Nous suivre Industrie Techno

L’électronique du futur se lance à Grenoble

Industrie et Technologies
Les 9 et 10 février sera lancé à Grenoble le réseau d'excellence européen Sinano (Silicon-based Nanodevices). Fort de 41 partenaires de 16 pays européens et d'un budget de 10 millions d'euros il vise à la mise au point

Ce projet développé dans le cadre du 6e PCRDT concerne les dispositifs micro et nanoélectronique silicium (composants CMOS ultimes et les nanostructures post-CMOS). Il est coordonné par Francis Balestra, directeur de recherche au CNRS, directeur de l'Institut de microélectronique, électromagnétisme et photonique (CNRS/INP Grenoble/Université Grenoble 1).

Selon le CNRS, le programme Sinano 'permet à la France et à l'Europe de jouer un rôle leader dans le domaine de la nanoélectronique du futur : un enjeu industriel et économique majeur pour l'avenir.'

Sinano est basé sur des objectifs pluridisciplinaires à long terme qui pourraient conduire à une révolution dans les technologies électroniques, car il permettra une intégration des composants CMOS et des dispositifs émergents post-CMOS pour la logique et les mémoires à l'échelle nanométrique.

'Le projet Sinano se situe à la convergence de nombreuses sciences et technologies. Il en a la dimension et associe les compétences nécessaires pour relever les défis relatifs à la réalisation de nano-dispositifs innovants. Ces composants, d'une dimension de l'ordre du milliardième de mètre intégrés dans des circuits en contenant des centaines de milliards, seront les briques de base de l'électronique ultime pour laquelle l'Europe a tous les atouts pour lui permettre d'être en pôle position', commente Francis Balestra.

Ces recherches permettront notamment une augmentation substantielle des performances et de l'intégration des circuits dans les domaines des sciences et technologies de l'information et de la communication. Elles sont au cœur des applications futures pour les microprocesseurs, les téléphones mobiles et les ordinateurs portables de demain.
 
41 partenaires de 16 pays européens, représentant les principaux acteurs universitaires et industriels de ce secteur, vont travailler ensemble durant trois ans. Il s'agit d'une collaboration sans précédent en Europe dans ce domaine.

 Sinano intègre en particulier les principales capacités scientifiques et les plates-formes de technologie et de caractérisation existant dans les universités et les centres de recherche européens. 300 chercheurs sont impliqués dans le projet Sinano qui est doté d'un budget de 10 millions d'euros. 
 
 Franck Barnu
(Source CNRS)

Pour en savoir plus
- Voir http://www2.cnrs.fr/presse/communique/399.htm

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La simulation multiphysique, un atout pour les micro et nanotechnologies

Publi-information

La simulation multiphysique, un atout pour les micro et nanotechnologies

Estimé à 500 milliards d’euros en 2025, le marché des micro et nanotechnologies est en plein essor. Pour surmonter les[…]

10/09/2021 |
Un composite superhydrophobe formé en une étape unique

Fil d'Intelligence Technologique

Un composite superhydrophobe formé en une étape unique

« Nous construisons nos nanoparticules multifonctionnelles brique par brique à l'échelle atomique », avance Jérémy Paris, CEO de SON

« Nous construisons nos nanoparticules multifonctionnelles brique par brique à l'échelle atomique », avance Jérémy Paris, CEO de SON

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

Plus d'articles