Nous suivre Industrie Techno

L'impression laser monte en vitesse

Philippe Pélaprat

Sujets relatifs :

,
L'impression laser monte en vitesse

© D.R.

- Les constructeurs de systèmes d'impression travaillent sur la composition de leurs toners pour faire évoluer leurs matériels et gagner ainsi en taille ou en vitesse.

Comment réduire encore la taille d'une imprimante laser pour en faire un outil de production personnel alternatif à la machine à jet d'encre ? Pour relever ce défi, Hewlett- Packard (HP) a conçu un nouveau mélange de composants chimiques dont la mise en oeuvre impacte, non seulement l'impression, mais également l'architecture de ses imprimantes laser monochromes. Les microbilles composant le toner sont plus petites que dans la formule précédente et calibrées de façon homogène, alors que leur composition (résine, cire, pigment magnétique et autres additifs) abaisse leur point de fusion. Résultat, le moteur d'impression est plus compact du fait de la température modérée du four (57 °C) qui a pu ainsi être rapproché du rouleau photosensible qui impose l'image à reproduire sur le papier. Cette réduction de taille s'est directement répercutée sur les machines de la gamme HP LaserJet P1005/1006 (14 ou 16 pages par minute pour produire 5 000 documents par mois) qui sont destinées aux petites entreprises ou à l'impression personnelle au bureau.

Absorption privilégiée des infrarouges

Dans un autre registre, Xerox annonce la "fusion flash", un procédé d'impression laser couleur pouvant porter la vitesse de production en continu jusqu'à 500 pages par minute, ce qui peut s'exprimer par une vitesse du papier de 69 mètres par minute. L'habituel four est remplacé par une rampe de lampes au xénon, disposée de façon particulière et qui produit 2 000 flashs par seconde en faisant fondre les grains du toner pour former une image au rythme de 650 pages par minute en monochrome et 493 en quadrichromie. Les poudres cyan, magenta et jaune incorporent un composant développé par les chimistes de Xerox pour absorber de façon privilégiée les rayonnements infrarouges procurant l'énergie nécessaire à la fusion. Le noir, qui absorbe toute la lumière, est appliqué en premier, les trois autres couleurs primaires étant ajoutées successivement en accumulant l'énergie au niveau requis pour faire fondre chaque couleur.

Mais le procédé fusion flash ne chauffe pas. La température de la décharge lumineuse se situe aux environs de 130 °C, mais l'éclair est tellement rapide que l'énergie est entièrement et exclusivement absorbée par le toner, ce qui permet à Xerox de qualifier sa technologie de fusion froide. De plus, cette opération s'effectue sans contact ni pression d'un rouleau. De ce fait, le papier, non chauffé, conserve son humidité, ce qui optimise la qualité de l'impression, notamment en recto verso, et réduit la concentration, le roulage et la charge du support en électricité statique. Il faut d'ailleurs noter que le procédé d'impression est valable pour toute une gamme de supports autres que le papier, comme des cartes en plastique, des étiquettes, des documents autocollants ou pelliculés ainsi que des substrats intégrant des puces radio RFID.

Xerox affirme que le procédé fusion flash est d'une grande fiabilité et qu'il améliore considérablement la qualité. Cette solution est proposée sur des machines de production à haut débit dont les premiers modèles - Xerox 490/980, imprimante couleur en continu ultrarapide, Xerox 650/1300 et Duplex 495, imprimantes monochromes en continu - seront présentés à la Drupa.

UNE FUSION FROIDE IMPRESSIONNANTE

- La Drupa (grand-messe des imprimeurs, qui se tiendra à Düsseldorf, en Allemagne, du 29 mai au 11 juin 2008) dévoilera cette machine référencée Xerox 650/1300, l'un des premiers systèmes d'impression monochrome à très haute vitesse reposant sur la technologie dite "fusion flash". Destinée aux ateliers de prépresse, aux centres de données et aux imprimeurs professionnels, elle imprime jusqu'à 1 232 images A4 recto verso par minute, vitesse de production idéale pour l'édition de livres et de manuels. Disposant d'une grande laize, la machine autorise une imposition plus souple, une impression de meilleure qualité, et réduit les coûts et le gaspillage de papier.

EN BREF

Le principe - Modifier la composition chimique du toner pour abaisser son point de fusion tout en conservant ou améliorant son pouvoir d'impression. Les avantages - La réduction de la volumétrie granulaire et de la température de fusion permet un moteur d'impression plus compact qui diminue la taille de la machine. - La modification du mode de fusion du toner accroît la vitesse d'impression.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0900

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Scanner réseau

Scanner réseau

Destiné à la bureautique dans tout type d'entreprise, ce scanner réseau s'adresse aux secteurs de la santé, finance, assurance, juridique et[…]

Imprimantes multifonctions monochromes

Imprimantes multifonctions monochromes

Écrans ultra-HD

Écrans ultra-HD

Vidéoprojecteurs

Vidéoprojecteurs

Plus d'articles