Nous suivre Industrie Techno

L’attaque des drones n’aura pas lieu

Baptiste Cessieux
L’attaque des drones n’aura pas lieu

La multiplication des drones augmente les risques encourus par les sites sensibles.

© Flickr - PROKevin Baird

Un système anti-drone a été récompensé par le "Start-up challenge" du salon Milipol, le 19 novembre dernier. Capable de détecter et de neutraliser un engin radio-télécommandé en quelques secondes, la technologie pourrait répondre aux peurs générées par la démocratisation des drones, et à terme, aux risques terroristes.

Drones à l’Elysée, dans les jardins de la Maison-Blanche, au-dessus des centrales nucléaires… En quelques années, les drones sont passés du statut de jouets pour mordus de technologie à celui de menace potentielle. Plus de 70 survols de sites sensibles ont eu lieu depuis septembre 2014.  Pour protéger les sites vulnérables, de nombreux projets émergents (dont nous vous présentions quelques exemples ici). L’une de ces solutions, commercialisée par l’entreprise Seolane Innovation, vient d’être récompensée lors du Start-up Challenge du salon Milipol, le salon spécialisé dans la sécurité intérieure qui se tenait à Paris du 17 au 20 novembre. La jeune société a conçu une sorte de tour de contrôle de moins d’un mètre de haut. Nommé Drone’Int, l’objet est capable de détecter, de localiser et même de neutraliser un drone en trois secondes selon Wilfrid Rouger, le directeur de la jeune pousse.

La détection effectuée par Drone’Int repose en fait sur plusieurs procédés en fonction des modèles proposés. Pour des raisons évidentes l’entreprise n’a pas souhaité indiquer l’exacte composition de ce cocktail d’inspection, mais la méthode permet de détecter les communications radiofréquences entre le drone et son pilote. Ces échanges de données, nécessaires pour commander le vol à distance, portent en effet des signatures caractéristiques. En utilisant les mêmes fréquences, Drone’Int peut même forcer le drone à détourner sa trajectoire ou à se poser. Une solution de dernier recours car dans un drone, l’élément le plus important reste le pilote, au bout de sa télécommande. C’est lui qu’il faut repérer. Et c’est pour cela que la tour diffère de ses concurrents.

Détecter, localiser et neutraliser en trois secondes

Généralement les moyens de détection des drones sont visuels comme DroneWatch, ou infrarouge comme le système Boréades développé par CS Système d'information. Dans ce cas, la détection se fait au moyen de programmes de reconnaissance d’image capables de repérer un drone passant dans le champ de vision de la caméra et le système se charge ensuite de prévenir les services de sécurité. La difficulté est alors de repérer des engins de petite taille et de ne plus les lâcher des yeux afin d’observer leurs allées et venues. Une autre technique, utilisée notamment par Aveillant, une filiale d’Altran, est celle du radar, capable selon le constructeur de différencier un drone d’un oiseau jusqu’à dix kilomètres. Ces techniques ne peuvent alors que déduire l’emplacement du pilote… En observant les transmissions radio sans intervenir sur le drone, la solution de Seolane permet, elle, de retrouver le pilote et ce, dans un rayon de trois à dix kilomètres par antenne. La tour peut également être vendue avec un drone d’interception pour accéder rapidement à l’aviateur par procuration.

Drone’Int n’est pas le seul à développer ce type d’objet. Airbus propose également un outil de même nature comme le relevaient nos confrères de France Info. Mais ce système ne devrait être accessible qu’au second semestre 2016, alors que la petite tour récompensée par le salon Milipol est d’ores et déjà sur le marché. Wilfrid Rouger, s’enorgueillit d’ailleurs de compter des clients allant d’EDF au Ministère de la Défense avec certains sites couverts par une dizaine d’antennes. L’entreprise compte maintenant lancer un produit moins cher et adapté au grand public pour équiper des résidences privées. De quoi mener une véritable guerre contre les drones.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les préconisations du rapport Bonnell-Simon pour faire de la France un champion de la robotique

Les préconisations du rapport Bonnell-Simon pour faire de la France un champion de la robotique

Bruno Bonnell et Catherine Simon ont profité du salon international des objets connectés (Sido) de Lyon pour présenter leur[…]

15/04/2019 | Robots
Sido, drone martien, particules robotiques... les innovations qui (re)donnent le sourire

Sido, drone martien, particules robotiques... les innovations qui (re)donnent le sourire

Des particules robotiques qui collaborent

Des particules robotiques qui collaborent

Robots olympiques, camion cyber, vidéo ultra-ralentie… les innovations qui (re)donnent le sourire

Robots olympiques, camion cyber, vidéo ultra-ralentie… les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles