Nous suivre Industrie Techno

Kallista Energy va déployer 80 stations de recharge électrique à forte puissance sur les autoroutes de France d’ici 2024

Kallista Energy va déployer 80 stations de recharge électrique à forte puissance sur les autoroutes de France d’ici 2024

Ici présentée à la Hannover Messe de 2018, la station de recharge e-charger 600 d'Enercon a été choisie par Kallista Energy.

© Twitter / @hannover_messe

Le producteur d’énergie Kallista Energy a annoncé le 2 juillet le déploiement de 80 stations de recharge pour véhicules électriques le long des autoroutes et grands axes routiers en France d’ici 2024. Fournies par le fabricant d’éoliennes Enercon, elles offriront jusqu’à 350 kW de puissance et seront directement reliées à des mini-parcs éoliens.

Le producteur d’énergie Kallista Energy a annoncé le 2 juillet son intention de déployer 80 stations de recharge pour véhicules électriques dans toute la France d’ici 2024, le long des autoroutes et des grands axes routiers. Une première station pilote devrait être installée en 2021. « Le maillage que nous envisageons couvre tout le territoire avec environ une borne tous les 150 kilomètres (km), indique Johann Tardy, directeur général de Kallista Energy. Avec entre huit et quarante-huit points de charge par station, c’est extrêmement ambitieux par rapport à ce qui existe aujourd’hui. »

A l’heure actuelle, le maillage français des bornes de recharge pour véhicules électriques sur autoroutes se limite essentiellement à trois réseaux. « Concrètement, il faut plus de bornes aujourd’hui », admet M. Tardy. Initialement composé de 217 bornes, le réseau Corri-door d’Izivia, filiale d’EDF, en a perdu 189 en début d’année après un problème de sécurité. Le réseau de Tesla est composé de plusieurs dizaines de stations. « Il est correctement maillé, fonctionne très bien et nous nous en inspirons, indique M. Tardy. Le problème est qu’il n’est ouvert qu’aux Tesla. »  Enfin, un consortium de constructeurs automobiles est à l’origine du réseau Ionity qui se développe à travers les « corridors européens ».

Puissances entre 50 kW et 350 kW

Offrant des puissances allant de 50 kilowatts (kW) à 350 kW, les stations du réseau de Kallista Energy seront des modèles E-charger 600 fournis par le fabricant d’éoliennes Enercon. « Ils en ont installées peu, précise M. Tardy. La première station commerciale l’a été fin 2019. » Elles sont composés de deux convertisseurs de puissance de 300 kW derrière lesquels la puissance est répartie sur les différents points de charge. « Les convertisseurs qu’ils utilisent sont les mêmes que ceux présents dans leurs éoliennes, précise M. Tardy. C’est une technologie fiable et éprouvée depuis plus de deux décennies. »

Si une puissance de 350 kW permet d’envisager une recharge ultra-rapide, aucun véhicule ne le supporte aujourd’hui, indique M. Tardy : « Hormis celles des véhicules électriques haut de gamme et des Tesla, les batteries se rechargent aujourd’hui avec des puissances comprises entre 50 kW et 100 kW. Mais les fabricants de batteries nous disent que les technologies capables d’accepter des puissances de 350 kW arriveront rapidement. Or, nos stations sont conçues pour fonctionner au moins 15 ans et ne doivent pas devenir obsolètes. » Il cite par exemple les batteries « tout-solide », à refroidissement par un liquide diélectrique, ou la technologie sodium-ion comme celle de Tiamat.

Stations raccordées directement à des éoliennes

Le déploiement des stations de recharge se fera parallèlement à celui de mini-parcs éoliens. Les 20 que possède Kallista Energy n’étant pas forcément situés aux endroits idéaux, chaque station sera raccordée à deux éoliennes construites à proximité et reliées au réseau, où le surplus d’électricité produite sera envoyé. Cela permet d’optimiser le maillage et de partager les frais d’un raccordement, justifie M. Tardy : « Le coût de la recharge est dimensionné sur le prix de l'infrastructure de la station uniquement, sans celui du raccordement. »

Le prix cible envisagé est de 0,30 euro par kilowattheure (€/kWh), soit un plein estimé à 15 € pour la recharge d’une batterie de 50 kWh de type Peugeot e-208 ou Renault Zoe, indique Kallista Energy. Un prix environ deux fois plus bas que celui constaté par M. Tardy et ses collaborateurs aux bornes de recharge aujourd’hui : entre 27 € et 39 €.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ifpen se cale sur le calcul intensif pour développer des méthodes de conception réduisant les coûts de l’éolien flottant

Ifpen se cale sur le calcul intensif pour développer des méthodes de conception réduisant les coûts de l’éolien flottant

Grâce à 6 millions d’heures de calcul pour effectuer des simulations sur le supercalculateur Jean Zay, IFP Energies nouvelles[…]

Quand la simulation, l’intelligence artificielle et les capteurs favorisent l’économie circulaire

Quand la simulation, l’intelligence artificielle et les capteurs favorisent l’économie circulaire

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

Plus d'articles