Nous suivre Industrie Techno

L’alsacien Defymed fabrique un pancréas artificiel

Juliette Raynal

Sujets relatifs :

, ,
L’alsacien Defymed fabrique un pancréas artificiel

© Deymed

[Start-up - entreprises]

Spin-off du centre européen d’étude du diabète (CeeD), Defymed a été fondée en mars 2011 afin de commercialiser un pancréas bio-artificiel baptisé Mailpan qui pourrait intéresser près de 25 millions de personnes dans le monde, dont 200 000 en France.

Dédié aux patients atteints du diabète de type 1, le dispositif se présente sous la forme d’une poche, remplie a posteriori de cellules sécrétrices d’insuline, implantée dans le ventre du patient. La poche repose sur des membranes semi-perméables qui laissent passer dans les deux sens tout ce dont les cellules ont besoin (glucose, insuline, oxygène et nutriments), mais qui sont imperméables aux molécules impliquées dans le rejet du corps étranger.

Après une première levée de fonds de 1,2 million d’euros finalisée fin 2013, Defymed est sur le point de boucler une nouvelle augmentation de capital pour financer son premier essai clinique prévu fin 2016, début 2017. Ce premier essai clinique s’effectuera avec des cellules sécrétrices d’insuline d’origine humaine. Toutefois, à terme, Defymed entend développer une autre application basée sur des cellules sécrétrices d’insuline issues de cellules souches ou génétiquement modifiées et collabore dans cette optique avec des producteurs de cellules. « Cela nous permettra d’avoir des cellules sécrétrices d’insuline en quantité illimitée » explique Richard Bouaoun, directeur des opérations de Defymed.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La bioimprimante robotisée de Poietis prend ses marques dans les hôpitaux marseillais

La bioimprimante robotisée de Poietis prend ses marques dans les hôpitaux marseillais

Hôpitaux de Marseille et la société Poietis ont annoncé le 24 novembre avoir installé un système de[…]

« Les deeptech vont favoriser l’émergence d’une bioproduction plus réactive et plus flexible », estime Paul Kauffmann, cofondateur de MagIA Diagnostics

« Les deeptech vont favoriser l’émergence d’une bioproduction plus réactive et plus flexible », estime Paul Kauffmann, cofondateur de MagIA Diagnostics

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

Quantum Surgical : le prêt de 15 millions d’euros de la BEI qui va accélérer le lancement de son robot médical

Comment Owkin entraîne des modèles d'IA sans transférer les données avec le federated learning

Comment Owkin entraîne des modèles d'IA sans transférer les données avec le federated learning

Plus d'articles