Nous suivre Industrie Techno

« J'ai monté une start-up pendant mes études », Gaspard de Veyrac, étudiant des Mines ParisTech

« J'ai monté une start-up pendant mes études », Gaspard de Veyrac, étudiant des Mines ParisTech

© Mines ParisTech

Gaspard de Veyrac est elève-ingénieur en deuxième année de l'école des Mines ParisTech et membre de l’équipe de Rugby. Avec son ami Jean Guis, ils ont eu l’idée de lancer la start-up Toobber autour d’une application qui met les sportifs en relation. En parallèle de leurs études, ils se sont donc lancés dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Aujourd'hui, Toobber emploie quatre personnes, dont trois élèves des Mines. 

Industrie & Technologies : De quel accompagnement avez-vous bénéficié à Mines ParisTech pour lancer votre projet ?

Gaspard de Veyrac : « Aux Mines, nous avons un module en première année, appelée Acte d’entreprendre, pour inciter les élèves à lancer un projet. Ce n’est pas forcément une start-up, cela peut être un projet humanitaire. Acte entreprendre n’est pas un cours en soi, c’est plutôt un accompagnement. On a par exemple un tuteur, qui est ancien étudiant des Mines. Il nous aide beaucoup au niveau technique, pour développer le code par exemple, et pour trouver des financeurs. On a aussi des rendez-vous réguliers avec des experts, qui peuvent nous conseiller ».

I&T : Comment l’idée vous est-elle venue ?

Gaspard de Veyrac : « Cette idée d’application s’est développée avec Jean, un ami des Mines qui avait déjà travaillé le projet Wematch, une appli de rencontre. Aux Mines, on n'est pas si nombreux et on se retrouve souvent à faire du sport avec les mêmes personnes. Par exemple, pour constituer une équipe de Rugby, il faut 30 personnes, ce n’est pas facile de trouver des coéquipiers. De là nous est venue l'idée d'une application pour mettre les sportifs en relation. On s’est dit qu’on voulait créer une solution très simple à utiliser. Autour de cette idée, on a monté la start-up en parallèle de nos études ».

I&T : Comment avez-vous financé le projet ?

Gaspard de Veyrac : « On a choisi le crowdfounding par kisskissbankbank comme moyen de financement. On bénéficiait déjà de la communauté des élèves comme financeurs potentiels. Aujourd’hui, l’application est en phase de test auprès des kisskissbankers et on souhaite la lancer début mars. De l’idée à la mise en test, il nous aura fallu neuf mois de travail ».

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les étudiants ingénieurs de l'UPS Toulouse développent un robot d'inspection de surfaces pour Airbus

Les étudiants ingénieurs de l'UPS Toulouse développent un robot d'inspection de surfaces pour Airbus

Des étudiants ingénieurs de la filière Systèmes robotiques interactifs (SRI) de l'école d'ingénieurs[…]

Trophées des ingénieurs, éolien offshore, prothèse robotisée … les meilleures innovations de la semaine

Trophées des ingénieurs, éolien offshore, prothèse robotisée … les meilleures innovations de la semaine

Un gravimètre plus précis grâce à la technologie quantique

Fil d'Intelligence Technologique

Un gravimètre plus précis grâce à la technologie quantique

Exclusif : notre classement annuel des écoles d'ingénieurs

Dossiers

Exclusif : notre classement annuel des écoles d'ingénieurs

Plus d'articles