Nous suivre Industrie Techno

L’accident mortel de Tesla ne va pas ralentir le déploiement des véhicules autonomes

Juliette Raynal
L’accident mortel de Tesla ne va pas ralentir le déploiement des véhicules autonomes

Aux Etats-Unis, une enquête a été ouverte aux Etats-Unis à la suite d’un premier accident mortel impliquant une Tesla Model S en mode autopilot.

© Flickr - Automobile Italia

Aux Etats-Unis, une enquête a été ouverte à la suite d’un premier accident mortel impliquant un véhicule en mode "autopilot". Selon Guillaume Crunelle, associé responsable de l’industrie automobile chez Deloitte, cet accident ne freinera pas le développement des véhicules autonomes. En revanche, il pose la question de notre capacité à accompagner l’autonomie progressive des véhicules. Explications. 

Depuis vendredi 1er juillet, l’emballement médiatique ne cesse d’enfler autour du premier mort au volant d’une Tesla en mode autopilot. En effet, le 7 mai dernier, un conducteur d’une Tesla Model S est mort en Floride alors que le mode autopilot du véhicule était enclenché.  L’accident n’a été révélé que le jeudi 30 juin lorsque la NHTSA, l’agence américaine chargée de la sécurité routière, a ouvert une enquête préliminaire pour déterminer si le logiciel avait correctement fonctionné ou non. Selon les premières informations, la Tesla, qui roulait sur une route à double sens, a percuté un poids-lourd qui lui avait coupé la route pour tourner à gauche. Le  véhicule est alors passé sous les roues de la remorque. Dans un communiqué de presse, Tesla indique que ni le conducteur, ni le pilote automatique n’ont détecté la remorque peinte en blanc qui se fondait alors dans le ciel nuageux.

Alors, un tel accident peut-il ralentir le déploiement des véhicules autonomes ? « Non », répond, catégorique, Guillaume Crunelle, associé responsable industrie automobile chez Deloitte. « Cet accident ne peut pas être un frein car nous sommes dans des process industriels de long terme qui dépassent les aléas de l’actualité, explique-t-il. Preuve de cette affirmation, le constructeur allemand BMW vient d'annoncer s'être associé à l'israëlien Mobileye et à Intel pour développer la voiture autonome et débuter la production de série dès 2021.

Le risque zéro n’existe pas

« Par contre, c’est un événement tout à fait notable en ce qui concerne le degré d’attente et d’espérance vis-à-vis des technologies du véhicule autonome », poursuit l'expertGuillaume Crunelle rappelle que le véhicule autonome n’est encore pas une réalité : « Il y a des démonstrateurs, des véhicules semi-autonomes, mais le véhicule entièrement autonome n’existe pas ».

« Cet accident est de nature à ramener une partie de ceux qui rêvent du véhicule autonome à une réalité plus simple qui est la conduite sur route » estime Guillaume Crunelle. En d’autres termes, malgré les technologies le risque zéro n’existe pas. « Les constructeurs ne promettent pas un risque zéro. Ils promettent une réduction importante de la sinistralité. C’est une grosse différence », précise le spécialiste.

Accompagner l’autonomie progressive des véhicules

Certains experts rappellent, par ailleurs, que le véhicule Tesla n’est pas équipé d'un Lidar, contrairement à la grande majorité des prototypes de véhicules autonomes. Alors, est-ce qu’un Lidar aurait permis d’éviter cet accident en détectant le poids-lourd ? Est-ce une erreur de ne pas avoir équipé les véhicules Tesla d’un tel capteur ?  « On ne peut pas parler d’erreur. Tesla opère une autonomisation progressive de ses véhicules, accompagnée d’une complexification des technologies embarquées. Ils n’ont jamais dit qu’ils avaient un véhicule autonome où un Lidar est nécessaire. La Tesla Model S est un véhicule avec des fonctions d’autonomie avancées, mais ce n’est pas un véhicule autonome », insiste Guillaume Crunelle.

Selon lui, cet accident mortel souligne en revanche une vraie problématique, jusqu’alors sous-estimée : celle de notre capacité à accompagner correctement l’autonomie progressive des véhicules. « Il va falloir à apprendre à conduire de moins en moins sans pour autant n’être plus du tout un conducteur. Il va y avoir une période compliquée d’apprentissage de ces nouvelles technologies », conclut Guillaume Crunelle. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L'âge d'or du Lidar

L'âge d'or du Lidar

Tiré par la baisse des coûts de production et l’émergence de nouvelles technologies, le Lidar connaît un essor sans[…]

31/12/2018 | ElectroniqueValeo
Trophée du projet industriel : Vanessa picron, l’autonomie pied au plancher

Exclusif

Trophée du projet industriel : Vanessa picron, l’autonomie pied au plancher

Un béton capable de charger les véhicules électriques par induction

Fil d'Intelligence Technologique

Un béton capable de charger les véhicules électriques par induction

HyperSurfaces transforme toute surface en interface tactile

HyperSurfaces transforme toute surface en interface tactile

Plus d'articles