Nous suivre Industrie Techno

Jeunes ingénieurs, que devenez-vous ?

Jean-François Preveraud

Que font les jeunes ingénieurs une fois leur diplôme en poche ? Eh bien ils travaillent ! C’est du moins ce qu’il ressort de l’étude d’insertion des jeunes diplômés que publie régulièrement la Conférence des Grandes Ecoles. Enfin pour 70 % d’entre eux ; car 12 % poursuivent leurs études, 5 % poursuivent d’autres intérêts et enfin 13 % sont à la recherche d’un emploi. Rappelons qu’environ 45 000 ingénieurs sont diplômés chaque année.

Le plus grand secteur employant des ingénieurs est celui des bureaux d’études et des sociétés de conseils indépendants. Une prédominance qui traduit essentiellement une externalisation des activités d’ingénierie dans de nombreuses entreprises. Toutefois si sa part était passée de 10 % en 2007 à 18 % en 2011, elle a marqué le pas en 2012 redescendant à 16,5 %.

L’industrie liée aux transports (automobile, aéronautique, ferroviaire, naval), est le 2e secteur le plus porteur pour l’emploi des jeunes ingénieurs. Sa part est passée de 12,5 % en 2011 à près de 15 % en 2012. Viennent ensuite le BTP avec 10,5 % (vs 8 %), l’énergie avec 8,5 % (vs 8 %), les technologies de l’information en forte chute avec 8 % (vs 9,5 %). Notons que la finance et l’assurance recrutent un peu moins de 4 % des effectifs contre 6 % en 2007. Un classement global qui est peu impacté si l’on ventile la part des bureaux d’études indépendants dans les secteurs applicatifs où ils exercent leurs talents.

Si l’on s’intéresse aux fonctions exercées dans l’entreprise la R&D représente 19,5 % des emplois, tandis que les études et le conseil sont à 16 %, la production à 11 %, l’informatique à 8 % et l’informatique industrielle à 5 %.

Dans le domaine des transports, l’aéronautique se taille actuellement la part du lion. Selon les statistiques du Gifas, près de 15 000 postes ont été pourvus en 2012 dans le secteur de l'aéronautique. Parmi les nouvelles recrues, 30 % sont des jeunes diplômés. Et les étudiants ne s’y sont pas trompés. Ainsi à l’Estaca, école d’ingénieurs très implantée dans le domaine des transports et de la mobilité, pour la première fois le nombre de diplômés de la filière aéronautique (46 %), est supérieur à celui de la filière l’automobile (40 %).

Autre secteur très porteur en termes d’emplois, le ferroviaire, qui devrait connaître une croissance sur les 5 années à venir dans les grandes régions du monde (cf. étude du cabinet Roland Berger). En France, la Fédération industrielle ferroviaire estime que la mise en œuvre des 24 propositions remises au gouvernement en avril 2012, permettra à la filière de créer « plusieurs milliers d'emplois directs et contribuera à améliorer la balance commerciale de la France de 1,5 milliard d'euros », à horizon 2020. L’objectif pour l’hexagone est aussi de consolider sa 3e place mondiale.

Jean-François Prevéraud
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Afin de permettre aux PME, bureaux d’études et instituts de recherche de franchir un cap en passant au prototypage fonctionnel et[…]

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

Plus d'articles