Nous suivre Industrie Techno

[L'année 2019 en technos] L'intelligence artificielle française décroche ses 4 instituts transdisciplinaires

MANUEL MORAGUES
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[L'année 2019 en technos] L'intelligence artificielle française décroche ses 4 instituts transdisciplinaires

© Florent Robert

Vaisseau amiral du volet recherche de la stratégie française en intelligence artificielle, le réseau des 4 instituts 3IA a été officiellement lancé en avril. Grenoble, Nice, Paris et Toulouse hébergent les quatre projets lauréats, qui réunissent grands acteurs de la rechercher publique et entreprises.

Positionner la France parmi les grandes nations de l'intelligence artificielle (IA). Voilà l'objectif de la stratégie nationale de la France en matière d'IA, lancée en mars 2018 suite à la publication du rapport Villani. Elément clé de cette stratégie, le volet recherche s'appuie sur un programme national coordonné par l'Inria et prévoyait la création d'un « réseau emblématique de 4 ou 5 instituts dédiés ancrés dans les pôles universitaires maillant la France ».

Le gouvernement labellise quatre instituts 3IA

Fin avril, les quatre candidats pressentis deviennent officiellement des « instituts interdisciplinaires d'intelligence artificielle (3IA)». Grenoble (MIAI Grenoble-Alpes), Nice (3IA Côte d'Azur), Toulouse (Aniti) et Paris (Prairie) ont été labellisés pour une période initiale de 4 ans, avec un financement minimal prévu de 75 millions d'euros complété par un apport équivalent de leurs partenaires publics et privés. Soit un total annoncé de 225 millions minimum. En complément, deux appels à projets portant sur des chaires individuelles en IA et des programmes doctoraux ont été lancés par l'Agence nationale de la recherche (ANR) pour 20 millions d'euros chacun.

MIAI Grenoble-Alpes fait le pont entre hardware et algorithmes d'IA

Lancé le 10 juin suivant, l'institut 3IA grenoblois embarque une cinquantaine d'industriels, dont STMicroelectronics, Atos et Naver Labs, aux côtés du CEA, de l'Inserm, de l'Inria, du CNRS, de Grenoble INP et d'Université Grenoble-Alpes (ComUE). Les recherches « porteront sur les nouveaux outils de l’IA (logiciels, algorithmes, matériels) ainsi que l’IA pour les humains et l’environnement, avec, comme principaux domaines d’applications, la santé, l’environnement, l’énergie, et l’industrie 4.0. », a précisé Eric Gaussier, coordinateur du projet et directeur du Laboratoire d'informatique de Grenoble. Quelques 50 millions d'euros sont prévus sur 4 ans, dont environ 30 millions doivent être apportés par les industriels.

Prairie met Paris sur le tryptique santé-transport-environnement

Inauguré en octobre, l'institut 3IA parisien Prairie associe le CNRS, l'Inria, l'institut Pasteur, l'Université de Paris et l'Université PSL à de grands groupes du numérique, de l'automobile et de la santé. « L’institut va travailler sur des sujets de recherche de fond très en amont mais ayant un impact direct sur les applications afin que cela puisse servir à des entreprises ou à la création de startups. Il a aussi pour objectif d’avoir un impact sur la société et sur la diffusion de la science », a résumé Isabelle Ryl, de l’Inria, directrice de l’institut. Prairie devrait pouvoir s'appuyer sur un budget d'un peu plus de 60 millions d'euros sur 4 ans.

A Nice, 3IA Côte d'Azur veut s'inspirer du vivant

L'institut niçois 3IA Côte d'Azur veut travailler sur la santé, la biologie numérique et les territoires intelligents. Quatre axes scientifiques ont été définis : l'intelligence artificielle fondamentale, l'intelligence artificielle au service de la médecine computationnelle et la biologie computationnelle, l'IA bio-inspirée et pour finir les territoires intelligents et sécurisés. Le programme de formation de l'institut prévoit notamment de doubler le nombre de personnes formées à l'IA.

Toulouse mise sur une approche hybride avec Aniti

Fort d'une activité de recherche ancienne sur l'intégration de contraintes aux techniques d'apprentissage automatique (machine learning), l'institut 3IA Aniti (« Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute ») privilégie une approche hybride de l'IA. L'objectif est notamment d'apporter des garanties quant aux décisions prises par les algorithmes afin d'éviter les dérives. L'institut travaillera en particulier sur la certification des systèmes d'intelligence artificielle pour mieux les sécuriser.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ordinateurs quantique, 5G, batteries sodium-ion... les meilleures innovations de la semaine

Ordinateurs quantique, 5G, batteries sodium-ion... les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués ces sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez lu attentivement le projet de[…]

Quantum Silicon Grenoble, le projet sur lequel mise le rapport Forteza pour un ordinateur quantique made in France

Quantum Silicon Grenoble, le projet sur lequel mise le rapport Forteza pour un ordinateur quantique made in France

Pour bien commencer la semaine : La France se lance dans la course au quantique

Pour bien commencer la semaine : La France se lance dans la course au quantique

Rapport Forteza sur le quantique : Trois axes de R&D, trois hubs et trois fois plus d'argent public

Rapport Forteza sur le quantique : Trois axes de R&D, trois hubs et trois fois plus d'argent public

Plus d'articles