Nous suivre Industrie Techno

L'Active Wheel fait ses premiers tours de roue

Philippe Pelaprat

Sujets relatifs :

,
Deux constructeurs présentaient au Mondial de l'automobile des véhicules dotés de l'Active Wheel de Michelin, qui devraient être fabriqués dans les mois à venir.

Fruit d'un travail de plus de dix ans de R & D, l'Active Wheel de Michelin s'apprête à passer le cap de la production industrielle. Et ce, grâce à deux réalisations conçues pour la fabrication en série : deux autos, la Will et la Volage, issues d'une collaboration avec Heuliez et Venturi, entreprises spécialistes du véhicule électrique. Le concept de roue motrice électrique est séduisant car il allège considérablement toute la chaîne de transmission mécanique et libère du volume (et du poids) au profit des accumulateurs. Il ouvre également la voie au Drive by Wire. Chaque Active Wheel comporte deux moteurs électriques. Le premier est un moteur synchrone à aimant permanent pesant 7 kilogrammes et qui développe une puissance de 30 kW, soit 41 chevaux dans sa version standard. Il entraîne un réducteur qui agit sur une couronne solidaire de la roue, chaussée, comme à l'ordinaire, d'un pneumatique. Ce moteur peut également faire office de frein électrique et de générateur dans les moments de décélération, la roue étant malgré tout dotée d'un disque ventilé sur lequel agit un étrier actionné par un circuit pour l'instant hydraulique.

Quelques concurrents dans la ronde

Mais Michelin a poussé le concept au-delà de la simple motorisation en y associant la suspension. La roue comporte en effet un second moteur associé à un ressort et à un amortisseur. Le ressort maintient la garde au sol du véhicule à l'arrêt et est relayé par l'amortisseur électrique dès le démarrage. Travaillant de concert, les quatre suspensions actives réagissent au 3/1 000 de seconde pour corriger l'attitude du véhicule, que ce soit au démarrage, au freinage ou dans les courbes.

Filiale de Toyota, l'équipementier japonais Aisin présentait également une roue motrice électrique sur son stand du Mondial. Son modèle est d'une conception plus classique puisqu'il dispose d'un amortisseur conventionnel. Autre produit concurrent de l'Active Wheel de Michelin, mais absent du salon de Paris, la roue motrice du constructeur canadien TM4, filiale de l'électricien Hydro Québec et du groupe français Dassault.

LA ROUE "AUTO-MOTRICE" DE MICHELIN

L'ensemble Active Wheel, avec ses deux moteurs, son disque de frein et son amortisseur, s'insère dans une roue classique, chaussée d'un pneumatique sans chambre. Les roues directrices du train avant sont actionnées par un habituel dispositif à crémaillère, lequel pourrait même être remplacé par des actionneurs électriques lorsque la législation évoluera.

... AVEC LA WILL D'HEULIEZ

Type de vÉhicule Petit monospace reprenant la plate-forme et la caisse de l'Opel Agila 2 (c'est-à-dire la Splash de Suzuki), ce véhicule est haut de 168 cm et large de 159 cm pour une longueur de 374 cm. Il peut transporter jusqu'à cinq passagers mais pourrait facilement être décliné en commerciale sinon en petit utilitaire. Un lancement est programmé pour 2010, à destination des collectivités et des flottes d'entreprise. Motorisation Quatre roues électriques Active Wheel Michelin, mais seules les deux roues avant sont motrices en permanence, avec une puissance unitaire de 30 kW, soit au total 60 kW (90 ch). Suspensions à ressorts et amortisseurs actionnés électriquement sur chaque roue (inclus dans l'Active Wheel Michelin), pilotage centralisé de la suspension.Transmission un boîtier électronique de puissance développé par Michelin coordonne le fonctionnement des deux quadruplets de moteurs électriques (propulsion et freinage pour les quatre roues motrices, correction d'attitude pour les quatre actionneurs associés aux amortisseurs).Énergie Batteries en technologie lithium polymère fournies par Michelin, ainsi que le dispositif de recharge sur secteur. Autonomie de 150 à 400 km, selon le nombre de modules de batterie embarqués Performances Vitesse maximale annoncée : 140 km/h.

REMARQUES

La Will était présentée au Mondial de l'automobile en partenariat avec Orange, qui a doté le véhicule d'un récepteur GPS recevant des informations de trafic, d'intérêt pratique (ViaMichelin) et de météorologie. Un module de communication gère l'appel d'urgence, le suivi du véhicule et la protection contre le vol. Une FlyBox (version mobile de la Live Box avec 3G et Wi-Fi embarqués) apporte la connectivité à tous les terminaux embarqués.

... ET LA VOLAGE DE VENTURI

Type de vÉhicule Roadster 2 places, 396 cm de long, 195 cm de large, 123 cm de haut pour 1 075 kg, dessiné par Sacha Lakic sur une base reprise à la Fetish de Venturi. Le châssis-coque en carbone, Nida et acier aviation prend en compte le volume nécessaire aux batteries en offrant une bonne répartition des masses, idéale pour une voiture sportive. Venturi annonce une production en petite série pour 2012. Le constructeur monégasque réserve cette technologie à une voiture de sport. Motorisation Quatre roues électriques Active Wheel Michelin d'une puissance unitaire de 55 kW, soit au total 220 kW (300 ch). Le couple n'est que de 232 Nm, de 0 à 8 500 tr/mn. Suspensions Amortisseurs à ressorts et à actionneurs électriques sur chaque roue (inclus dans l'Active Wheel Michelin). Transmission Un boîtier électronique de puissance développé par Michelin coordonne le fonctionnement des deux quadruplets de moteurs électriques (propulsion et freinage pour les quatre roues motrices, correction d'attitude pour les quatre actionneurs associés aux amortisseurs). Énergie Batteries en technologie lithium polymère (350 kg) refroidies par liquide, conçues pour Venturi ainsi que le dispositif de recharge sur secteur. La recharge à 80 % dure 8 heures, ou 4 heures avec un booster de charge externe. La durée de vie est estimée à plus de 1 500 cycles et l'autonomie est annoncée pour 320 km pour une vitesse stabilisée à 90 km/h. Performances Vitesse maximale annoncée : 150 km/h. 0 à 100 km/h en 5 secondes.

REMARQUES

Le constructeur a pris le parti de « réduire la mécanique au profit de l'électronique », dans une approche conceptuelle s'inspirant d'un robot. Automobile « digitale ». La planche de bord de la Volage incorpore un écran tactile pour paramétrer le véhicule et gérer l'énergie stockée dans ses batteries. Le conducteur choisit de privilégier l'autonomie par rapport à la puissance, ou le confort à la sportivité.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0905

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Véhicules autonomes : chez PSA, l'intelligence artificielle prend le volant

Véhicules autonomes : chez PSA, l'intelligence artificielle prend le volant

PSA Peugeot Citroën dote ses prototypes de véhicules autonomes d'une forte intelligence embarquée, et obtient le droit de faire[…]

LE VIRAGE NUMERIQUE PAGE 26

LE VIRAGE NUMERIQUE PAGE 26

Le virage numérique

Le virage numérique

ZF passe la vitesse supérieure

ZF passe la vitesse supérieure

Plus d'articles