Nous suivre Industrie Techno

L'ingénieur de production : il donne le tempo de la chaîne

ANA LUTZKY redaction@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

Le chef d'orchestre de la ligne de production, c'est lui. Planifier, organiser, superviser, fait son quotidien. Il est avant tout responsable d'une équipe, et doit jongler entre les aléas et les plannings à respecter.

LE CONSEIL DU PRO

« Le coeur d'une usine, c'est la production. Tous les services gravitent autour. Cela en fait une place de choix pour apprendre, et pour évoluer ensuite, dans la même branche ou l'un des services connexes. J'aime avoir une vision concrète de ce que je fais. On est aux premières loges pour voir le résultat de son travail, en temps réel. C'est un milieu très vivant où il ne faut pas hésiter à remettre en cause l'existant. Et chercher à évoluer en permanence. Dans ce métier, l'autonomie et la rigueur sont essentielles. »

SA MISSION

Diriger, dans l'atelier ou sur la chaîne d'assemblage d'une usine. En fonction des commandes, des délais et des moyens humains qui lui sont impartis, il organise le travail de ses équipes. Il établit leur programme et répartit les tâches entre chacun des techniciens.

Attentif et alerte, il contrôle en permanence l'avancement de la production, et gère les flux en amont et en aval. Il s'intéresse à la qualité, en renforçant sans cesse les contrôles visuels ou dimensionnels du produit.

Il veille aussi au respect des procédures et des règles de sécurité. Si la technique est omniprésente dans cette fonction clé de l'industrie, l'ingénieur de production joue un rôle essentiel dans le management des hommes. Il doit savoir imposer ses idées et se faire respecter.

Son activité est sans cesse interrompue par la résolution de problèmes urgents. Attention ! L'environnement industriel est parfois difficile !

ET LE SALAIRE DANS TOUT ÇÀ ?

Un jeune diplômé débute à 30 000 / 35 000 euros bruts annuels. Le salaire dépend de l'école de formation, mais aussi beaucoup du poste occupé, dont l'éventail est large, et du secteur d'activité. L'ingénieur de production dans l'agroalimentaire est moins bien payé que celui exerçant dans le domaine de l'énergie.

QUELLES COMPÉTENCES ?

Des qualités managériales avant tout. Il sait bien gérer ses propres troupes, mais aussi travailler en bonne intelligence avec les services supports que sont le process, la maintenance, l'outillage, ou la logistique. En dehors de l'urgence du quotidien, il peut animer un groupe de progrès pour faire du travail de fond.

Des connaissances techniques. De formation généraliste, il maîtrise les matériaux et la mécanique. Des connaissances qui lui permettent d'interagir avec le reste de l'usine, lorsqu'il faut gérer la maintenance quand une machine tombe en panne par exemple.

Des facultés d'organisation. Il manie aussi les outils organisationnels, pour améliorer au quotidien la productivité. Son obsession : ne pas prendre de retard sur le planning de production. Des pénalités financières peuvent s'appliquer en cas de dépassement des délais de livraison. Il doit parfois demander aux effectifs en présence de faire plus d'heures pour compenser un pépin.

QUELLES FORMATIONS ?

Les entreprises recrutent en général des diplômés d'écoles d'ingénieurs. Quelques établissements forment plus spécifiquement des ingénieurs pour l'industrie, tels les 23 institutsdes techniques d'ingénieur de l'industrie, et Grenoble INP-génie industriel (ex-ENSGI). Autres écoles souvent citées : les Mines de Nancy, l'Icam de Lille, l'IFP School pour l'énergie, les Arts et Métiers...

Des formations en alternance existent. NCM Valenciennes, par exemple, permet d'intercaler période de stage et période de formation et d'arriver sur le marché du travail en présentant une expérience non négligeable.

Après quelques années d'expérience, et en bénéficiant de la formation continue, un titulaire de bac +2 peut aussi accéder à cette fonction.

OÙ EXERCER SES TALENTS ?

Dès qu'il y a un produit à fabriquer, il faut un ingénieur de production. Conditionnement alimentaire, emboutissage automobile, packaging pharmaceutique... l'ensemble des secteurs du monde de l'industrie lui appartient.

Ceux qui aiment concevoir peuvent être embauchés pour optimiser un outil de production, améliorer la fiabilité et la productivité d'une machine-outil... voire en concocter les plans.

La plupart des postes sont situés en province. Responsable d'une fonction globale sur une production ou d'une fonction spécifique, méthodes, maintenance, logistique... la palette des variantes du métier est également large.

La dose d'urgence diffère selon le secteur : dans l'agroalimentaire par exemple, lorsque la durée de conservation des produits est courte, le travail est en flux tendu. Une laiterie UHT, où la conservation du produit est de trois mois, laisse plus de temps au travail de fond.

ET APRÈS ?

Les possibilités sont multiples : montrer en grade en devenant chef d'équipe, puis responsable de fabrication, puis directeur d'usine est l'une des voies d'évolution.

Bifurquer vers une autre fonction en est une autre : en ayant une bonne connaissance du produit, des démarches de qualité et de sécurité, il est possible d'évoluer partout. C'est une bonne passerelle vers d'autres métiers industriels (qualité, organisation, achats, maintenance, logistique), vers la recherche, l'industrialisation ou le process. Voire même vers des métiers davantage en relation avec la clientèle, comme ingénieur produit ou technico-commercial.

En savoir plus ?

Organisation et gestion de la production. Ce livre publié chez Dunod, présente les grandes fonctions de la production dans l'entreprise ainsi que les méthodes et outils qui y sont liés. L'auteur de cette 4e édition sortie en juin 2009 est Georges Javel, un ancien professeur de gestion de production de l'IUT de Nantes.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0933

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Un sens aiguisé des affaires et un solide bagage technique. L'ingénieur chargé d'affaires joue de sa double compétence pour apporter une solution[…]

01/02/2012 |
Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

Plus d'articles