Nous suivre Industrie Techno

L'éolienne de demain chez GE Energy

Thomas Blosseville
L'éolienne de demain chez GE Energy

Pour contrer l'essor des fabricants chinois, GE Energy développe les éoliennes de demain. Offshore, poids et stockage de l'électricité... Découvrez ses priorités de recherche.

A quoi ressembleront les éoliennes du futur ? A celles d'aujourd'hui, mais pas tout à fait. Elles seront plus légères, envahiront les mers et, surtout, devront palier leur intermittence. Pour concevoir les éoliennes du futur, GE Energy s'est fixé 3 priorités technologiques.

L'éolien off-shore

Comment éviter les défaillances de l'éolien offshore ? Pour percer sur ce débouché, GE Energy se concentre sur les composants de la nacelle. " Ils devront être moins nombreux, plus simples et protégés du sel marin ", prévoit Carlos Härtel, responsable recherche europe de GE. Pour l'offshore, GE Energy privilégierait ainsi la transmission mécanique directe, au lieu des classiques multiplicateurs de vitesse (pour limiter la fatigue mécanique).

Alléger l'éolienne

GE Energy renforcera aussi la résistance des pales en utilisant des composites à base de fibres de carbone. Cette solution lui permettrait aussi d'alléger l'éolienne à résistance équivalente. Pour l'instant, GE Energy cherche comment automatiser la production des composites. En attendant, une autre piste d'allègement porte sur l'intégration entre eux des composants de la nacelle. Pour les éoliennes terrestres, le générateur et le multiplicateur de vitesses pourraient par exemple être réunis en un seul élément.

Le stockage d'électricité

Mais c'est surtout dans le stockage d'électricité que GE Energy compte faire la différence. Pour palier l'intermittence du vent, il ne croit pas dans le stockage par l'hydrogène. Trop coûteux. GE Energy privilégie les procédés par air comprimé. Il vient de signer un partenariat avec le fournisseur d'électricité RWE, le centre spatial allemand et le spécialiste du BTP Zueblin pour la conception d'un premier prototype à l'horizon 2013. Un défi de taille : ce projet pilote vise une capacité de stockage de 1 GWh et de restitution électrique de 200 MW. Le principe est de comprimer l'air ambiant à 20 ou 30 bars. Sa température grimpe alors à 600°C. Refroidi, l'air comprimé est stocké dans le sol. L'air sera ensuite ressorti du réservoir sous-terrain en cas de besoin d'électricité, réchauffé, puis envoyé dans une turbine.

Le défi technologique porte sur le stockage de la chaleur. Emise lors de la compression, elle serait réutiliser lors de la détente. " Nous espérons ainsi atteindre 70 % de rendement, contre 50 % pour les procédés ordinaires ", évalue Carlos Härtel. La chaleur devrait être stockée dans un milieu poreux, qui reste à définir. GE Energy cherche aussi un compresseur, d'où la chaleur pourrait être récupérée. Dernier défi, apprendre à gérer le réservoir sous-terrain, qui sera soumis à une pression fluctuante. Autant de problématiques à résoudre pour pouvoir déployer ces éoliennes à grande échelle.

Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Hydroquest annonce la mise en service de son hydrolienne marine à double axe vertical

Le fabriquant d’hydroliennes fluviales et marines Hydroquest et Construction mécaniques de Normandie (CMN) ont annoncé le 15[…]

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Premier bilan positif pour l'éolienne marine flottante Floatgen

Premier bilan positif pour l'éolienne marine flottante Floatgen

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles