Nous suivre Industrie Techno

Isabelle Autissier : NAVIGATRICE ET PRÉSIDENTE DU WWF FRANCE

THOMAS BLOSSEVILLE tblosseville@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Isabelle Autissier : NAVIGATRICE ET PRÉSIDENTE DU WWF FRANCE

© DR

Connue du grand public pour ses exploits en mer, de ses proches pour ses convictions écologiques, Isabelle Autissier a débuté sa carrière... en étudiant les populations de langoustines pour une organisation professionnelle de pêcheurs. Depuis, l'ingénieure agronome a multiplié les courses au large, écrit quatre livres et pris la présidence du WWF France. Pour l'ONG, elle poursuit son combat : réconcilier les humains et leurs myriades de technologies avec la nature.

Son naufrage à mille kilomètres au sud de l'Australie - et quatre jours d'attente au milieu des flots avant l'arrivée des secours - suffirait à faire de son parcours une odyssée hors-norme. C'était en 1994. Mais pour Isabelle Autissier, première femme à avoir bouclé, en solitaire, un tour du monde à la voile (trois ans plus tôt), cette aventure fait figure de vaguelette sur un océan de souvenirs. « Ma plus grande frayeur ? Plutôt la disparition du marin Jerry Roufs pendant la course au Vendée Globe 1996. J'avais, en vain, tenté de le retrouver », confie-t-elle avec amertume. Un regret teinté d'humilité face aux mers indomptables.

À 54 ans, malgré ces péripéties, la navigatrice - et ingénieure agronome - Autissier n'a toujours pas baissé pavillon. Pour débuter 2010, elle a passé trois mois dans la houle du Pacifique sud. Capitaine d'un équipage de trois marins, et autant d'alpinistes, elle a mené une expédition mi-océan, mi-montagne, au départ d'Ushuaia à la pointe sud de l'Argentine. Son voilier a vogué jusqu'en Antarctique, où les alpinistes l'accompagnant ont gravi les pentes de l'île Pierre 1er, « atteinte seulement deux fois par un voilier. Isabelle nous a vraiment conduits dans des lieux d'une beauté incommensurable, où la lenteur prend le pas sur la vitesse », s'émerveille Lionel Daudet, l'un des alpinistes du voyage.

Chroniqueuse radio, écrivaine, créatrice de spectacle, vice-présidente du Grenelle de la mer... Depuis qu'elle a découvert la voile à six ans, Isabelle Autissier a multiplié les cordes à son mât. Depuis janvier 2010, elle préside le WWF France, l'ONG de protection de l'environnement. « Préserver la nature, c'est sauvegarder l'humanité. L'enjeu ? Donner aux gens l'envie de s'investir », lance Serge Orru, directeur général de la branche française de l'ONG. Nul doute qu'Isabelle Autissier relèvera le défi. Portrait d'une ingénieure amoureuse de sa planète.

LA FEMME : À l'écoute de la nature

Ni mari, ni enfants. Mais Isabelle Autissier aurait eu beaucoup à leur apprendre, tant sa soif de découvertes semble infinie. « J'ai toujours voulu aller voir ce que je ne connaissais pas », résume-t-elle. Avant la course au large, la curiosité déjà l'a menée jusqu'à l'École nationale supérieure d'agronomie de Rennes. Au fil de son cursus, la future ingénieure découvre l'étendue du règne animal, végétal, minéral, la chimie, l'économie... « C'est une femme aux connaissances très pointues, très demandée en conférences », assure Serge Orru, du WWF.

Grande lectrice de romans, de bandes dessinées et d'essais philosophiques, elle s'intéresse à tout. Lionel Daudet confirme : « en expédition, je garde un excellent souvenir de nos périodes de quart, passées à discuter de la navigation. Mais aussi de sujets politiques et philosophiques liés à l'environnement ».

Derrière cette curiosité maladive, Isabelle Autissier cache une attention soutenue au monde qui l'entoure. Demandez-lui un souvenir de ses traversées. Avant les naufrages et les records, elle citera la belle houle du Pacifique sud et le premier albatros qu'elle y a croisé. La nature, où elle puise apaisement et harmonie, représente tout pour elle : « là d'où je viens, où je vais, ce qui me fait vivre, ce qui me procure du plaisir », déclame l'amatrice de VTT et de marche en montagne. Loin des clichés du « greenwashing », c'est un profond respect qu'elle éprouve pour la nature. Et pour cause : « en mer, un marin n'a pas le choix. Il doit rester à l'écoute de son environnement. Sinon il est mort », signale-t-elle avec un implacable réalisme. L'attention portée à la nature l'a menée à l'écologie. Comment intégrer les besoins humains à leur milieu naturel ? Comme un marin adapte sa stratégie à l'océan. Avec humilité. Isabelle Autissier disserte à loisir sur la question. Mais pour y répondre, la navigatrice laisse place à la scientifique.

L'INGÉNIEURE : Réconcilier écologie et technologie

Mis à part un aller-retour par an, en avion, à Ushuaia, où est arrimé son bateau, Isabelle Autissier est une écologiste modèle. Elle mange bio, fait du compost, privilégie train et vélo à la voiture... Mais ne la taxez pas d'antiprogressisme. Elle se revendique, au contraire, technophile. « J'ai passé des heures dans les cabinets d'architectes et les chantiers navals. Mes bateaux étaient de vrais bijoux de technologie », répète-t-elle à l'envi.

En son for intérieur, la navigatrice est restée ingénieure. Elle offre au WWF, association surtout composée de militants, « un vrai socle scientifique » selon Serge Orru. Son credo ? Elle tient à réconcilier technologie et écologie, citant Rabelais : « science sans conscience n'est que ruine de l'âme ». Traduction : « toutes les inventions humaines sont les bienvenues. Les problèmes ne viennent pas des technologies. Mais de la manière de les utiliser », nuance-t-elle. Le succès de l'iPhone d'Apple ? « A-t-on vraiment besoin d'être joignable 24 heures sur 24 ? Malgré mes responsabilités au WWF, j'ai passé trois mois en Antarctique... et la Terre a continué de tourner », tranche-t-elle avec humilité.

En bonne capitaine, elle pointe le cap à suivre : la nature n'a pas besoin de l'homme, mais l'homme dépend de la nature. « Un volcan suffit à paralyser le trafic aérien », rappelle-t-elle. Sa solution ? Écouter la nature, toujours. Et ses leçons de bon sens : jamais plantes et animaux ne gaspilleraient leurs ressources, ni n'émettraient de produits toxiques pour eux-mêmes.

Plutôt que de s'opposer aux technologies, l'écologie interroge sur leur pertinence en condamnant la société du jetable. « Il faut inciter les industriels à concevoir des produits qui durent », indique-t-elle, évoquant notamment l'électroménager. Elle s'avoue têtue et ne démordra pas de ces convictions. Pour convaincre consommateurs et industriels de changer de cap, sa force de caractère, forgée en mer, lui sera bien utile.

LA CAPITAINE : Une autorité naturelle

Pour la cause écologique, Isabelle Autissier ne pourra pas se contenter du rôle de porte-voix médiatique. Présidente du WWF France, elle devra aussi mobiliser. Ses proches lui reconnaissent une autorité naturelle. « Elle sait tenir d'une main ferme la barre d'un bateau comme celle d'une association », garantit Serge Orru. « Au quotidien, elle s'impose sans autoritarisme, mène les hommes et les femmes avec gentillesse. Elle sait dire non... mais aussi écouter. »

Ces éloges n'ont rien de gratuit. La navigatrice tire sa légitimité de ses expériences en mer. L'Antarctique, par exemple, illustre souvent les enjeux écologiques, notamment climatiques : « quand Isabelle évoque ce continent, elle sait de quoi elle parle. Elle est allée sur place. Elle en connaît la beauté... et la fragilité », note Serge Orru.

De ses périples, Isabelle Autissier aurait aussi ramené un charisme à toute épreuve. « Elle a une telle connaissance du monde de la mer qu'elle a acquis une immense tranquillité. Sa force intérieure se traduit à l'extérieur par une grande sérénité », témoigne Lionel Daudet. Pour preuve, il évoque leur expédition, début 2010, dans le Pacifique sud : « nous avons louvoyé entre les dépressions. Sauf une nuit particulièrement agitée, où Isabelle a géré la situation. En s'impliquant à ce moment précis, elle a rassuré l'équipage ».

Le calme d'Isabelle Autissier et sa ténacité s'appuient sur de solides convictions. « Il y a 25 ans, quand j'exerçais comme ingénieure, nous alertions déjà sur les risques de surpêche. On nous traitait d'écolos », évoque-t-elle. Résultat : « aujourd'hui 80 % des espèces marines commerciales sont surexploitées ». En cette fin 2010, année mondiale de la biodiversité, les scientifiques évoquent toujours la sixième grande extinction des espèces. La planète s'en remettra. Peut-être pas l'homme. Isabelle Autissier, en tout cas, tentera d'éviter le naufrage.

« J'AI TOUJOURS VOULU ALLER VOIR CE QUE JE NE CONNAISSAIS PAS. »

Si la technologie ne va pas dans le sens de la nature, elle nous berce d'illusions.

SES 3 DATES CLÉS

1978 - Elle termine ses études d'ingénieure agronome. Son premier job : une étude bioéconomique sur les langoustines pour une organisation professionnelle de pêcheurs 1987 - Elle entame une deuxième vie avec sa première course au large. 2000 - Elle décide d'arrêter la course au large et se tourne vers l'écriture, la radio, les spectacles de contes

VIDÉO

Suivez l'enquête du WWF sur le bois illégal au port de La Rochelle www.industrie-technologie.com

SES 3 OBJETS FÉTICHES

SON BATEAU. Amarré à Ushuaia, en Argentine. Elle l'utilise encore chaque année pour parcourir le Pacifique sud. SES LIVRES. Grande lectrice, elle s'est notamment plongée dans le dernier livre d'Éric Orsenna « L'entreprise des Indes » sur la vie du frère de Christophe Colomb. SA PLUME. Provenant d'un pétrel géant, elle lui rappelle ses voyages lointains.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0927

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

Plus d'articles