Nous suivre Industrie Techno

L'héritage ambigu

Jean-François Preveraud
La solution de l'énigme du N°933 de mai 2011

Rappel de l'énigme

Un homme se sait gravement malade et exposé à une mort rapide. Il rédige un testament pour faciliter le partage de ses biens entre ses héritiers car la situation est particulière. Sa femme est enceinte et ne va accoucher qu'après son décès. Il stipule :

  • si l'enfant est un garçon, je lègue 2/3 de mes biens à mon fils et 1/3 à ma femme
  • si l'enfant est une fille, je lui lègue 1/3 de mes biens et 2/3 à ma femme.

En fait le destin intervient pour compliquer l'application du testament : après la mort de l'homme la femme accouche de jumeaux, un garçon et une fille.

Dans ces conditions (et en faisant abstraction des lois réelles sur les successions) comment peut-on partager la fortune de l'homme en respectant ses dispositions testamentaires ?


La solution

Une façon de résoudre la situation est de remarquer que la mère doit recevoir 2 fois plus que sa fille et moitié moins que son fils.

Donc si la fille reçoit X, la mère reçoit 2X et le fils 4X.

Le notaire n'a plus qu'à diviser l'héritage en 7 parts et en attribuer 2 à la mère, 4 au fils et une à la fille.
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Innover contre le virus] Impression 3D : l’usine d’urgence

[Innover contre le virus] Impression 3D : l’usine d’urgence

Pendant l'été, Industrie & Technologies revient sur plusieurs mois de mobilisation des industriels et des chercheurs pour faire[…]

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Pallier le manque de respirateurs, des makers aux géants de l’industrie

[Innover contre le virus] Pallier le manque de respirateurs, des makers aux géants de l’industrie

[Innover contre le virus] Un début difficile pour les tests RT-PCR

[Innover contre le virus] Un début difficile pour les tests RT-PCR