Nous suivre Industrie Techno

J’ai conduit la Logan !

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
A l’occasion de sa visite de l’usine Dacia de Pitesti, Mirel Scherer journaliste à I&T, a conduit la Logan sur les routes roumaines. Il raconte…

Il est 9 heures, mardi 5 octobre 2004. Le soleil brille de tous ses feux annonçant une belle journée d’automne qui illuminera Bucarest, la capitale roumaine. Silviu Sepciu, le responsable du service de presse d’Automobile Dacia m’attend devant l’hôtel Triumf, une imposante battisse en brique rouge, ancienne résidence des caciques du parti communiste.

Il n’est pas venu tout seul. Une Logan bleu métal toute étincelante l’accompagne. Logan ? Vous savez, la fameuse voiture à 5 000 euros dont tout le monde parle, mais pour laquelle il y a déjà trois mois d’attente. Deux ou trois curieux présents sur le perron de l’hôtel s’intéressent du prix et aux options du modèle.

Petit tour du propriétaire provisoire que je suis, pour constater que ce modèle à 8 000 euros - il possède toutes les options - n’est pas si vilain que ça. Je monte à la place du conducteur et je ferme à deux reprises la portière pour vérifier si le bruit est celui d’une « vraie » voiture. Rien à dire, la géométrie est parfaite. Petit tour des accessoires pour noter rapidement qu’on peut écouter un CD grâce au lecteur fixé sur l’originale planche de bord monobloc, régler les rétroviseurs extérieurs électriquement et le siège dans toutes les positions possibles pour s’accommoder avec le volant qui, lui,  n’est pas réglable en hauteur. La direction assistée et les deux airbags complètent cette liste non exhaustive. Je n’oublie pas non plus de regarder les pneus, garants de la sécurité du véhicule, des «Montana» fabriqués par la filiale de Michelin en Roumanie.

Démarrage du moteur de 1,6 l qui équipe ce modèle et nous voici partis vers Pitesti, la ville, à une centaine de kilomètres, où se trouve l’usine qui fabrique la Logan depuis septembre à un rythme de 35 voitures par heure. Le moteur est un brin moins nerveux que celui de la Palio Week End Clim 75 que je possède à Paris, la voiture bon marché de Fiat que certains considèrent, à tort selon moi, comme la concurrente de la Logan. A tort, car la Palio est plus chère, n’a pas connu les mêmes contraintes de conception et je ne crois pas qu’elle s’adresse aux mêmes clients.

J’ai dès les premiers tours de roue la sensation agréable de domination de la route, car l’importante garde au sol de la Logan, conçue pour pouvoir rouler en toute sécurité sur les mauvaises routes de pays où elle sera commercialisée, a l’avantage de hausser le conducteur.

Nous arrivons au premier feu rouge et le conducteur d’une voiture arrêtée à notre niveau nous fait signe de baisser la vitre. Il veut nous poser une question. « Que veut dire l’inscription 1,6 MPI à l’arrière de la voiture », interroge notre interlocuteur, un futur client sans doute. Réponse du tac au tac de Silviu Sepciu : « Multipoint injection ! »

Sortie sans problèmes vers l’autoroute de Pitesti, construite dans les années 1970 et nous voilà lancés à toute allure au mépris des limitations. 120, 140, 170… la voiture prend de la vitesse sans aucune vibration fâcheuse et à 170 km/h on se sent comme en toute sécurité. La Logan dépasse fièrement des Mercedes et autres Audi, le moteur ronronne docilement et nous pouvons ainsi respecter notre rendez vous fixé à 11 h à l’usine Dacia de Mioveni, un village à la périphérie de Pitesti. Pas fatigués du tout, même après avoir traversé des portions d’autoroute un peu sauvages avec des trous et des dénivellements qui prouvent encore une fois la bonne composition de la Logan.

Repos mérité pour la voiture et déjeuner avec polenta, crème fraîche et feta, un des plats roumains traditionnels. Une occasion pour Constantin Stroe, le Vice-président d’Automobile Dacia, et l’un des principaux artisans du succès de la Logan, de nous rassurer avec un calcul rigoureux sur les possibilités de l’usine. Oui, elle pourra faire face aux cadences de production nécessaires pour répondre à l’extension de la commercialisation du modèle en Europe Occidentale.

15 h 30 : retour vers Bucarest à la même allure soutenue, mais comme il fait chaud nous avons mis en marche la climatisation. Une aubaine ! 

Mirel Scherer

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles