Nous suivre Industrie Techno

L'ANSSI érige les règles de la cybersécurité

Sophie Eustache
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

L'ANSSI érige les règles de la cybersécurité

© DR

Guillaume Poupard, qui a pris la succession de Patrick Pailloux à la tête de l’ANSSI il y a six mois, a ouvert les Assises de sécurité, qui se tiennent à Monaco du 1er au 3 octobre. Il est revenu sur le travail mis en œuvre dans le cadre de la Loi de programmation militaire, et l’importance de faire converger les différents aspects de la cybersécurité : technique et opérationnelle, publique et privée.

« Il faut oser dire oui à une cyberdéfense efficace et pragmatique », a déclaré Guillaume Poupard, directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), à travers un clin d’œil destiné à son prédécesseur Patrick Pailloux, qui avait commencé son discours l’an dernier par « Oser dire non ».  Le nouveau directeur a évoqué la mise en application de l’article 22 de la loi de programmation militaire. « La France est le premier pays au monde à faire le choix d’une solution réglementaire forte et dans tous les systèmes d’information dont l’arrêt peut porter atteinte au fonctionnement de la nation », a précisé Guillaume Poupard.

L’ANSSI a commencé à rédiger des règles de sécurité pour les OIV (opérateur d’importance vitale). « On avait déjà travaillé sur la sécurité des systèmes industriels (Scada et ICS). On rédige désormais des règles pour les OIV, spécifique à chaque domaine concerné (transport, énergie… ndlr).  Nous travaillons aussi sur la remontée des incidents, nous avons besoin d’avoir le détail technique de ces attaques, car quand un OIV se fait attaquer, il est rare qu’il soit la seule victime. »

L’ANSSI souhaite systématiser la remontée des incidents : « mettre en place un système de détection : l’objectif n’étant pas de répondre dans la microseconde, mais d’avoir de capteurs capables de réagir très vite et de prendre des mesures pour protéger le système en cas d’attaque ». En parallèle de ces mesures techniques, l’ANSSI met en place des contrôle auprès des OIV, avec plusieurs objectifs : protéger la souveraineté de la nation, et son  patrimoine technique, et sa R&D.

De notre envoyée spéciale aux Assises de la sécurité, Sophie Eustache

Pour en savoir plus : http://www.ssi.gouv.fr/fr/anssi/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Intelligence artificielle : comment Facebook veut doter les robots d’un « sens commun »

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Avec sa « Ruche », Thalès apporte de l’agilité au développement des solutions de cyberdéfense

Plus d'articles