Nous suivre Industrie Techno

L'électricité pilotée en temps réel

THOMAS BLOSSEVILLE tblosseville@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
ERDF lance le déploiement en France de ses compteurs électriques communicants. Des télécoms à l'informatique, ce projet pilote doit valider les premières technologies pour contrôler les électrons en temps réel. Domotique, délestage, déploiement des énergies renouvelables... À la clé, le réseau électrique de demain.

Yaura-t-il un jour des voitures électriques dans toutes les rues et des panneaux solaires sur tous les toits ? Peut-être. Seule certitude, pour assumer un tel cas de figure, le réseau électrique entame une mue sans précédent. Ce mois-ci, ERDF, qui distribue l'électricité sur 95 % du territoire français, lance le déploiement de 300 000 compteurs communicants. Cette phase pilote, à Lyon et en Indre-et-Loire, pose les bases du futur réseau électrique français.

L'objectif de cette révolution technologique est de suivre en temps réel la soif énergétique des Français pour mieux la gérer. Aujourd'hui, le relevé des compteurs est trop peu fréquent (tous les six mois à un an). Demain, les compteurs communicants transmettront chaque jour à ERDF la consommation d'électricité mesurée toutes les dix minutes. Ce suivi quotidien doit permettre de lisser les pointes de consommation, pendant lesquelles la France importe de l'électricité souvent issue de centrales à charbon. Traduction : le consommateur s'adaptera à l'énergie disponible, et non plus l'inverse.

Pour cela, la mémoire des compteurs a été dopée. Jusqu'à présent, seules deux informations pouvaient être enregistrées (la consommation pendant les heures pleines et les creuses, par exemple). Désormais ce sera dix. Pour leur tarification, les fournisseurs d'électricité segmenteront plus finement la journée, et inciteront financièrement les consommateurs à étaler leur demande en dehors des heures de pointe.

Favoriser la gestion intelligente des bâtiments

« Cette mémoire étendue nous permettra aussi de gérer les sources d'énergie renouvelables, comme le photovoltaïque. En plus de la consommation, le compteur transmettra la production locale d'électricité », ajoute François Blanc, directeur du projet chez ERDF. Toutes ces données seront communiquées à ERDF par courants porteurs en ligne (CPL), jusqu'aux transformateurs basse/moyenne tensions, puis par GPRS. « Entre les deux, elles auront été concentrées, par paquets, au niveau des transformateurs pour faciliter leur transmission », précise Pierre Marlard, spécialiste du sujet chez Atos Origin, l'intégrateur du projet.

Pour la phase pilote, la liste des fabricants retenus par ERDF est arrêtée (Landis+Gyr, Itron et Iskra pour les compteurs). Mais, pour la suite, tout reste ouvert. Les industriels concernés mobilisent donc leur R&D. Sagemcom, notamment, défend le CPL de troisième génération, où le signal est modulé sur 35 fréquences au lieu de deux. « Cette technologie encore expérimentale devra d'abord prouver sa fiabilité », prévient Alain Moreau, le directeur de Trialog, spécialiste de l'informatique embarquée communicante et membre du projet pilote. L'enjeu : faire grimper le débit entre 5 et 30 kbit/s, contre 2,4 aujourd'hui. Areva T&D développe « un limiteur de courant utilisant la supraconductivité », dévoile Gerhard Seyrling, vice-président innovation et performance. L'objectif : augmenter les puissances électriques transportées de 20 à 30 % avec des matériaux dont la résistance change avec la température.

« Le compteur communicant favorisera aussi la gestion intelligente des bâtiments », précise de son côté Claude Ricaud, le directeur innovation de l'activité Power de Schneider Electric. En Bretagne, un projet d'expérimentation a démarré en décembre. Edelia, une filiale d'EdF, y teste des réseaux de capteurs dans près d'un millier de foyers. Installés sur les appareils électriques, ils doivent minimiser la consommation du bâtiment. À terme, pendant les périodes de pointe, celle-ci pourrait même s'adapter aux disponibilités du réseau, grâce au délestage. En clair, en cas de pic de consommation, certains appareils pourraient être tout simplement déconnectés. La première version des compteurs communicants prévoit cette option mais ne possède qu'un seul interrupteur pour allumer ou éteindre un appareil. Mais, dans sa version définitive, ERDF envisage d'en mettre sept. Question : si le délestage se développe, qui aura le pouvoir de couper le courant ? Nul doute qu'industriels et associations de consommateurs risquent de s'affronter sur ce terrain.

UN PROJET CONSÉQUENT

Le déploiement des compteurs communicants dans toute la France devrait se dérouler de 2012 à 2017 : 35 millions de compteurs, à terme, à remplacer 4 milliards d'euros d'investissement au total, dont 50 % pour la pose des compteurs 2011, bilan des premières expériences

LES TROIS VISAGES DU RÉSEAU DU FUTUR

Fini la production centralisée d'une électricité consommée à volonté. Les spécialistes de la distribution se préparent à l'évolution du panorama énergétique en esquissant un réseau électrique en trois dimensions.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0920

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Enedis se mobilise après le passage d'Irma

Le +. RéactivitéLes 6 et 7 septembre, l'ouragan Irma ravageait les îles antillaises de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Face à l'ampleur des dégâts,[…]

01/10/2017 | TENDANCES
Du graphène pour les piles à combustible

Du graphène pour les piles à combustible

La pérovskite enflamme les recherches sur le photovoltaïque

La pérovskite enflamme les recherches sur le photovoltaïque

Des fondations gravitaires pour les éoliennes

Des fondations gravitaires pour les éoliennes

  • Nous suivre