Nous suivre Industrie Techno

L'ingénieur qualité : il traque les défauts

ANA LUTZKY redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

Il est souvent vu comme l'empêcheur de tourner en rond. Les ingénieurs de la production pestent parce qu'il retarde la chaîne. Les ouvriers n'aiment guère une ingérence supplémentaire dans leur façon de faire. Les logisticiens renâclent à attendre son feu vert avant de livrer... Pourtant, c'est un élément clé de l'entreprise.

LE CONSEIL DU PRO

« Après un stage chez Alstom transports, je m'occupe aujourd'hui de la qualité dans le secteur du photovoltaïque. Je dois par exemple faire l'interface entre un électricien et un couvreur. Il faut être très réactif, car les chantiers n'attendent pas. Il faut aussi veiller à un certain équilibre : nos méthodes de vérification de conformité sur toute la chaîne de valeur doivent répondre au besoin du client et assurer sa satisfaction. Mais elles ne doivent pas être trop lourdes, pour ne pas nuire à cette réactivité.»

SA MISSION

Éviter les défauts. Son métier est transversal. Il s'immisce à toutes les étapes de la production, de la matière première au produit fini en passant par les process.

Quel que soit son domaine d'intervention, il applique toujours la même démarche : celle de l'amélioration continue. Grâce à un cahier des charges très précis, il mène une « politique » de vérification d'absence de défauts, et consigne tout. Il peut s'agir d'un contrôle de conformité par échantillon, sur quelques exemplaires par carton de produits avant livraison par exemple. Face à une déficience, les solutions sont répertoriées et des statistiques sur la récurrence et la criticité du problème sont dressées, pour permettre à l'entreprise d'aller vers le moins de défauts possible.

Comme lors du problème des pédales d'accélérateurs défectueuses chez Toyota, il peut être amené à organiser une campagne de rappel de produits défectueux.

Définie par la norme Iso 9001, cette démarche qualité se décline en Iso 14 000 pour l'environnement, ou 22 000 pour l'agroalimentaire.

ET LE SALAIRE DANS TOUT ÇÀ ?

Le salaire d'un ingénieur débutant tourne autour de 28 000euros bruts par an. Ensuite, tout dépend des responsabilités : un ingénieur qualité se penchant sur les process de production devra très rapidement manager des personnes, et son salaire peut vite grimper.

QUELLES COMPÉTENCES ?

De la rigueur. Son métier est de suivre des normes pour surveiller et maintenir le niveau de qualité d'un process de production. Mieux vaut que rien ne lui échappe !

Des capacités d'écoute. À l'heure de mettre en place de nouvelles machines-outils pour éviter des défauts d'écartement de pièces ferroviaires par exemple, il doit garder en tête que les tâches des employés doivent rester satisfaisantes pour eux. La mise en place de nouveaux procédés passe avant tout par les personnes.

Des connaissances techniques assez générales. Elles seront utiles pour comprendre les problèmes qui peuvent survenir. En ce sens, chaque journée est différente : on ne s'ennuie pas !

De bonnes bases en informatique. La manipulation du logiciel Excel sera un vrai plus pour sauvegarder et mettre en place des outils simples et accessibles à tous, de gestion de la qualité.

QUELLES FORMATIONS ?

Typiquement, une formation en école d'ingénieur généraliste est la voie royale. Quelques notions de mécanique, de matériaux, de productique et d'électronique, et l'affaire est dans le sac. Dans l'usine, la gestion de la qualité nécessite en effet d'avoir engrangé des connaissances dans tous ces domaines, il s'agit de ne pas s'enfermer dans un seul domaine de spécialité.

Les écoles d'ingénieurs agroalimentaires délivrent quant à elles une formation en qualité très rigoureuse, exportable vers d'autres secteurs.

On retiendra aussi les licences de chimie, les licences professionnelles animateur des technologies de la qualité ou encore gestion de la production et de la qualité.

OÙ EXERCER SES TALENTS ?

Dans l'industrie, principalement. Certains secteurs comme le secteur hospitalier, qui cherche à éliminer tout risque de maladie nosocomiale, ou l'aéronautique, où le zéro défaut s'apparente parfois à une religion, manquent d'ingénieurs qualité. De jeunes diplômés en qualité agroalimentaire y ont par exemple facilement trouvé chaussure à leur pied ! L'industrie du luxe est également friande d'ingénieurs qualité.

L'automobile est un autre secteur très demandeur. Le secteur de l'énergie, que ce soit dans le nucléaire, l'eolien, l'hydraulique ou le thermique, est aussi un débouché traditionnel. Électroniciens de puissance, le photovoltaïque vous tend les bras !

Dans les services même, des ingénieurs qualité peuvent également être demandés pour mettre en place des méthodes garantissant que le niveau de service est toujours le meilleur possible.

ET APRÈS ?

Le management de la qualité est un domaine très vaste est très transversal. Vous pouvez tout à fait monter en grade, jusqu'à gérer toute la stratégie de management de la qualité d'un grand groupe. Vous pouvez aussi bifurquer vers l'une des fonctions que vous aurez côtoyées depuis le prisme de la qualité : fonctions de production, logistique, politique des achats, approvisionnement en matières premières...

Autre possibilité : passer dans des cabinets de conseil. Dans l'agroalimentaire, vous pouvez, par exemple, intégrer un cabinet délivrant des formations pour les PME en méthode HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point), une méthode très connue pour effectuer l'analyse des dangers et l'établissement des points critiques pour leur maîtrise.

En savoir plus ?

Qualité Online est un site d'information, d'outils, d'ouvrages et de documentation destinés tant aux novices qu'aux professionnels du management de la qualité. Attention, il est payant, mais les petites bourses pourront accéder au glossaire de la qualité très bien fait, et gratuit.www.qualiteonline.com/

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0930

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Un sens aiguisé des affaires et un solide bagage technique. L'ingénieur chargé d'affaires joue de sa double compétence pour apporter une solution[…]

01/02/2012 |
Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

Plus d'articles