Nous suivre Industrie Techno

Jean-Claude Baudet

RIDHA LOUKIL rloukil@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
DIRECTEUR R&D D'ALTEN La technologie est sa passion. L'ingénierie sa vocation. En prenant la toute nouvelle direction de la R et D d'Alten, Jean-Claude Baudet apporte une expérience de plus de vingt ans dans ce métier. Sa mission ? Développer une démarche proactive d'innovation en anticipant l'évolution technologique. À l'aise avec la technique, il préfère l'aborder dans le cadre de systèmes complexes. Portrait d'un ingénieur qui a trouvé sa voie dès ses premiers pas.

Continuité. Tel est le mot qui résume le parcours de Jean-Claude Baudet. En prenant en 2010 la direction de la R et D d'Alten tout juste créée, il ne fait que prolonger une expérience de plus de vingt ans dans l'ingénierie. Pas de défi particulier à relever. Ni de capacité à prouver. L'homme maîtrise son sujet à la perfection. Cela ne l'empêche pas de prendre très au sérieux sa mission : insuffler une dynamique interne d'innovation pour qu'Alten propose toujours la crème de la technologie à ses clients.

Bien dans son corps comme dans sa tête, ce Gadzarts qui adore le bricolage depuis son plus jeune âge ne montre aucune gêne à dérouler son parcours. Au contraire, l'air posé et calme, il prend plaisir à le faire avec un sens aigu des détails. Ses lunettes teintées renforcent son côté sérieux, ce qui ne le rend pas moins volubile en anecdotes. Morceau choisi : en mission d'intérim à Matra Défense, on lui demande de développer le plan de montage pour l'usinage d'une pièce d'obus sur une presse d'emboutissage. Il découvre sur la machine des défauts d'ergonomie et de qualité dont personne jusqu'ici n'avait soupçonné l'existence. Il décide alors d'en concevoir une nouvelle. Ni plus ni moins.

Adepte des mains dans le cambouis, Jean-Claude Baudet sait aussi prendre de la hauteur pour enfiler le costume de manager. De Thales à Segula Technologies, en passant par Cap Gemini Sogeti, 4D Concept ou Nexter Systems, il a cultivé la même passion pour la technologie et l'ingénierie. Quand il se retourne sur sa carrière, le bilan est plus que positif : beaucoup de satisfactions, très peu de regrets. À l'écouter, on devine un ingénieur comblé tant sur le plan personnel que professionnel.

L'HOMME

Bon vivant

Né en 1963 à Vichy, Jean-Claude Baudet affiche avec fierté ses racines auvergnates. Le physique trapu, le visage rond et barbu, il donne l'image d'un homme épanoui. « C'est un bon vivant, passionné par la cuisine japonaise. Il adore préparer des bons plats pour ses invités et lui-même », confirme Vincent Dubar, son ancien patron chez Thales puis Nexter Systems, aujourd'hui responsable de l'exploitation du laser Mégajoule au CEA à Bordeaux.

Privé de sport à cause d'un problème de santé, Jean-Claude Baudet se reporte sur des plaisirs simples. « En bon Auvergnat, je préfère me retrouver avec des amis autour d'un bon saucisson plutôt que d'aller courir dans la forêt », plaisante-il. Ce père de trois garçons est davantage tourné vers le cocooning que vers les activités d'extérieur. L'occasion de profiter d'une vie de famille à laquelle il est particulièrement attaché.

Communicatif, ouvert aux autres, il ne considère pas la différence comme un obstacle mais comme une source d'enrichissement. « Nous sommes aussi différents que l'eau l'est du fer. Tout nous oppose. Par exemple, j'aime le sport mais pas lui. Pourtant nous sommes de bons amis depuis trente ans », atteste Bruno Perez, ancien camarade au collège militaire du Mans, actuellement directeur de Colisée Patrimoine.

Ses amis apprécient sa simplicité, sa droiture et sa fidélité. « C'est quelqu'un en qui vous pouvez avoir une confiance totale. Si je devais partir au front et me confier à quelqu'un, c'est vers lui que je me tournerais », témoigne Vincent Dubar.

L'INGÉNIEUR

Orfèvre des systèmes complexes

Dès 10 ans, Jean-Claude Baudet se découvre une vocation de soldat. Les armes et l'univers militaire le fascinent. Contre l'avis de ses parents, il entre à 13 ans à l'école militaire préparatoire technique du Mans. C'est la grande désillusion ! Encadrement trop rigide, discipline trop stricte... De cette contrariété, il tire une leçon humaine. Il restera à l'école mais changera son fusil d'épaule en passant le concours des Arts et Métiers. « J'étais attiré par la culture technique générale de cette école d'ingénieurs », se remémore-t-il aujourd'hui. Un choix cohérent avec son goût pour le bricolage et son sens du concret.

Maître dans l'art de transformer un concept purement théorique en quelque chose qui marche effectivement, tout en respectant les délais et les limites du budget, il surprend dès ses débuts ses supérieurs hiérarchiques par son approche technique novatrice et son souci tout particulier des détails, de la précision, de la perfection. « Il ne se contente jamais de la facilité, affirme Bruno Perez. Sa rigueur le pousse à aller au-delà des solutions communes pour trouver celle qui s'avérera la plus pertinente, sans jamais tomber dans l'usine à gaz. La recherche permanente de l'excellence relève chez lui de la mystique. » « C'est un véritable orfèvre des systèmes, renchérit Vincent Dubar. Il sait présenter ses travaux comme de l'horlogerie fine. Avec le défaut de devenir parfois ésotérique. »

De Thales à Segula Technologies, l'ingénieur exerce différentes responsabilités et côtoie de multiples technologies. Mais il a toujours refusé de s'enfermer dans une spécialité. « Je n'ai jamais été tenté par la conception d'une carte électronique, le développement d'un logiciel informatique ou la création d'une pièce mécanique, explique-t-il. D'ailleurs, je déteste l'électronique. J'ai toujours été attiré par l'approche système. » Paradoxal pour quelqu'un qui aime profondément la technique et fait avancer la science. Il pousse même sa vocation d'ingénieriste jusqu'à essayer d'appliquer les méthodes d'ingénierie à la gestion de la douleur à l'hôpital.

LE MANAGER

Proche du terrain

C'est en jouant de la trompette dans la troupe du collège militaire du Mans que le jeune engagé découvre sa vocation de manager. « Je me suis rendu compte que je me comportais, non pas comme un simple musicien, mais comme un chef d'orchestre », se souvient-il. Dès sa première étape professionnelle, en tant que responsable des études logistiques de tous les projets de défense antiaérienne de Thales, il est à la tête d'une équipe de 40 personnes. Chez Nexter Systems, il dirige un département de 70 salariés et dispose d'un budget de 22 millions pour remplir sa mission de gestion de la documentation technique et de la formation des clients. En devenant directeur des offres en France de Segula Technologies, il coiffe un effectif de 2 000 personnes. Chez Alten, prestataire de service en R et D, il n'a plus directement de personnel sous ses ordres mais son expérience des relations humaines est essentielle. Son rôle relève de l'animation, de la veille et de l'appui technologique aux équipes internes.

Sa grande expertise technique lui assure naturellement légitimité et leadership. Son style de management, jugé positivement paternaliste, procure à ses collègues le sentiment d'être protégés. « Il ne lâche jamais un collaborateur qui commet une erreur », rapporte Bruno Perez. En contrepartie, il est aussi exigeant envers ses subordonnés qu'envers lui-même et leur demande une implication à toute épreuve. « Il était plus "esclavagiste" pour lui-même que pour ses équipes, modère Vincent Dubar. Il savait déléguer mais aussi reprendre du travail à sa charge. » Humain, pédagogue et patient, il sait captiver l'attention des autres, motiver ses équipes et éviter l'autoritarisme à tout prix. Il s'implique directement dans la recherche de solutions, et quand il en trouve une, il n'hésite pas à la partager avec les autres.

Autant de qualités qui lui seront utiles dans son nouveau poste et dans sa mission qui consiste à redynamiser l'innovation française en favorisant les transferts de technologie vers les grands industriels, clients d'Alten. cm

SES 3 DATES CLÉS

1977 Il entre à l'école militaire préparatoire technique du Mans. 1988 Il obtient son diplôme d'ingénieur des Arts & Métiers. 1989 Il rejoint Thales, première étape importante de sa carrière.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0931

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

Plus d'articles