Nous suivre Industrie Techno

Le vaccin de Cansino contre le Covid-19 est « tolérable et immunogène », selon l’essai clinique de phase I

Le vaccin de Cansino contre le Covid-19 est « tolérable et immunogène », selon l’essai clinique de phase I

Le vaccin de Cansino Biologics utilise un vecteur viral à base d'adénovirus de type 5. Il est modifié pour transporter le matériel génétique qui code pour la protéine S du SARS-CoV-2.

© Pixabay / jrvalverde

Le 22 mai, l'entreprise chinoise Cansino Biologics et l'Institut de Biotechnologies de Pékin ont publié dans The Lancet les résultats de l'essai clinique de phase I chez l'humain qui porte sur leur vaccin contre le Covid-19. Basé sur un vecteur viral à base d'adénovirus de type 5, il induit la production d'anticorps - liants et neutralisants - et de lymphocytes T. Il semble toutefois moins efficace chez les personnes plus âgées ou déjà infectées par un adénovirus de type 5. Enfin, même s'ils se dissipent rapidement, les effets indésirables sont fréquents.

Le vaccin contre le Covid-19 développé par l’entreprise chinoise Cansino Biologics et l’Institut de Biotechnologies de Pékin a livré ses premiers résultats. Un article publié le 22 mai dans la revue The Lancet détaille les conclusions de la phase I de l’essai clinique chez l’humain dont le but est principalement d’évaluer les aspects liés à la sécurité du vaccin. Les chercheurs concluent que leur solution est « tolérable et immunogène 28 jours après la vaccination. La réponse humorale [ndlr : c’est-à-dire la production d’anticorps] contre le virus SARS-CoV-2 présente un pic au 28ème jour post-vaccination, et une production rapide et spécifique de lymphocytes T a été observée 14 jours après la vaccination. »

Résultats détaillés

L’essai clinique de phase I de Cansino avait démarré mi-mars, en même temps que celui de Moderna Therapeutics aux Etats-Unis. L’entreprise américaine a également communiqué des résultats intermédiaires sur son essai clinique en cours la semaine dernière. Annoncés par voie de communiqué de presse le 18 mai et qualifiés de « positifs », les résultats de Moderna sont toutefois très partiels - avec un nombre limité de patients - et peu quantifiés par rapport à l’étude détaillée publiée par Cansino dans une revue scientifique à comité de lecture.

La technologie de vaccin développée par Cansino repose sur l’utilisation d’un vecteur viral : un virus modifié – autre que le coronavirus SARS-CoV-2 – rendu incapable de se répliquer et porteur de matériel génétique codant pour la protéine S du coronavirus. Le virus utilisé ici en guise de vecteur viral est un adénovirus de type 5. Injecté dans le muscle, il met en œuvre son mécanisme d’infection des cellules et leur transmet de quoi produire la fameuse protéine S. Le système immunitaire se met ordre de marche pour produire de quoi se défendre et prévenir une nouvelle infection.

Effets indésirables chez 80 % des personnes

Mené à Wuhan, dans la province de Hubei (Chine), l’étude a inclus 108 adultes en bonne santé et non contaminés par le Covid-19, âgés de 18 à 60 ans, et répartis selon trois groupes : 36 personnes ont reçu une faible dose (5×1010 particules virales), 36 autres une dose moyenne (1×1011) et les 36 derniers une forte dose (1,5×1011).

Une conclusion notable de l’étude est que les effets indésirables sont fréquents : quelle que soit la dose, environ 80 % des personnes en ont présentés dans les sept jours qui ont suivi la vaccination. Il s’agit de douleur au niveau du site d’injection mais aussi de fièvre, maux de tête, fatigue et courbatures. « La plupart des réactions rapportées dans chacun des groupes étaient légères et modérées en termes de sévérité, tempèrent toutefois les chercheurs. Aucun effet indésirable grave n’a été relevé dans les 28 jours post-vaccination. »

Réponse humorale et cellulaire

Pour qualifier la réponse humorale induite par le vaccin, la production d’anticorps spécifiques se liant à la protéine S a été mesurée. Toutefois, ceux-ci ne permettent pas forcément de neutraliser le virus. La production d’anticorps neutralisants donc a également été analysée à l’aide de tests de neutralisation avec le SARS-CoV-2 vivant et avec un pseudovirus. Enfin, la production de lymphocytes T, qui détruisent les cellules infectées, a également été observée.

Les chercheurs constatent que le vaccin est moins efficace chez les personnes dans la tranche d’âge 45-60 ans, et également chez les personnes ayant déjà été infectées par un adénovirus de type 5. Ces virus assez communs peuvent avoir déjà infecté certaines personnes qui ont alors développé une réponse immunitaire pour se défendre contre une nouvelle infection. La production d’anticorps neutralisants et de cellules T spécifiques au SARS-CoV-2 est donc plus faible chez cette catégorie de personnes, également moins sujette aux effets indésirables.

Phase II en cours

Portant sur 500 personnes, la phase II de l’essai clinique est en cours selon les chercheurs. Elle fournira plus de détails sur l’efficacité du vaccin et inclura des personnes âgées de plus de 18 ans – y compris des personnes de plus de 60 ans. Les doses retenues sont la faible (5×1010 particules virales) et la moyenne (1×1011).

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pooling, hydrogène, avion hybride-électrique… une semaine d’innovations prometteuses

Pooling, hydrogène, avion hybride-électrique… une semaine d’innovations prometteuses

Alors que les cas d’infections au covid-19 continuent de grimper en Europe, la stratégie de dépistage adoptée par la France[…]

1000 personnes testés avec 150 tests RT-PCR du Covid-19 en 1 seule étape : la magie du pooling dopé à la théorie de l'information

1000 personnes testés avec 150 tests RT-PCR du Covid-19 en 1 seule étape : la magie du pooling dopé à la théorie de l'information

Baisser le seuil de détection des tests RT-PCR du Covid-19 pour mieux dépister les individus contagieux

Baisser le seuil de détection des tests RT-PCR du Covid-19 pour mieux dépister les individus contagieux

Pour bien commencer la semaine, AstraZeneca reprend l’essai clinique de son vaccin contre le Covid-19

Pour bien commencer la semaine, AstraZeneca reprend l’essai clinique de son vaccin contre le Covid-19

Plus d'articles