Nous suivre Industrie Techno

abonné

L'industrie pétrolière mobilisée contre la corrosion

PAULINE MICHEL

Sujets relatifs :

,
La corrosion a toujours été l'ennemie de l'industrie pétrolière. Pour faire face aux conditions d'exploitation de plus en plus drastiques et à une législation environnementale stricte, les métallurgistes et les chimistes développent de nouveaux alliages, des biocides « écologiques » et des revêtements pauvres en solvant.

Externe ou interne, sous forme de piqûre ou généralisée, la corrosion est depuis toujours l'ennemie de l'industrie du pétrole. Impossible d'y échapper, elle se faufile partout et oblige les industriels de la filière à innover pour faire face à des enjeux financiers, sécuritaires et environnementaux.

Depuis une trentaine d'années la grande tendance d'exploitation est à l'off-shore, pour répondre à une demande énergétique mondiale qui ne cesse de croître, mais aussi parce que les réserves pétrolières terrestres s'épuisent peu à peu. Or forer en pleine mer, à plus de 2 000 mètres de profondeur, oblige les professionnels à construire des infrastructures de plus en plus résistantes avec des matériaux innovants. Laurent Decoret, directeur de l'innovation et des technologies sous marines au sein de la société Technip, explique que les conduites de pétrole doivent résister davantage à des contraintes de fluide corrosif, de température et de pression élevées, et surtout avoir une durée de vie d'au moins 15 à 30 ans. À 3 000 ou 4 000 mètres sous les mers, intervenir pour changer un conduit piqué s'avère plus compliqué, coûteux et non sans risque pour l'environnement.

Au problème de corrosion s'ajoute une autre contrainte technique. Les champs d'exploitation offshore nécessitent une infrastructure plus légère pour résister à la tempête, à la houle et aux conditions météorologiques en tous genres. « Impossible donc de multiplier les couches d'acier pour protéger les conduites de la corrosion marine, nous sommes obligés d'innover et de développer des matériaux légers et résistants à la corrosion, ou bien d'élaborer des additifs chimiques », argumente le responsable de l'innovation chez Technip. « Sans oublier que ces solutions doivent rester économiquement viables ».

Selon Michel Bonis, spécialiste du domaine chez Total, la lutte contre la corrosion représenterait aujourd'hui 4 à 5 % du coût des opérations.

Des alliages résistants

L'industrie du pétrole se trouve confrontée à des problèmes de corrosion externe, liés au sel et à l'eau de mer, mais pas seulement. Les phénomènes de corrosion sont aussi d'origine interne. Des gaz acides dissous dans le pétrole comme le sulfure d'hydrogène (H2S) ou le dioxyde de carbone (CO2), et de nombreuses bactéries attaquent les parois internes des conduits. Pour y remédier, plusieurs choix sont envisageables : ne pas assurer la maintenance, utiliser des matériaux non-corrodables pour la[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N° 0986

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

Reach : des webinars pour les PME

Reach : des webinars pour les PME

Prochaine échéance d'enregistrement pour le règlement Reach : le 31 mai 2013. Pour aider les PME à s'y préparer, l'Union des industries chimiques[…]

Économies de matière et d'énergie Pensez intensification

Économies de matière et d'énergie Pensez intensification

Un catalyseur pour produire moins cher de l'hydrogène

Un catalyseur pour produire moins cher de l'hydrogène

Nouveau fluide frigorigène pour la "clim" auto

Nouveau fluide frigorigène pour la "clim" auto

Plus d'articles