Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

L'Eté de Jean-François Prevéraud

Industrie et Technologies
Une fois n'est pas coutume ma "semaine" va s'étendre sur une durée de deux mois, puisque j'ai choisi de vous résumer les principales nouvelles de la période estivale. Avec en prime une nette reprise du marché.

Quelques innovations

Jugez sur pièces
En cette rentrée, Jugez sur pièces est une initiative intéressante du portail CAO.fr lancé récemment par Denis Lourme. Il propose de venir assister en direct à Paris les 20 et 21 octobre aux prestations des éditeurs de Inventor, Pro/Engineer Wildfire, Solid Edge, SolidWorks et TopSolid qui plancheront sur un sujet imposé. L'objectif étant de permettre aux industriels voulant passer du 2D au 3D de se forger leur propre opinion sur les capacités réelles de ces logiciels.
Pour en savoir plus : http://www.cao.fr

 

Imax personnel chez kodak
Kodak a présenté au Siggraph un nouveau périphérique de visualisation baptisé Stereo 3D Display qui sera disponible dès octobre. Il s'agit d'une station de travail personnelle dans laquelle l'utilisateur introduit la tête. Il se retrouve alors face à une lentille sphérique, le Monocentric Optics System, qui produit une image ayant un champ horizontal de plus de 45° et vertical de 36° qui équivaut à l'image rendue par un écran de 60 pouces placé à un mètre. Ce qui fait dire à ses créateurs que l'on dispose pratiquement d'un Imax personnel. De plus, ce premier modèle, qui a une taille similaire à celle d'un écran de 21 pouces, devrait être décliné en différentes tailles.


La réelle innovation réside dans le Monocentric Optics System qui procure une image exempte de défaut offrant une définition, une brillance et un contraste élevés. De plus, l'utilisateur vient positionner ses yeux dans un masque fixe ce qui évite toute mise au point d'autant que ce moniteur est focalisé sur l'infini. Cela évite notamment la fatigue oculaire et permet un usage intensif.

Ce système fonctionne avec des stations de travail, des PC ou des Mac équipés avec des cartes graphiques standard telles les AGP G-Force4, Nvidia ou n'importe quelles cartes compatibles Microsoft DirectX, Direct 3D ou Open GL. Ces cartes fournissant les deux signaux vidéo 1280 x 1024 (SXGA) nécessaires aux deux écrans plats LCD standard de 17 pouces ayant une fréquence de balayage de 75 Hz, qui fournissent les images stéréographiques. Notons que ce système peut aussi afficher des images 2D Les applications envisagées vont de la CAO au médical, du militaire au ludique, de la communication à l'éducation.

Pour en savoir plus : http://www.kodak.com/US/en/corp/researchDevelopment/whatWeDo/ventures/autostereoscopic/index.shtml

 

Colonne Morris numérique 3D chez Hitachi
Le groupe japonais Hitachi a présenté un système de visualisation 3D développé par son Human Interaction Laboratory. Il s'agit d'une colonne d'une quarantaine de centimètres de diamètre sur deux mètres de haut au sein de laquelle l'image 3D de l'objet semble flotter dans un "aquarium" d'une trentaine de centimètres de haut. Cet effet est dû à la projection simultanée de 24 images prisent de 24 points de vue différents sur de petits écrans qui réfléchissent leur image sur un écran double face tournant à 30 tours par seconde. Il est ainsi possible de voir l'objet en 3D sans qu'il soit nécessaire d'utiliser des lunettes spéciales.


Contrairement aux techniques basées sur l'holographie, il est possible de visualiser avec ce système des images en temps réel et de les transmettre à distance. Outre la visualisation d'objets existants, il est aussi possible de visualiser des images numériques. A côté des applications informatiques, Hitachi pense aussi pouvoir trouver des débouchés dans le domaine des jeux vidéos, de l'affichage, de la communication, etc.

Pour en savoir plus : http://www.hitachi-eu.com/media/press/Hitachi3D022404final.pdf

 

Une loupe électronique pour les Reality Center
Silicon Graphics vient d'adopter la Pliable Display Technology (PDT) proposée par le Canadien Idelix Software pour faciliter la visualisation des détails des images affichées sur ses Reality Center. La PDT comporte un ensemble de logiciels qui permettent de créer une loupe électronique que l'on déplace sur l'écran du Reality Center à l'aide d'une simple souris.


A l'inverse d'une fonction zoom qui grossit une partie de l'image et fait disparaître le reste de l'affichage, la PDT permet de grossir un détail tout en gardant présent son contexte global. Le degrés de grossissement, ainsi que la forme de la loupe et de la zone de transition entre le détail et l'ensemble sont réglables par l'utilisateur. Une innovation qui trouve ses premières application dans le décryptage des images satellitaires mais des applications dans les domaines de l'imagerie médicale ou de la conception sont aussi envisagées.

Pour en savoir plus : http://www.idelix.com/index.shtml

 

Pâte à modeler numérique pour designer
Le laboratoire de réalité virtuelle de l'Université de Buffalo vient de présenter un nouveau mode de création de surfaces Nurbs destiné aux designers, baptisé Touch-based Interactive Nurbs Modeler. Il fait suite à des travaux initialisés en 2000 autour d'un gant, le CAD Modeling Glove, comportant des capteurs permettent de connaître la position et la pression des doigts au contact d'un objet réel afin de le modéliser à l'aide de surfaces Nurbs.


Cette fois les universitaires ont décidé d'utiliser ce gant en conjonction avec un bloc de clay qui se déforme sous la pression des doigts. Le tout pilote un logiciel développé en C++ qui créé les surfaces Nurbs. Le designer peut ainsi réellement modeler son objet à l'écran de la même manière qu'il le ferait dans un bloc de clay, en choisissant divers types d'outils et retrouver ainsi une interactivité avec la matière qui était fortement limitée par les outils informatiques existants

Pour en savoir plus : http://www.vrlab.buffalo.edu/projects_group_manufacturing/interactive_nurb/interactive_nurb.html

 

Du côté du business

Un réel début de reprise
Début de reprise chez la plupart des éditeurs dans le domaine de la CFAO et de la GDT. Globalement le marché aurait connu une croissance de l'ordre de 8 à 10 %, ce qui redonne confiance aux principaux acteurs pour l'ensemble de l'année 2004, ainsi que pour 2005. Voici d'ailleurs les résultats des principaux éditeurs.

Autodesk a clos un brillant deuxième trimestre fiscal 2005 fin juillet sur un chiffre d'affaires de 280 M$, en hausse de 30 % par rapport à la même période l'année passée. Une performance que Carol Bartz, CEO de l'entreprise, outre un redémarrage du marché, explique par l'engouement des utilisateurs pour ses nouveaux produits 3D (Inventor, Revit…), ainsi que par la bonne adoption de la gamme Autocad 2005.

Dassault Systèmes a connu une croissance de 6 % de son chiffre d'affaires du deuxième trimestre 2004 par rapport à celui de la même période de l'an passé, atteignant 192,5 M$. La part logiciel a connu une croissance de 5 % à 158,9 M$. Notons que l'activité GDT est en progression de 11 % et que celle liée à SolidWorks a connu une croissance de 19 %. Notons que si les ventes de licences Catia sont en hausse de 4 %, le chiffre d'affaires afférent ne connaît qu'une croissance de 2 %. Le prix moyen de licence Catia est donc en baisse.

Graitec, éditeur français spécialisé dans le domaine de l'ingénierie, annonce une croissance de 41 % de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre de cette année, celui-ci atteignant 2,2 M$.

MatrixOne a terminé son année fiscale 2005 fin juin sur un chiffre d'affaires de 109,1 M$, stable par rapport à l'exercice précédent. Par contre, le deuxième trimestre légal de l'année en cours a été clos sur un chiffre d'affaires de 30 M$ en hausse de 14 % par rapport à la même période l'année passée.

PTC enregistre sur le deuxième trimestre légal de l'année en cours, une croissance de 2 % de ses revenus, qui ont atteint 168,4 M$. A noter que les revenus issus de la GHDT Windchill sont en croissance de 12 % atteignant 46,8 M$.

SAP, l'éditeur allemand d'outils de gestion d'entreprise termine son deuxième trimestre fiscal 2004 sur un chiffre d'affaires de 1,8 milliards de dollars en hausse de 9 % par rapport à la même période l'année passée. Notons que les ventes de licences de logiciels connaissent une hausse de 15 %, atteignant 497 M$.

Tecnomatix, spécialiste des outils de conception et de gestion des process de fabrication connaît une progression de 20 % de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre 2004, atteignant 24,2 M$.

UGS, l'un des deux leaders généraliste du marché du PLM termine son deuxième trimestre fiscal 2004 sur un chiffre d'affaires de 236,2 M$, en hausse de 11 % par rapport à la même période de 2003.

Enfin, si l'on regarde des secteurs plus exotiques comme le travail collaboratif, la croissance est aussi au rendez-vous. Ainsi, le spécialiste des infrastructures Internet pour la communication interactive des entreprises WebEx Communication annonce un chiffre d'affaires de 61,1 M$ pour son deuxième trimestre fiscal 2004, en hausse de 36 % par rapport à la même période de l'an passé.

 

 Q2 2004 

 Q2 2003 

 Croissance

 Autodesk

 280,0 M$

 212,0 M$

 + 32 %

 Dassault Systèmes

 192,5 M$

 181,3 M$

 + 6 %

 Graitec

 2,2 M$

 1,6 M$

 + 41 %

 MatrixOne

 30,0 M$

 26,3 M$

 + 14 %

 PTC

 168,4 M$

 165,2 M$

 + 2 %

 SAP

 1 781, 0 M$

 1 638,0 M$

 + 9 %

 Solidworks

 37,0 M$

 31,2 M$

 + 19 %

 Tecnomatix

 24,2 M$

 20,2 M$

 + 20 %

 UGS

 236,2 M$

 212,8 M$

 + 11 %

 WebEx Communication

 61,1 M$

 44,9 M$

 + 36 %

Des analystes confiants dans l'avenir
Une tendance à la reprise que le cabinet d'études de marché américain CimData met lui aussi en avant dans l'étude PLM Market Analysis Report qu'il vient de publier.
CimData estime ainsi que le marché global du PLM (CFAO + analyse + GDT) a atteint environ 14 milliards de dollars en 2003, en croissance de 4 % par rapport à 2002. Par contre il table sur une croissance annuelle de l'ordre de 8 % pour les cinq années à venir. Ce qui conduirait à un marché global de l'ordre de 20 milliards de dollars en 2008. La GDT devrait enregistrer pour sa part une croissance moyenne annuelle de 14 %, alors que les outils de CFAO et d'analyse devraient se contenter d'une croissance de moyenne annuelle de 3 %.

Selon CimData UGS aurait été le leader du marché global du PLM en 2003 avec des revenus directs avoisinant les 1,7 milliards de dollars, suivit de très près par le couple IBM/Dassault Systèmes. Viennent ensuite PTC aux environs de 650 millions de dollars, puis SAP aux environs de 360 millions de dollars suivit par MatrixOne aux environs de 90 millions de dollars.

Toutefois, Daratech, autre cabinet d'études de marché américain, semble moins optimiste. Il annonce en effet que le marché de la GDT ne devrait connaître qu'une croissance de 1 % en 2004, atteignant 1,73 milliards de dollars. Mais il table sur un fort rebond en 2005, qui devrait conduire à une croissance moyenne annuelle du marché de 12 % jusqu'en 2008.
Daratech estime que UGS avec son offre TeamCenter représentera les plus grosses dépenses des utilisateurs en 2004 aux environs de 475 millions de dollars, suivit de très près par IBM/Dassault Systèmes à 473 millions de dollars autour de leurs offres Enovia et Smarteam. SAP viendrait en troisième position à 317 millions de dollars avec mySAP PLM suivit de PTC avec Windchill à 237 millions de dollars. Viendraient ensuite Agile et MatrixOne aux alentours de 125 millions de dollars. Notons que c'est Think3 avec ThinkTeam qui devrait connaître la plus forte croissance en 2004, aux alentours de 60 %, mais avec un montant beaucoup plus faible estimé à 25 millions de dollars.

Dans une autre étude, Daratech annonce que le marché du calcul et de la simulation pour les applications d'ingénierie devrait, de son côté, connaître une croissance de 12 % en 2004, atteignant 2,1 milliards de dollars. Une croissance qui devrait se maintenir à un niveau similaire pour les cinq années à venir. Là aussi le cabinet établit un classement des principaux acteurs.
Le leader serait MSC.Software qui générerait des dépenses utilisateurs de l'ordre de 310 millions de dollars, suivit par Ansys aux environs de 190 millions de dollars, UGS aux environs de 140 millions de dollars, LMS aux environs de 120 millions de dollars et Fluent aux environs de 100 millions de dollars. Viennent ensuite Dassault Systèmes, ESI Group et Altair Engineering aux environs de 90 millions de dollars, suivit par Moldflow puis CD Adapco.

Le poids du piratage
Mais le marché pourrait être encore plus florissant. En effet, selon la Business Software Alliance, 36 % des logiciels en service dans le monde seraient des copies illégales, ce qui représenterait un manque à gagner de l'ordre de 29 milliards de dollars pour les éditeurs. Un chiffre colossal à rapprocher de celui du marché global du logiciel estimé à 51 milliards de dollars.

L'Europe de l'Ouest serait dans la moyenne mondiale et générerait de ce fait une perte de 9,6 milliards de dollars, alors que l'Amérique du Nord serait plus respectueuse de la légalité avec un taux de piratage de "seulement" 23 %, participant ainsi pour 7,2 milliards de dollars aux pertes. Les plus mauvais élèves seraient l'Europe de l'Est avec un taux de piratage de 71 % (2,1 milliards de dollars), suivit par l'Amérique Latine avec un taux de piratage de 63 % (1,3 milliards de dollars), le Moyen Orient et l'Afrique seraient à 56 % (1 milliards de dollars), enfin la région Asie/Pacifique serait à 53 % se qui générerait une perte de 7,5 milliards de dollars.
On trouvera plus de détails à l'adresse suivante : http://www.bsa.org/globalstudy/

Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite et fin de l'activité estivale avec notamment les accords, les nouveaux logiciels et matériels, les gens qui ont bougé, et quelques nouvelles des utilisateurs.

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies, suit depuis 23 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il était jusqu'à une date récente rédacteur en chef de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

Je viens de rencontrer les dirigeants de SolidWorks à l’occasion de l’annonce de la version 2013 de leurs produits. Un rencontre[…]

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

La semaine de Jean-François Prevéraud

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

Plus d'articles