Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

L'ESA veut imprimer une base en 3D sur la Lune

Julien Bergounhoux

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

L'ESA veut imprimer une base en 3D sur la Lune

Utiliser la poussière lunaire agglomérée par fusion grâce à la lumière solaire concentrée pour créer des infrastructures.

© ESA

L'Agence spatiale européenne étudie les différentes applications possibles de l'impression 3D pour le secteur spatial. Parmi elles, un projet un peu fou sort du lot : si l'impression 3D permet d'imprimer des bâtiments entiers sur Terre, alors pourquoi pas sur la Lune ?

Plutôt que de construire une base lunaire, pourquoi pas plutôt l'imprimer ? De cette idée simple est né le projet de l'Agence spatiale européenne (ESA) de tester, avec des partenaires industriels, la possibilité d'utiliser la poussière omniprésente sur la Lune pour créer une structure habitable par l'homme. Une méthode beaucoup plus simple (et moins coûteuse) que d'envoyer tous les matériaux de construction nécessaires depuis la Terre. Les premiers tests, réalisés en 2013, furent concluants. Un bloc de démonstration d'une tonne et demi avait été produit.

L'ESA a continué depuis lors d'étudier cette technique et ses applications potentielles. Elle a par exemple mesuré la protection contre les radiations qu'offrirait une telle structure en régolithe (roche/poussière lunaire), et prévoit de tester prochainement une autre méthode d'impression 3D, qui concentrera la lumière solaire pour fusionner la poussière au lieu d'employer un agent liant.

Mais au-delà de la technologie d'impression 3D et du matériau utilisé, encore faut-il mettre au point une méthode de construction efficace. L'Agence spatiale a pour cela fait appel à Foster+Partners, une agence d'architecture renommée. Celle-ci a créé un scénario dépeignant la création d'une base lunaire dans son ensemble à l'aide de rovers équipés de pelles et d'imprimantes 3D. Le lieu choisit pour la base est le cratère Shackleton, situé au pôle sud, car il est en permanence illuminé par le soleil (fournissant une source constante d'énergie). La structure aurait la forme d'un dome, formé au départ par un habitat gonflable, puis recouvert de blocs de régolithe par les rovers en trois mois de travail continu.

Ce n'est évidemment à l'heure actuelle qu'un projet théorique, mais ces recherches pourraient réellement contribuer à la colonisation de la Lune à long terme. En parallèle de ce projet, l'ESA a réuni plus de 350 experts à son centre technique ESTEC (Pays-Bas) en octobre pour un atelier sur les applications spatiales de l'impression 3D.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Airbus et Thales voyageront vers la Lune en 2024 à bord de la troisième capsule Orion

Airbus et Thales voyageront vers la Lune en 2024 à bord de la troisième capsule Orion

L'Agence spatiale européenne a annoncé le 26 mai avoir signé un contrat avec Airbus Defence and Space (ADS) portant sur la[…]

29/05/2020 | ThalesNasa
SpaceX reporte le premier vol habité de sa capsule Crew Dragon à cause de la météo

SpaceX reporte le premier vol habité de sa capsule Crew Dragon à cause de la météo

Le microlanceur de Virgin Orbit ne va pas au bout de son premier vol orbital

Le microlanceur de Virgin Orbit ne va pas au bout de son premier vol orbital

« Un vol habité et sûr vers la Lune en 2024 est un vrai défi », selon Walter Cugno (Thales Alenia Space)

« Un vol habité et sûr vers la Lune en 2024 est un vrai défi », selon Walter Cugno (Thales Alenia Space)

Plus d'articles