Nous suivre Industrie Techno

L'âge d'or des data

L'âge d'or des data

© DR

C’est devenu quasiment un lieu commun : les données valent de l’or ; on peut les transformer en or et elles suscitent, d’ailleurs, une véritable ruée vers l’or. Comme la quête du précieux métal jaune en son temps, l’attention portée aux data n’ira pas sans quelques désillusions, pour certains aventuriers. Car tout ce qui brille n'est pas or... Il suffit de se référer au fameux « hype cycle » du cabinet de conseil Gartner. Celui-ci décrit la vie d’une technologie. D’abord considérée comme prometteuse, mais sans que les observateurs ne sachent exactement à quoi elle pourrait servir, elle suscite ensuite une vague de promesses mirobolantes et pour certaines extravagantes, qui précède la vision claire sur ses véritables potentialités et leur mise en œuvre effective. Les data vivent actuellement leur âge d'or : les entreprises sont plus ou moins avancées dans leur utilisation et dans leur réflexion sur les différents bénéfices qu'elles pourront en tirer à l'avenir. Mais en tous cas, on leur prête encore de très nombreuses vertus.

Au-delà du caractère incertain des pronostics, une chose est sûre : l’inflation du volume d’informations les plus diverses, produites en continu sur tous les sujets, constitue bien une formidable promesse, mais aussi un formidable défi pour le XXIe siècle. Certains analystes, mettant en exergue le transfert de l’attention portée au matériel informatique vers le logiciel, puis vers les contenus et enfin vers les données vont jusqu’à affirmer que les données sont le "nouveau code". Autrement dit, que ce sont désormais les logiciels qui devront s’adapter à ce flux continu d’informations non structurées pour parvenir à en extraire la substantifique moëlle.

Au-delà de la seule architecture logicielle, c’est notre mode de pensée qui pourrait être impacté par la disponibilité de cette masse de données sur tous les sujets. C’est en tous cas ce qu’entrevoit Chris Anderson, ancien rédacteur en chef de la revue Wired. Pour le journaliste américain, les data pourraient rendre obsolète le mode de réflexion hypothético-déductif, qui caractérise la démarche scientifique depuis Bacon. Une révolution déjà effectuée dans le domaine du marketing, où elles ont signé l’arrêt de mort de la ménagère de moins de cinquante ans. Raisonner sur des profils « typiques » n’a en effet plus de sens puisque les professionnels peuvent désormais croiser les comportements des consommateurs avec les données relatives à leur catégorie socio-professionnelle, à leur âge ou encore à leurs autres choix de consommation voire à ceux de leur entourage. De la même manière, élaborer et vérifier une théorie scientifique pourrait s’avérer superflu si le traitement informatique de la description d’un ensemble de phénomènes permettait de faire émerger en « bottom-up » des concepts non prévisibles. Une vraie mine d'or pour la recherche!

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Médailles de l'innovation 2019 : le CNRS récompense ses chercheurs-entrepreneurs

Médailles de l'innovation 2019 : le CNRS récompense ses chercheurs-entrepreneurs

En remettant ses médailles de l'innovation 2019, le Centre national de la recherche scientifique a mis en avant quatre chercheurs dont les[…]

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Elle partage sa foi dans le code

Focus

Elle partage sa foi dans le code

Ce drone évite un ballon sans ralentir

Analyse

Ce drone évite un ballon sans ralentir

Plus d'articles