Nous suivre Industrie Techno

Kwid : la petite Renault à 4 200 euros

Jean-François Preveraud

Mis à jour le 20/05/2015 à 17h45

Sujets relatifs :

, ,
Kwid : la petite Renault à 4 200 euros

Un petit SUV à 4 200 euros mais sans fioritures

© DR

Renault a dévoilé ce matin en Inde une petite voiture au look de SUV pas chère. Pas de Carry-Over de composants existants comme pour les Logan, mais un développement intégral autour de nouveaux composants allégés, dans un pays où la main d’œuvre n’est pas chère.

« Cette voiture va changer les règles du marché de l’automobile, ici en Inde, mais au-delà dans le monde entier », a affirmé d’entrée de jeu Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan, lors de la conférence de presse de présentation de la nouvelle Kwid, qui s’est tenue ce matin à Chennai.

Mais cette petite voiture de la taille d’une Twingo est avant tout destinée à séduire l’Inde, où elle fabriquée, sur un segment de marché qui représente 25 % du marché local. La firme au losange espère ainsi, grâce à la Kwid qui y sera proposée à partir du second semestre à partir de 300 000 roupies (4 200 €), passer de 1,5 à 5 % de part de marché. Un marché qui fait rêver bien des constructeurs puisque d’ici 5 ans l’Inde sera le troisième marché mondial derrière la Chine et les Etats-Unis, avec plus de 9 millions de véhicules particuliers vendus par an.

Mais sa carrière pourrait être plus internationale. D’ailleurs Carlos Ghosn est clair : « Cette voiture a une vocation mondiale, si nous réussissons en Inde, elle sera certainement compétitive dans le reste du monde ». Il est d’ailleurs prévu qu’elle soit rapidement commercialisée dans d’autres pays de l’Asie du Sud-Est. Avant qui sait l’Europe. « Pour le moment, nous n’avons pas de projets immédiats dans ce sens, mais nous n’en avions pas non plus lors du lancement de la Logan de Dacia, qui est pourtant devenue un véritable succès commercial en Europe de l’Ouest ». En attendant, une Datsun à la carrosserie différente mais sur la même base, arrivera dès 2016, et l’industrialisation pour une fabrication au Brésil est déjà prévue. Quand à une version européenne, elle pourrait être industrialisée et fabriquée au Maroc dans l’usine de Tanger.

Une architecture 5 modules

Ultra-low Cost ne veut pas dire ringard. Déjà le look de petit SUV avec des flancs creusés est très contemporain. Il évoque le dynamisme et la robustesse, tout en offrant une position de conduite en hauteur avec une bonne visibilité en ville. De plus, la garde au sol importante (180 mm) et les porte-à-faux réduits facilitent la circulation sur les routes difficiles.

                    
                                Un intérieur simple mais connecté

S’il n’y a pas de climatisation ou de direction assistée, l’habitacle dispose d’un tableau de bord digital et d’un écran tactile 7 pouces intégrant la technologie Bluetooth pour le système multimédia et de navigation Medianav. L'un des rares Carry-Over de cette voiture.

Côté technique, cette petite voiture est la première construite sur la nouvelle plate-forme commune de l’Alliance Renault-Nissan, la CMF-A. Cette Common Module Family, développée au Techno-Centre de Guyancourt en France, s’articule autour de 5 ‘‘Big Modules’’ : cockpit, compartiment moteur, architecture électrique/électronique, sous-caisse avant, sous-caisse arrière.

« Par contre, c’est le centre technique de Chennai qui s’est chargé du développement physique du véhicule pendant trois ans, avec comme maître-mot, la simplicité », assure Charles-Etienne Verdier, directeur de ce centre. Economie aussi, puisque le coût horaire y est inférieur au dixième de ce qu’il est en France. Ce qui a permis de boucler le projet pour environ 420 millions d’euros, soit la moitié du coût d’un projet en Europe.

                      
                Le design a fait largement appel aux compétences locales

Il faut aussi dire que cette Renault est moins lourde et moins puissance qu’une Logan, ce qui nécessite moins de métal, donc des pièces moins chères. De plus, les normes d’émissions et de sécurité sont en Inde très inférieures à celles en vigueur en Europe, le véhicule est donc beaucoup moins sophistiqué, donc moins cher.

Côté motorisation, la Kwid utilisera un tout nouveau moteur essence 3 cylindres de 0,8 litre de cylindrée, à double arbre à cames en tête et 4 soupapes par cylindre, accouplé à une boîte manuelle à 5 rapports.

Un développement international

Afin de gérer au mieux les prestations client fournies, les coûts et les délais l’Alliance Renault-Nissan a aussi mis l’ensemble de ses savoir-faire et installations au service du projet. Ainsi par exemple, la validation de la caisse et du châssis a été faite au Japon, celle des équipements de carrosserie en Corée, celle de l’endurance en France, tandis que la synthèse et les essais des organes ont été réalisés en Inde.

                      
                    Un plateau unique pour le développement à Chennai

Le projet a aussi bénéficié d’une approche plateau unique à Chennai où tous les acteurs en charge du design, de l’ingénierie et de la fabrication ont travaillé de manière plus efficace et réactive. D’ailleurs 98 % des fournisseurs sont localisés en Inde, dont 60 % près de Chennai.

Jean-François Prevéraud

Les premières images de la Renault Kwid

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles