Nous suivre Industrie Techno

L'Europe accroît son soutien aux clusters

Industrie et  Technologies
Lors du 4e Forum annuel des Pôles de Compétitivité et de la Commission ministérielle qui a suivi, la Commission européenne a réaffirmé, malgré la crise, sa volonté de soutenir les Cluster et Pôles de compétitivité.


Le 4e Forum annuel des Pôles de Compétitivité vient de débuter le 13 novembre à Sophia-Antipolis (06). Il est organisé par la Fondation Sophia Antipolis en coopération avec : la Direction générale Entreprises et Industrie de la Commission européenne ; le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche ; la Direction générale des Entreprises du Ministère de l'Economie, de l'industrie et de l'Emploi ; la Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires et CDC Entreprises.

Il rassemble les principaux acteurs de l'innovation, notamment de très nombreux dirigeants de pôles de compétitivité et de clusters, venus de France et de l'Europe entière. Il a déjà permis de débattre de la meilleure politique européenne des clusters et de l'innovation.

Il s'agit d'un Forum riche dont les conclusions ont été présentées par Pierre Laffitte, président de la Fondation Sophia Antipolis aux ministres européens en charge des politiques de l'innovation et de compétitivité réunis aujourd'hui à Paris à l'initiative de Christine Lagarde, ministre français de l'Economie de l'Industrie et de l'Emploi. Puis, le 1er décembre, la Commission européenne proposera au Conseil de Compétitivité de l'Union européenne pour validation, un véritable cadre européen pour le soutien des clusters.

Viser l'excellence

Au Forum, la Commission européenne était représentée par Günter Verheugen, Vice-président chargé des entreprises et de l'industrie. Il a tout d'abord rappelé que : « les clusters font l'objet d'intenses discussions depuis 18 mois et qu'à présent il est impératif d'agir et de viser l'excellence, au-delà des efforts de recherche. La Commission n'a pas l'ambition de dicter aux Etats membres où investir et dans quels domaines. Elle souhaite simplement les conseiller dans leur politique de soutien aux clusters et d'aider les Etats membres à utiliser au mieux les instruments communautaires ».

La Commission européenne dans sa communication du 17 octobre 2008, intitulée "Vers des clusters de classe mondiale dans l'Union européenne : mise en Å“uvre d'une stratégie d'innovation élargie", a d'ailleurs souligné que : « afin de maximiser leur impact, les instruments communautaires concernés doivent être mis en Å“uvre parallèlement aux efforts régionaux et nationaux en faveur des clusters ».

La politique française des clusters, quant à elle, repose sur les pôles de compétitivité. Au cours du Forum, Luc Rousseau, directeur général de la Direction Générale des Entreprises du Ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi a présenté la phase 2 de cette initiative. L'accent va être mis sur les trois axes suivants : 

  •  - renforcer le soutien aux "start-up" afin de renouveler le tissu industriel ; 
  •  - soutenir les projets structurants tels que les "plates-formes d'innovation technologiques" (des équipements et infrastructures mutualisés) ; 
  •  - mobiliser le financement privé spécialisé.

Les clusters, définis comme des regroupements régionaux d'industries, de recherche et de services situés en un même lieu, occupent aujourd'hui une place importante dans l'économie de l'Europe. Cependant, sur les 2 000 clusters significatifs recensés, seuls 10 % d'entre eux ont un véritable impact sur le développement de leur région d'implantation en raison de leur taille et de leur expertise.

Mieux aider les PME à innover

Pour progresser, la Commission va s'appuyer sur les travaux de l'European Cluster Alliance, mais aussi constituer un groupe d'experts indépendants, l'European Cluster Policy Group, qui aura pour mission de proposer les moyens à mettre en Å“uvre, au niveau communautaire, pour soutenir les clusters. La Commission va également aider les organismes qui gèrent les clusters, à être plus efficaces dans leur soutien aux entreprises, notamment les PME pour leur permettre d'innover mieux et plus rapidement.

Si les clusters ont toujours besoin de se développer à l'international, la Commission insiste pour que les relations entre clusters débouchent sur de véritables partenariats d'entreprises. Les clusters doivent avoir une vision claire de leur futur et s'engager résolument sur la mise en Å“uvre d'une stratégie bien définie.

Malgré la crise financière actuelle, les moyens pour soutenir les entreprises des clusters existent, a rappelé Günter Verheugen à Sophia-Antipolis. L'Europe dispose de fonds structurels, du programme "Compétitivité et Innovation" et de la Banque européenne d'investissement, qui a prévu de mettre à disposition des PME, 30 milliards d'euros.

La Conférence ministérielle après le Forum

La conférence ministérielle, qui se tenait aujourd'hui à Paris a consacré, quant à elle, la stratégie européenne en matière de pôles de compétitivité et de clusters et permis aux ministres d'échanger sur les propositions en faveur de l'émergence de clusters européens de renommée mondiale que la Commission a présentées le 17 octobre 2008 et sur les résultats du Forum international des pôles de compétitivité qui s'est tenu hier à Sophia-Antipolis.

La France a une expérience forte en matière de pôles de compétitivité depuis 2005. Ils ont pour vocation de mettre en synergie l'industrie, la recherche et la formation, pour renforcer la compétitivité des entreprises par l'innovation et développer l'emploi sur les marchés à fort potentiel. Cette politique a démontré sa pertinence. Suite à l'évaluation nationale réalisée au cours du premier semestre 2008, elle a été reconduite pour 3 ans, avec une nouvelle enveloppe de 1,5 milliards d'euros. De nombreux autres pays européens ont également développé depuis quelques années des initiatives similaires en faveur des clusters, dans des contextes industriels, technologiques et institutionnels différents d'un pays à l'autre.

Passer à l'échelle mondiale

Aujourd'hui, le constat est partagé que l'Europe manque de pôles de compétitivité et de clusters de rang mondial. Les pôles et initiatives existants ont besoin de tirer profit de la dimension européenne et d'approfondir les partenariats sectoriels et technologiques. Dans une économie mondialisée, les clusters européens doivent pouvoir pleinement bénéficier du tremplin qu'est le marché intérieur. L'Union Européenne et les Etats membres peuvent favoriser leur émergence, leur excellence et leur expansion internationale par la création de cadres favorables et la mise en place d'incitations ciblées.

Les ministres évoquent leurs priorités sur des questions essentielles pour le développement de clusters de premier rang en Europe : lien entre clusters d'excellence et innovation ; rôle des différents niveaux institutionnels (Etats membres, Commission Européenne, exécutifs locaux) ; utilisation des procédures et des financements communautaires pour favoriser les projets d'innovation des acteurs des clusters ; financement des structures de gouvernance ; place des PME dans les clusters d'excellence.

La Présidence Européenne propose de s'engager sur des mesures qui pourront permettre :de faciliter l'échange de bonnes pratiques et l'apprentissage réciproque entre clusters au sein de l'UE ; de favoriser l'émergence de structures de gouvernance de qualité ; de simplifier l'accès des clusters et de leurs structures de gouvernance aux programmes et outils de financement communautaires ; de favoriser l'intégration des PME dans les clusters. Ces mesures s'inscrivent dans le cadre plus large de la politique d'innovation et sont menées en étroite coordination avec d'autres initiatives comme le Small Business Act pour l'Europe.

Les ministres arrêteront leur position sur les orientations proposées par la Commission dans sa communication lors du Conseil compétitivité du 1er décembre 2008.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.sophia-antipolis.org/ue2008/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Plus d'articles