Nous suivre Industrie Techno

L'explosion silencieuse des nanotechnologies

LUDOVIC FERY lfery@industrie-technologies.com
Étienne Klein livre sa vision de physicien et de philosophe des sciences sur les nanotechnologies. Leur essor semble imparable pour développer aussi bien des nouveaux matériaux que des thérapies innovantes. Mais, selon l'auteur, leur croissance doit aussi être soigneusement encadrée pour répondre aux craintes du grand public.

Quelques mois après s'être intéressé à l'infiniment grand avec son ouvrage sur l'origine de l'univers, Étienne Klein revient avec le monde infiniment petit des nanotechnologies dont les retentissements sont visibles aussi bien dans la communauté scientifique que dans la société. Fédératrices de nombreuses disciplines, institutions et industries, les nanos cristallisent aussi dans l'opinion bon nombre d'inquiétudes plus ou moins fondées : robots espions invisibles à l'oeil nu, estompement de la frontière entre naturel et artificiel, homme cyborg ou augmenté... À tel point qu'une organisation non gouvernementale canadienne a même renommé les nanotechnologies « small bang », estimant qu'il pourrait très bien s'agir d'une « réplique technologique » du big bang.

Physicien des particules, Étienne Klein apporte sa contribution de scientifique éclairé et « non partisan » au débat. En premier lieu, il s'attache à délimiter le secteur des nanotechnologies qui ne dispose pas d'une définition claire. « Alors que l'astronomie ou la physique des particules sont des domaines de la connaissance très bien définis, les nanosciences regroupent des spécialistes d'univers différents », explique l'auteur. Les appellations trompeuses sont également de la partie, à l'instar du terme « nanoparticule » qui désigne en réalité des objets un milliard de fois plus gros que les particules authentiques, tels que l'électron ou le quark. Étienne Klein rappelle qu'une des intentions du label « nano » était de séduire les politiques et les investisseurs, au départ aux États-Unis. En témoigne la flambée du préfixe « nano » dans les publications scientifiques depuis deux décennies, alors que l'angström, lui, unité dix fois inférieure au nanomètre, a quasiment disparu.

Évaluer les changements induits par les nanos

Il n'empêche. Les principes physiques inédits qui régissent l'échelle nanométrique rendent les objets de cette dimension très intéressants. Ils sont à l'origine d'applications dans des domaines aussdésamorcer totalement les inquiétudes du grand public, le physicien propose d'instaurer un observatoire afin « d'évaluer continûment les changements induits dans nos modes de vie et nos valeurs par les nanotechnologies à mesure qu'ils se feront. » De par leur capacité à « transformer le naturel », ces dernières présentent le risque de rendre les technologies encore plus imperméables à la connaissance des citoyens. Une piste intéressante pour ne pas reproduire l'échec du débat public français entrepris fin 2009 sur le sujet.

LE LIVRE

LE SMALL BANG DES NANOTECHNOLOGIES Éditions Odile Jacob, 150 pages, 17 euros

ET AUSSI

Comment fonctionnent les nanomachines ? de Louis Laurent, Bulles de science, 2010 Ce livre retrace l'histoire du monde nano depuis ses débuts en 1959, quand le prix Nobel de physique Richard Feynman estima possible de construire des objets de la taille des atomes. Le lecteur trouvera dans cet ouvrage toutes les clés pour comprendre les lois en vigueur à l'échelle du nanomètre, et dans le même temps le mode de fonctionnement des nanomachines. Microprocesseurs, assemblages moléculaires, méthodes de fabrication... Louis Laurent donne assez d'exemples pour réaliser que le nanomonde est bien réel.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0931

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La créativité à la chaîne

La créativité à la chaîne

Pleins phares sur la créativité industrialisée. Pour systématiser la mise sur le marché de biens innovants, les industriels devraient s'inspirer de[…]

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Errare tecnologicum est

Errare tecnologicum est

Faut-il manipuler le climat ?

Faut-il manipuler le climat ?

Plus d'articles