Nous suivre Industrie Techno

L'éolien prend le large en Bretagne

Industrie et  Technologies
La Sea Tech Week, la semaine des sciences et technologies de la mer, qui se tenait la semaine dernière à Brest, a été l'occasion de l'annonce de plusieurs projets dans le domaine de l'énergie éolienne off-shore.


Dans le contexte actuel du développement durable, l'énergie éolienne apparaît, parmi les énergies renouvelables, comme la technologie la plus mature. Par contre, elle suscite de plus en plus d'opposition de la part des futurs riverains des projets, qui ne veulent pas voir la qualité de leur environnement perturbée. D'où l'idée de lui faire prendre le large en implantant des éoliennes en mer.

Un type d'implantation qui présente plusieurs avantages. En effet, l'énergie du vent y est plus importante qu'à terre et l'impact visuel moindre, dès que l'on s'éloigne un tant soit peu des côtes. Mais cet éloignement se heurte actuellement à une limite technique. En effet, les fonds marins, sur de nombreuses façades littorales, notamment en Bretagne, atteignent rapidement une profondeur incompatible avec les techniques de construction actuelles, utilisables pour des fonds de 50 mètres maximum.

3,5 MW pour 60 m de haut

C'est ce qui motive le saut technologique auquel on assiste en ce moment, avec l'arrivée d'éoliennes flottantes. Ainsi le groupe néerlandais Blue H Technologies, vient de créer une filiale en Bretagne pour construire au large de Lorient (56) un premier prototype grandeur nature d'éolienne flottante en eaux profondes d'une capacité de 3,5 MW. Un second projet de 5 MW serait même déjà en cours d'élaboration. La première machine devrait mesurer 60 mètres au-dessus de la surface de l'eau pour un poids de 800 tonnes. Elle sera capable d'alimenter en électricité l'équivalent de 3 500 foyers. Notons que Blue H Technologies a déjà testé en début d'année un démonstrateur de 80 kW au large de Brindisi en Italie.

Blue H Technologies vise une zone d'implantation entre 10 et 15 miles nautiques des côtes avec des profondeurs comprises entre 50 et 200 mètres. Les avantages de ces ancrages des éoliennes plus au large sont multiples : les gisements venteux sont plus puissants et plus réguliers en haute mer ; on évite les conflits d'usage sur la bande littorale ; on supprime la pollution visuelle due au gigantisme des installations.

Un consortium français

Un autre projet a aussi été annoncé par un consortium français cette fois, il s'agit de Winflo. Issu de la volonté commune d'industriels majeurs des secteurs naval, parapétrolier et éolien, il consiste lui aussi à concevoir et développer une machine éolienne flottante économiquement compétitive, adaptée à des fonds d'une profondeur supérieure à 50 mètres. Il conduira à la fabrication d'un démonstrateur en grandeur réelle, implanté au large de la Bretagne et raccordé au réseau électrique. Ses concepteurs évoquent une structure de 65 mètres de haut dotée d'un générateur de 2,5 à 3 MW, dont le lancement interviendrait dans 28 mois, pour une phase d'essais d'un an avant son raccordement au réseau électrique.



Afin d'aboutir à un produit optimisé et compétitif au niveau mondial, il est nécessaire d'avoir une approche globale des composants du système, dont le fonctionnement est soumis aux fortes contraintes du milieu océanique. Ceci est notamment vrai pour la partie éolienne (génération d'électricité) proprement dite. Il a donc été décidé de développer conjointement une plate-forme flottante originale, son ancrage, ainsi qu'une nouvelle éolienne spécifique offshore. Le fait de maîtriser, technologiquement et industriellement, l'ensemble des éléments de la machine (plate-forme, éolienne, ancrage) est en outre un avantage concurrentiel sur ce marché où l'approvisionnement des composants et des machines est un facteur de réussite majeur.

Winflo implique des partenaires industriels et scientifiques renommés : 


  • -  Nass & Wind (Lorient - 56), le porteur du projet est un acteur majeur dans l'éolien, il possède une expérience reconnue dans le développement de sites, le financement, la construction et l'exploitation de parcs éoliens ; 
  • DCNS dispose d'une forte expérience dans la conception, la production et l'entretien de systèmes complexes navals et systèmes de propulsion, et possède la première ingénierie navale d'Europe ; 
  • Saipem, implanté en Bretagne au travers de sa filiale Sofresid Engineering (Brest - 29, Lorient - 56), est un acteur majeur dans la conception de plates-formes pétrolières et gazières ; 
  • - L'Ensieta (Brest - 29) intègre des laboratoires de premier ordre dans la recherche hydrodynamique sur les ouvrages marins et sur les comportements de matériaux vis-à-vis de la fatigue ; 
  • Ifremer (Brest - 29) est un institut de recherche, spécialiste au niveau mondial de la connaissance de la mer et développe une expertise reconnue sur les énergies renouvelables marines ; 
  • In Vivo (La Forêt-Fouesnant - 29 ) possède l'expérience et les infrastructures nécessaires aux diagnostics et analyses d'impact environnemental en milieu marin.

Les enjeux du projet Winflo sont multiples : contribuer à terme à l'approvisionnement énergétique de la Bretagne par la création de parcs éoliens offshore flottants ; lancer la France dans le domaine précurseur de l'éolien offshore flottant ; ouvrir une voie de diversification pour les industriels de la construction et réparation navale du Grand-Ouest.

Notons que le projet Winflo fait l'objet d'un dossier de labellisation qui sera présenté cette semaine au conseil d'administration du Pôle de Compétitivité Mer-Bretagne.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.bluehgroup.com & http://www.nass-et-wind.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Navette autonome, laser ultra-puissant, vie des batteries… les meilleures innovations de la semaine

Navette autonome, laser ultra-puissant, vie des batteries… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

12/04/2019 | MITToyota
Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Plus d'articles