Nous suivre Industrie Techno

L'ANSES demande un classement plus sévère pour le BPA

L'ANSES demande un classement plus sévère pour le BPA

Va-t-on vers une interdiction ?

© DR

L'Anses propose de déclarer le bisphénol A "toxique pour la reproduction".

L'Agence française de l'alimentation (AFA) a demandé "au niveau européen" un classement plus sévère du bisphénol A (BPA), qui ne serait plus toxique « suspecté » pour la reproduction, mais « toxique pour la reproduction », rapporte notre confrère Arnaud Jadoul, de la revue Emballages magazine, sur le site Internet de cette publication.

Cette initiative s'inscrit dans la continuité des travaux , rapports et avis de l'Anses sur cette substance chimique, considérée comme un perturbateur endocrinien, note, dans un communiqué en ligne, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

Depuis 2002, le BPA fait l'objet d'un classement européen comme toxique « suspecté » pour la reproduction. La « proposition de révision du classement du bisphénol A, en vue d'un classement plus sévère de cette substance en tant que toxique pour la reproduction, au niveau européen » a été déposée auprès de l'Agence européenne des substances chimiques (ECHA).

Lire la suite sur le site de la revue Emballages magazine

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

La haute autorité de la santé (HAS) a statué : les tests salivaires sont à réserver aux malades[…]

A l'université de Liège, « nous allons tester au Covid-19 30 000 étudiants et personnels chaque semaine par RT-PCR salivaire », clame Fabrice Bureau

A l'université de Liège, « nous allons tester au Covid-19 30 000 étudiants et personnels chaque semaine par RT-PCR salivaire », clame Fabrice Bureau

40000 étudiants et enseignants testés 2 fois par semaine sur un campus de l'Illinois : ce dépistage du Covid-19 par tests salivaires dont se prive la France

40000 étudiants et enseignants testés 2 fois par semaine sur un campus de l'Illinois : ce dépistage du Covid-19 par tests salivaires dont se prive la France

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Dépister massivement grâce aux tests PCR salivaires : la HAS dit non… pour le moment

Plus d'articles