Nous suivre Industrie Techno

L'automobile fait un pas de plus vers la sécurité active

Thierry Mahé

Sujets relatifs :

,
Faisant le lit de la véritable sécurité active, l'électronique embarquée enrichit le contexte sensoriel du conducteur.

Les dernières Citroën, dont la C6, ont fait sensation, entre autres, par leur système d'alerte au franchissement de ligne blanche Afil, codéveloppé avec Valeo. Il met à profit des faisceaux infrarouges à l'avant du véhicule et tient compte, bien sûr, de l'état du clignotant. L'alerte est donnée, comme on sait, par un vibreur placé dans le siège. Car c'est toujours la grande question lorsque le véhicule "voit" quelque chose en lieu et place du conducteur : comment lui signaler sans être par trop intrusif ? Ainsi un dispositif anti-endormissement intervenant en fanfare pourrait-il susciter un coup de volant plus dangereux qu'un choc avec la glissière. La tendance est au retour tactile (ou "haptique") plutôt que sonore ou visuel. Aussi TRW raccorde-t-il son système d'anti-franchissement à un vibreur, cette fois sur le volant.

Ces systèmes de sécurité "semi-active" (ils ne prennent pas le volant, ni ne freinent à votre place) sont depuis une bonne décennie dans les cartons des équipementiers. Il faut croire qu'aujourd'hui, les constructeurs jugent que le marché est prêt.

Détection des piétons par infarouge

Les systèmes d'alerte au franchissement de ligne vont ainsi être foison. L'américain Delphi propose une alerte de dérive, mais basée sur une caméra vidéo pour scruter le champ jusqu'à 35 mètres devant le véhicule. La vidéo autorise une analyse d'images plus fine, partant plus pertinente et plus prédictive. Ce système détecte tout changement de ligne impromptu, mais son estimation n'est pas ponctuelle. Elle s'affine en fonction de l'historique du "film" qui a précédé, de la vitesse, du taux de lacets. Aussi, le dispositif s'affranchit d'un rétrécissement de chaussée ou de la présence d'objets le long de l'accotement.

La vision infrarouge de nuit que, après Mercedes, BMW étrenne dés cette année sur sa Série 7 est un autre de ces accessoires en plein boom. Elle détecte sur une distance jusqu'à 300 mètres la présence d'êtres à sang chaud. Les systèmes les plus précis pour la détection de piétons ou d'animaux errants seront, avant la fin de la décennie, des systèmes actifs dans l'infrarouge "large" bande. Cette technique héritée de l'armée offre une véritable image, support aux algorithmes d'analyse numérique (Siemens VDO).

Autre technologie fin prête, l'aide au maintien des distances de sécurité, éventuellement couplée à un régulateur de vitesse. La plupart des solutions disponibles mettent à profit un radar. L'allemand Hella se démarque par l'usage d'une technologie Lidar, plus compacte et offrant une vision lointaine jusqu'à 200 mètres. L'aspect prédictif de ces capteurs sera bien sûr mis à profit pour diminuer l'impact d'un choc éventuel, par exemple en rétractant les ceintures de sécurité.

Le danger ne vient pas que de devant ! D'où une pléthore de techniques qui bardent le véhicule de radars. Dans le pare-chocs arrière (pour avertir qu'une voiture "colle" ou va dépasser) et même latéralement comme l'illustre Valeo. Ce dernier défend une architecture à 7 faisceaux configurables (24 GHz, bande étroite, d'origine Raytheon) balayant un angle de 150°. Toute voiture venant de l'arrière ou du côté, ou stagnant dans l'angle mort, donne lieu à une alerte.

La percée de ces outils de perception augmentée n'est qu'une étape vers la sécurité active. Un système d'alerte au franchissement de ligne ne demande en effet qu'à se transformer en automatisme de maintien de cap. Ce que propose d'ailleurs déjà TRW, spécialiste de l'électronique dans le châssis.

EN BREF

Nos prochains (ou présents) accessoires de conduite - Alerte au franchissement de ligne blanche - Vision de nuit augmentée - Respect (assisté) des distances de sécurité et prévention des collisions - Vision "grand angle" (recul et angle mort) - Détection de l'endormissement

LA VISION DE NUIT SELON BOSCH

La toute nouvelle Class S de Mercedes dispose d'une vision nocturne développée par Bosch. Le Night Vision est un dispositif dit "infrarouge actif" parce qu'il émet un faisceau, exactement comme un projecteur, mais dans une gamme de spectre invisible. L'objectif est simple : voir trois fois plus loin (150 m) qu'avec des feux de croisement halogènes, mais sans éblouir le véhicule en face. Des capteurs infrarouges captent l'image, qui après analyse et restitution en noir et blanc, est projetée sur le tableau de bord.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0872

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La révolution plastique

La révolution plastique

À côté de l'électronique silicium, une autre électronique se développe, celle des semi-conducteurs organiques basés sur des polymères. Imprimables sur[…]

01/04/2016 | EN COUVERTURE
AU-DELÀ DU SILICIUM - PAGE 24

AU-DELÀ DU SILICIUM - PAGE 24

Au-delà du silicium

Au-delà du silicium

Un langage unique pour les bâtiments intelligents

Un langage unique pour les bâtiments intelligents

Plus d'articles