Nous suivre Industrie Techno

Kesseböhmer passe au revêtement nanocéramique

Michel Le Toullec

Sujets relatifs :

,
- Ce fabricant allemand de présentoirs métalliques a choisi le procédé Bonderite NT d'Henkel pour le prétraitement de ses pièces à peindre.

Alors qu'on les attendait en électronique ou ailleurs, les nanotechnologies ont trouvé leurs tout premiers débouchés concrets sous forme de... traitements de surface. C'est en particulier le cas du Bonderite NT, un procédé de revêtement de conversion en nanocéramique, conçu par Henkel pour le traitement des métaux avant leur mise en peinture. L'un des tout premiers utilisateurs de ce traitement est la société allemande Kesseböhmer, dont l'usine située près d'Osnabrück produit des systèmes d'aménagement de locaux et de présentoirs de marchandises.

Le procédé Bonderite NT consiste à déposer sur une pièce métallique, par pulvérisation ou par trempage, une couche de céramique de 20 à 30 nm d'épaisseur. Ce revêtement est donc bien plus fin que celui résultant d'une phosphatation au fer. Pourtant, selon Henkel, les valeurs de protection anticorrosion et l'adhérence de la peinture obtenues avec son procédé sont supérieures à celles de la technique classique.

Des économies de temps et de coûts

La protection anticorrosion a été testée par un essai au brouillard salin selon ISO 9227 et l'adhérence de la peinture (en poudre polyester) par un essai de quadrillage selon ISO 2409. Résultat : la corrosion d'un acier laminé à froid revêtu du Bonderite NT est jusqu'à huit fois inférieure à celle du même acier phosphaté au fer. Les valeurs NSS sont respectivement de 1,8 mm et 14 mm. Quant à l'adhérence de la peinture, la valeur mesurée est de 0 pour l'acier traité au Bonderite NT (ce qui représente la meilleure adhérence), alors qu'elle est comprise entre 0 et 3 pour l'acier traité par phosphatation.

Autre atout du procédé d'Henkel : la couche de conversion est constituée d'oxydes métalliques et de métaux tels que le titane ou le zirconium. Elle est donc totalement exempte de métaux comme le nickel, le manganèse ou le zinc, qui sont soumis à des dispositions plus lourdes en termes de protection du travail et d'environnement. Par ailleurs, la couche de conversion ne comporte aucun composé organique et ne présente ni DCO ni DBO. Enfin, le procédé de conversion Bonderite NT offre l'avantage de réduire le nombre d'étapes nécessaires au traitement. Les deux étapes de passivation et de rinçage à l'eau déionisée, préalables au séchage au four puis à la mise en peinture, sont supprimées. Au total, le procédé de conversion compte sept étapes contre neuf pour une phosphatation conventionnelle au fer.

Kesseböhmer exploite le procédé Bonderite NT pour revêtir par pulvérisation ses pièces d'aménagement métalliques. Egon Stellwag, responsable des processus de peinture de l'usine d'Osnabrück, précise les bénéfices apportés par la conversion en nanocéramique : « D'une part, nous réalisons des économies sur nos coûts énergétiques en raison des besoins réduits en chauffage. D'autre part, nous avons constaté une forte diminution de la quantité de boues dans la zone de conversion. Les tuyères de pulvérisation ne se bouchent plus et la zone n'a plus besoin d'être débourbée par un filtre à bande sous pression. Nous réalisons ainsi des économies de temps et de coûts pour la maintenance et l'évacuation des déchets. La couche en céramique est, par ailleurs, avantageuse en termes de qualité, un atout notable lors des changements de peinture. Auparavant, il se formait durant ce laps de temps une fine pellicule de rouille sur les pièces prétraitées. Avec le procédé Bonderite NT, ce problème n'existe plus désormais. »

EN BREFLES ATOUTS

- Meilleure protection anticorrosion - Meilleure adhérence de la peinture - Absence de métaux lourds - Réduction du nombre d'étapes du procédé - Convient aux lignes de peinture liquide ou en poudre - Réduction de la facture énergétique, des coûts de maintenance et d'évacuation des déchets

UNE ALTERNATIVE À LA PHOSPHATATION AU FER

- Sur son site de fabrication de présentoirs métalliques, près d'Osnabrück, la société allemande Kesseböhmer applique le procédé de conversion en nanocéramique Bonderite NT par la technique de pulvérisation. La formation de boue n'est que minimale, ce qui réduit fortement les coûts de process, de maintenance et d'évacuation des déchets par rapport au procédé de phosphatation au fer.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0876

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Revêtement des vitrages par magnétron

Revêtement des vitrages par magnétron

- Proposée par Bekaert, la pulvérisation cathodique à magnétron améliore la qualité et réduit les coûts de production.Les marchés de l'architecture,[…]

Dépôt de métaux et alliages en un tour de main

Dépôt de métaux et alliages en un tour de main

Les Chantiers de l'Atlantique misent sur le plasma froid

Les Chantiers de l'Atlantique misent sur le plasma froid

BEKAERT MET DU "DIAMANT" DANS VOTRE MOTEUR

BEKAERT MET DU "DIAMANT" DANS VOTRE MOTEUR

Plus d'articles