Nous suivre Industrie Techno

L'électronique japonaise dopée par les LED

Ridha Loukil
L'électronique japonaise dopée par les LED

© D.R.

Tokyo (Japon), du 30 septembre au 4 octobre. Dans les écrans plats et dans l'éclairage, les diodes électroluminescentes sont utilisées comme moteur d'innovation.

Des écrans plats encore plus minces et plus sobres. Des systèmes d'éclairage plus écologiques et plus efficaces. Telles sont les deux grandes tendances du dernier Ceatec, le salon annuel de l'électronique au Japon. Le moteur de ces innovations réside dans l'utilisation des LED, diodes électroluminescentes.

La cure de minceur des écrans plats, inaugurée il y a un an par Sharp, JVC et Hitachi, se généralise et s'amplifie. En remplaçant, comme source de rétroéclairage des écrans LCD, les traditionnels tubes néon par des LED rouges, vertes et bleues, les constructeurs franchissent une nouvelle étape dans cette évolution. Dans le même temps, ils améliorent le contraste, la luminosité et le rendu des couleurs.

Des écrans de 15 mm d'épaisseur !

Toutes les marques japonaises de téléviseurs se positionnent sur cette technologie. Pour ses postes XS de 65 et 52 pouces, Sharp ramène l'épaisseur à 22,8 mm tout en étendant le spectre de couleurs à 150 % du standard NTSC (contre 70 % pour les écrans LCD traditionnels) et en abaissant la consommation de courant de 26 % par rapport aux modèles lancés en 2007. Ces deux produits viennent d'être commercialisés au Japon à des prix environ 25 % supérieurs à ceux des modèles précédents. Hitachi va plus loin avec un prototype de 37 pouces qui mesure seulement 15 mm d'épaisseur, mais en déportant le tuner dans un boîtier séparé raccordé sans fil à l'écran par une liaison radio UWB. La marque a adopté un design qui favorise une évacuation latérale de la chaleur vers le haut et vers le bas. Fini les traces noires sur le mur quand l'écran est suspendu comme un tableau. Le produit devrait arriver sur le marché en 2009. Par rapport au modèle mince commercialisé aujourd'hui, il réduit l'épaisseur et la consommation de moitié et le poids d'un tiers.

Une nouvelle voie : les LED organiques

Sony va encore plus loin en utilisant des LED blanches disposées aux bords de l'écran et non plus des LED rouges, vertes et bleues placées derrière le panneau. Le résultat est incroyable : une épaisseur de 9,9 mm pour l'écran ZX1 de 40 pouces. Mais au prix d'une dégradation de la luminosité, du contraste et des couleurs. Là encore, le tuner est séparé de l'écran. Les deux éléments sont reliés par une liaison radio propriétaire. Disponible au Japon depuis novembre, ce téléviseur devrait arriver en France pour Noël.

Les LED organiques sont en train de créer une troisième voie d'affichage pour la télévision : celle des écrans Oled. Inaugurée l'an dernier par Sony sur un téléviseur de 11 pouces, cette technologie est également explorée par Hitachi, Sharp, Panasonic et Toshiba. Un programme coopératif de R & D a été lancé cette année sur le sujet sous l'égide des pouvoirs publics japonais. Objectif : développer un procédé de fabrication d'écrans Oled de 40 pouces et plus à l'horizon 2010. Le nouveau prototype de 11 pouces, présenté par Sony, illustre le potentiel de cette technologie. Il mesure 0,3 mm d'épaisseur. De quoi conduire à un téléviseur de 0,9 mm, soit 10 fois plus mince que celui commercialisé par Sony.

Dans l'éclairage, le salon est, pour la première fois, envahi par des lampes à LED. Chez Toshiba ou Stanley Electric, les lampes grand public disponibles en lumière chaude ou froide vont jusqu'à 14 W (contre au maximum 10 W chez Philips). De quoi remplacer les ampoules à incandescence allant jusqu'à 100 W. Sharp propose des plafonniers professionnels dans une gamme atteignant 30 W, l'équivalent de 160 W en éclairage incandescent. Selon le constructeur, ils seraient si sobres que le modèle de 32 W offrirait une autonomie d'éclairage de 7 heures avec un petit module photovoltaïque de 160 W. Pour tous ces produits, le rendement lumineux varie de 50 à 65 lm/W.

Les Japonais sont également actifs dans l'éclairage Oled. La société Lumiotec, créée en mai 2008 par Rohm, Mitsubishi Heavy Industries, Toppan Printing, Mitsui et Junji Kido, se consacre à ce développement. Son prototype de 150 mm de côté fournit une luminance de 5 500 cd/m2 sur 10 000 heures, soit nettement mieux que les 1 000 cd/m2 sur 5 000 heures obtenues par Osram et Philips dans le cadre du projet européen Olla. Le rendement lumineux reste cependant deux fois inférieur à 20 lm/W. La société cherche à l'améliorer en vue d'une commercialisation en 2010.

Rohm, qui a racheté en décembre 2007 Imes, l'un des spécialistes de l'éclairage Oled au Japon, continue néanmoins à mener ses propres travaux sur le sujet. Sa tuile prototype de 40 mm de côté affiche une luminance record de 100 000 cd/m2 en mode flash et 4 000 cd/m2 en continu. Une chose est sûre : les Japonais voient dans l'innovation par les LED un avenir lumineux.

INNOVATIONLES ÉCRANS PLASMA AU RÉGIME

Après le retrait de Pioneer puis de Hitachi, Panasonic reste le dernier fabricant d'écrans plasma au Japon. Sa nouvelle technologie NeoPDP met ces écrans au régime. Par rapport aux écrans plasma actuels, elle double l'efficacité lumineuse. De quoi diviser par deux la consommation d'énergie, simplifier l'électronique et réduire l'encombrement. Les prototypes de téléviseurs de 42, 46 et 50 pouces affichent une épaisseur de 24 mm. Panasonic attend la mise en service de sa nouvelle usine d'écrans plasma en 2009 pour commercialiser cette technologie.

VU AU SALON

Record de vitesse d'impression La tête d'impression à jet d'encre de Kyocera porte la vitesse à un record de 150 m/min, contre au maximum 100 m/min aujourd'hui. Cette technologie s'adresse aux imprimantes d'entreprise.

Le téléphone mobile vidéoprojecteur Grâce à la technologie DLP de Texas Instruments, ce prototype de NTT DoCoMo projette des images sur un écran de 20 pouces de diagonale. Il reste à résoudre des problèmes d'encombrement et de consommation. Produit commercialisé dans quatre à cinq ans.

Le vidéoprojecteur 8K4K Ce prototype de JVC offre une résolution d'image record de 8 192 x 4 320 pixels, 16 fois supérieure à la télé à haute définition. Il utilise un micro-écran D-ILA (la technologie LCos propriétaire de JVC) de seulement 1,75 pouce.

Une caméra ultrarapide Construite par Hitachi pour la NHK, elle saisit les séquences les plus rapides à une vitesse atteignant 1 million de trames par seconde. Elle bénéficie d'un capteur d'images de 300 000 pixels, 10 fois plus sensible que les capteurs traditionnels, fabriqués par le canadien Dalsa. Sur le marché en 2009.

Mémoire MRam de 16 Mbit Elle est présentée par Toshiba. La seule MRam disponible aujourd'hui est proposée par Freescale pour une capacité de 4 Mbit. Toshiba vise 1 Gbit en 2011.

Et aussi

Le téléphone mobile qui fait office de clé électronique de voiture. Développé par Sharp, il communique avec le véhicule par radio à 314,8 MHz. Il sera commercialisé en 2009 par NTT DoCoMo pour les voitures de Nissan. Le téléphone mobile de Fujitsu qui reconnaît la couleur. Utile pour les malvoyants. - Le téléviseur de Toshiba animé par la puce Cell. Grâce à la puissance phénoménale de calcul de ce processeur, il est possible de gérer jusqu'à 48 flux vidéo simultanés sur l'écran. Le produit sera commercialisé en 2009. - La diode laser verte de Rhom, le chaînon manquant dans les diodes laser. Le prototype actuel offre une longueur d'onde de 520 nm. Objectif : du vert vraiment vert à 488 nm en 2009.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0905

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

TÉLÉCOMS

Focus

TÉLÉCOMS

La ligne téléphonique en cuivre monte en débitFace à la fibre optique, la traditionnelle ligne téléphonique en cuivre résiste. En combinant six paires[…]

01/04/2009 | AlertesR & D
ÉLECTROMÉNAGER

Focus

ÉLECTROMÉNAGER

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Plus d'articles