut être capable d’écouter tout le monde, son chef comme le dernier stagiaire qui est arrivé. Il faut aussi avoir de la culture. Pas au sens, avoir lu beaucoup de livres, mais être capable de comprendre les gens, de comprendre les machines et de comprendre les technologies. Et la troisième qualité c’est d’oser.  Dans le film Un taxi pour Tobrouk, quatre héros sont perdus dans le désert et passent du temps à discuter pour savoir comment sortir de cette situation. A un moment, un des héros, Lino Ventura, se lève et part. Les autres se disent alors qu’il a peut-être raison : « Un intellectuel assis va moins loin qu’une brute qui marche ! »

Quel défaut faut-il éviter ?

Le snobisme. C’est-à-dire penser que les choses et les gens se définissent par la case dans laquelle on les a mis. L’innovation c’est précisément faire changer les gens et les choses des cases. Si on est snob, on ne peut pas innover.

Citez un livre qui vous a inspiré en matière d’innovation ?

The nature of technology, de Brian Arthur. Il explique, dans l’histoire de la technologie, qu’est ce qui fait qu’à un moment une technologie s’accélère. C’est un livre remarquable.

En matière d’innovation, vous êtes plutôt…

… Start-up ou grand groupe ?

Je crois à la fois aux entrepreneurs et aux intrapreneur. Ils sont soumis à des difficultés différentes, mais celles du second ne sont pas moins grandes que celles du premier.

...Technologie ou service ?

Technologie.

...Continue ou disruptive ?

Disruptive par passion. Mais, la réalité c’est que la bonne innovation c’est l’innovation qui a un réel impact. Et l’impact, c’est le produit de l’efficacité de la solution et le niveau d’adhésion. Donc quelque chose de trop disruptif, qui ne provoque pas d’adhésion, ce n’est pas très intéressant.

Enfin, de quelle innovation rêvez-vous (pas seulement la nuit) ?

Une imprimante 3D à médicaments. Vous mettez le doigt, et la machine réalise un test sur votre génome et sur votre état de santé, puis produit le médicament qui va répondre à votre problème, sans effet secondaire. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

Vendredi, c’est l’heure de faire le bilan innovation de la semaine. Quelles sont celles qui vous ont le plus marqués sur notre site[…]

19/07/2019 | Santé3D
"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Biotechnologies : le LISBP inaugure ses nouvelles installations à Toulouse

Biotechnologies : le LISBP inaugure ses nouvelles installations à Toulouse

Antennes 5G, IA et cybersécurité, hydrogène... les innovations qui (re)donnent le sourire

Antennes 5G, IA et cybersécurité, hydrogène... les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles