Nous suivre Industrie Techno

L’artillerie anti-dopage des JO de Londres

Ludovic Fery

Sujets relatifs :

,
L’artillerie anti-dopage des JO de Londres

150 techniciens se relaieront pour faire fonctionner en permanence le laboratoire.

© DR

Cet été, la course contre la montre n’aura pas lieu que sur les pistes. Pendant toute la compétition, le laboratoire accrédité par l’Agence mondiale antidopage aura à traiter plus de 6 000 échantillons de sportifs, soit jusqu’à 400 par jour.

Localisé à Harlow, à quelques dizaines de kilomètres du principal stade où se dérouleront les JO de Londres, le laboratoire de contrôle anti-dopage a coûté plusieurs millions d’euros en équipement. C’est d’ailleurs la firme pharmaceutique GSK qui le finance.

Regardez dans cette animation le circuit d’un prélèvement effectué sur un athlète :


          


Ludovic Fery

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

Alors que les autorisations de mise sur le marché des vaccins contre le covid-19 doivent être accordées prochainement, les moyens[…]

15/12/2020 | SantéLogistique
Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

[Portrait] Thomas Ybert imprime l'ADN à coups d'enzymes

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

« Avec l’ADN, l’ensemble des données mondiales pourraient être stockées dans le volume d’une camionnette », clame François Képès, membre de l’Académie des Technologies

Plus d'articles