Nous suivre Industrie Techno

Investir ou s’affaiblir

Investir ou s’affaiblir

© J.C. Bertin pour IT

Il n'y a pas de fatalité à la baisse de l’effort de R&D.

On le craignait, c’est désormais confirmé. La R&D industrielle a fait les frais de la crise économique. Selon le tableau de bord 2010 que vient de publier la Commission européenne, les investissements en recherche et développement des grandes entreprises européennes ont reculé de 2,6% en 2009. Certes, l’Europe a évité le pire puisque la baisse est deux fois moindre qu’aux États-Unis. Mais ce relâchement de l’effort, au moment où les entreprises en Chine, en Inde, en Corée-du-Sud et à Taïwan mettent au contraire le turbo, risque de pénaliser encore plus l’industrie du Vieux Continent.

La situation est particulièrement préoccupante en France qui fait partie des pays où les investissements en R&D ont le plus chuté (–4,5%). Les baisses les plus importantes concernent Alcatel-Lucent (–14%), Thales (–16%), Valeo(–21%), Areva (–24%), Renault (-26%) et Technicolor ex Thomson (–42%). Des chiffres qui témoignent d’un réel désengagement, bien au-delà de la simple recherche d’efficacité.

C’est dangereux à long terme. La R&D prépare l’activité de demain. Relâcher ses efforts, c’est se priver d’opportunités de développement d’avenir. Les conforter, c’est se donner plus de chances pour profiter du retour demain de la croissance.

Au Japon, où la crise se double d’une concurrence féroce avec la Corée-du- Sud, Taïwan et la Chine, les entreprises l’ont bien compris. Elles maintiennent leurs efforts. Plus près de nous, en Espagne, pays pourtant durement frappé par la crise, les entreprises font mieux. Elles boostent leurs dépenses de recherche de 15,4%.

Heureusement, dans l’Hexagone, certaines entreprises ont la sagesse de ne pas céder aux sirènes des économies à tout va: GDF Suez a gonflé ses investissements de R&D de 72%, Veolia de 44%, Nexter de 38%, Seb de 20%, L’Oréal de 5%, Safran de 3%... Dans l’automobile, Michelin se démarque par un petit coup de pouce de 1,5%. Il n’y a pas de fatalité. La crise n’oblige pas à s’affaiblir. C’est même tout le contraire.

Ridha Loukil

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Innover contre le virus] Impression 3D : l’usine d’urgence

[Innover contre le virus] Impression 3D : l’usine d’urgence

Pendant l'été, Industrie & Technologies revient sur plusieurs mois de mobilisation des industriels et des chercheurs pour faire[…]

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Le supercalcul à l’assaut du Covid-19

[Innover contre le virus] Pallier le manque de respirateurs, des makers aux géants de l’industrie

[Innover contre le virus] Pallier le manque de respirateurs, des makers aux géants de l’industrie

[Innover contre le virus] Un début difficile pour les tests RT-PCR

[Innover contre le virus] Un début difficile pour les tests RT-PCR