Nous suivre Industrie Techno

L’aluminium en pleine forme

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Paris, 20 et 21 janvier. Le congrès Aluform 2004 consacré à la mise en forme et à l’assemblage de l’aluminium a fait le point sur les grandes tendances que connaît le travail de ce matériau, de plus en plus appr&

Franc succès pour la deuxième édition de la conférence-exposition Aluform. Plus de 300 techniciens et ingénieurs ont en effet participé à cette manifestation organisée le à la Cité des sciences et de l’industrie de Paris par plusieurs partenaires : Cetim-Certec, Alcan, ACB, CLFA, Hydro-Aluminium et l’Institut de technologies de formage de Stuttgart.

Responsable des activités aluminium au Cetim-Certec, François Schlecht donne les clés de ce succès. «L’aluminium, ce métal jeune car il n’a «que» 150 ans d’existence, est partout dans l’industrie :  l’aéronautique, le premier marché de l’aluminium, est ainsi talonnée depuis une dizaine d’années par la fabrication de moyens de transport avec une multiplication rapide des applications, dans l’automobile évidemment, mais aussi le ferroviaire ou le maritime. Ces secteurs font de plus en plus appel à ce matériau, dont les avantages ne sont plus à démontrer», explique-t-il.

Les exemples sont légion. La fabrication du wagon duplex du TGV qui utilise pour 80% l’aluminium pour faire baisser le poids. Dans l’automobile il suffit de citer les pièces de carrosserie comme les capots de moteurs de Peugeot 307, 406 et 607. « Les flans raboutés par soudage en sont un autre exemple saisissant, insiste le spécialiste du Cetim.  On obtient ainsi des pièces embouties d’épaisseur optimisée comme le panneau interne de portière de la nouvelle Clio. Cela dit, les voitures 100% aluminium comme l’Audi, resteront rares ; l’évolution dans ce domaine se fait plutôt vers une combinaison de matériaux différents.»

Car l’aluminium doit faire face à la concurrence d’autres matériaux, comme les composites . Il garde toutefois (par rapport à la fabrication des pièces en composite) des atouts considérables comme une mise en forme plus simple, la possibilité d’automatiser les procédés et, très important, un recyclage beaucoup plus facile.

Parmi les tendances détectées à cette conférence/exposition on peut ainsi citer :
 
- la mise au point d’alliages d’aluminium qui ne se fait désormais plus sans savoir au préalable quel sera le procédé de mise en forme adéquat

- l’évolution de la pièce individuelle vers des sous-ensembles fonctionnels (fabrication automobile oblige) avec l’association de différents éléments par soudage (le matriçage est selon les spécialistes du Cetim-Certec en déclin à cause de son coût prohibitif)

- l’hydroformage dont on parle beaucoup, mais qui reste toutefois un procédé cher par rapport à l’emboutissage ; les cadences de production se passent de commentaire : emboutissage : 100 pièces/min, hydroformage : 10 pièces/min ; formage superplastique : 1 pièce/min.

- le déclin du formage superplastique dans son domaine d’application phare, l’aéronautique. Les fabricants de machines cherchent de nouveaux débouchés surtout l’automobile. Reste cependant à réaliser un important travail d’amélioration du procédé pour adapter les cadences à celles imposées par l’automobile par exemple. Il faut à ce titre diviser au moins par trois le temps de fabrication par formage superplastique pour respecter ces cadences automobiles. Le constructeur français ACB travaille d’arrache pied dans ce sens.

l’élastoformage qui consiste à emboutir une tôle sur un coussin d’élastomère et dont le principal avantage est une économie sensibles d’outillage (il ne fait appel qu’à une seule matrice) qui séduit les utilisateurs. Le dernier en date : Harley Davidson qui fabrique ainsi l’enveloppe du pot d’échappement de ses fameuses motos.

Côte assemblage de pièces en aluminium, le soudage laser progresse constamment car il permet (par rapport aux procédés classique, TIG, MIG, etc.) selon les experts du Cetim de réduire les coûts d’environ 15% et la masse de l’assemblage de 5%. La fabrication du fuselage de l’Airbus 380 en est un exemple.

 Les procédés hybrides (laser + arc) font eux aussi leurs premiers pas dans les usines. Tout comme le soudage par friction qui, lentement mais sûrement, fait son chemin.

Mirel Scherer

Pour en savoir plus
- Se procurer les textes de conférences à : www.aluform-congress.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles