Nous suivre Industrie Techno

Fil d'Intelligence Technologique

L'électronique de puissance dans les starting-blocks

L'électronique de puissance dans les starting-blocks

© CEA/LETI

Pendant l'été, nous revenons chaque jour sur une innovation repérée et décryptée par la rédaction dans son service de veille techno quotidien, le Fil d'Intelligence Technologique.

Substituer le silicium dans les composants d'électronique de puissance en misant sur leurs équivalents en nitrure de gallium : c'est l'enjeu du projet MeGan, repéré dès la fin de l'année 2012 par la rédaction d'Industrie & Technologies.

Les semi-conducteurs au nitrure de gallium (GaN) sont de plus en plus étudiés. Ils pourraient disputer l’hégémonie du silicium dans le secteur de l’électronique de puissance. Avec les quinze partenaires du projet, Renault étudie jusqu'en 2017 la substitution  des composants d'électronique de puissance par leurs équivalents en nitrure de gallium (GaN). La production de tranches de 200 millimètres de GaN en conditions industrielles est testée à Grenoble, sur une ligne pilote du CEA Leti, grâce à des machines de déposition de silicium reconverties.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un avenir sans compromis pour les transistors à haute puissance

Fil d'Intelligence Technologique

Un avenir sans compromis pour les transistors à haute puissance

Concevoir un transistor est souvent affaire de compromis. La diminution de la résistance pour réduire les pertes d’énergie[…]

07/04/2021 | Transistor
[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

[Portrait] Fabrice Semond, le chercheur qui façonne les surfaces de silicium atome par atome

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

Fil d'Intelligence Technologique

Des transistors en phosphore noir pour déguiser les puces électroniques face aux hackers

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

« Nous souhaitons diviser par cinquante les coûts de la technologie RFID », avance Etienne Perret (Grenoble INP)

Plus d'articles