Nous suivre Industrie Techno

Interactive Biosoftware facilite l’interprétation des génomes

Ludovic Fery
Interactive Biosoftware facilite l’interprétation des génomes

Des moteurs de recherche pour les génomes.

© Interactive Biosoftware

Nos gènes aident à comprendre et diagnostiquer les maladies ou, comme l’espère la médecine personnalisée, à prédire l’efficacité d’un traitement. Mais les généticiens n’ont pas toujours accès à l’information la plus récente et pertinente, ou sont submergés de données. Interactive Biosoftware développe des logiciels qui leur simplifient la tâche.

Les généticiens sont des surfeurs nés. Pour évaluer l’effet d’une mutation, ils sont habitués à jongler entre des dizaines de sites et de bases de données, rechercher les publications ou les études épidémiologiques les plus récentes sur une maladie… mais comment être sûr d’avoir accès à l’information la plus pertinente pour le patient ?

Pour Interactive Biosoftware, société créée avec l’appui d’une unité de génétique clinique au CHU de Rouen, la réponse devait venir d'un logiciel informatique. Les deux fondateurs, André Blavier et Francis Wolinski, ont dans l’idée de mettre à disposition des généticiens un outil d’aide à la décision. Intérêt bientôt confirmé par une enquête de marché auprès des dirigeants de grands laboratoires de génétique.

Le premier logiciel développé est Alamut, moteur de recherche au sein de la base de données d’Interactive Biosoftware, regroupant des informations issues à la fois de sources publiques (Human Gene Mutation Database, Ensembl, Single Nucleotide Polymorphism Database…) et privées. Le généticien renseigne la mutation qui l’intéresse dans l’explorateur, et peut visualiser instantanément ses effets, au niveau du génome, mais aussi éventuellement pathogènes. 

Pari sur le séquençage de nouvelle génération

Forts de ses 220 clients, la start-up de bioinformatique réalise 80 % de son chiffre d’affaires à l’étranger, pour l’essentiel en Europe. Les clients d’Alamut sont des laboratoires d’analyse génétique, des cliniques spécialisées en cancérologie, de grandes universités… Le logiciel, qui coûte environ 4 000 euros la première année, puis 1 000 euros tous les ans pour sa mise à jour, est surtout utilisé à des fins diagnostiques.

Interactive Biosoftware ne pouvait ignorer l’arrivée du séquençage haut débit, qui promet de faire baisser drastiquement le coût de l’analyse des génomes. Alamut HT, commercialisé depuis début mai, permet certes de rechercher les effets de milliers de variations. Mais l’utilisateur doit encore faire le tri dans les résultats. Pas d’extension prévue à l’horizon pour des médecins généraliste, voire des particuliers.

« Le séquençage haut débit ouvre peut-être un nouveau marché de ce côté, mais il est pour l’instant trop incertain. Nous préférons nous adresser aux généticiens, oncologues et cliniciens qui ont aujourd’hui la main sur le diagnostic. Ce que nous proposons n’est d’ailleurs qu’un des indices, avec les symptomes ou l’histoire familiale », précise Francis Wolinski.

Ludovic Fery


Interactive Biosoftware en bref :
Date de création : avril 2007
Créateurs : André Blavier et Francis Wolinski
Implantation : Seine Biopolis, Rouen (76)
Effectif : 5
Chiffre d’affaires : 650 000 euros en 2011
Téléphone : 02 76 78 10 51
Email : info@interactive-biosoftware.com
Site : www.interactive-biosoftware.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Cyberattaques : l’industrie fortement touchée en 2020 selon IBM Security

Cyberattaques : l’industrie fortement touchée en 2020 selon IBM Security

Dans son dernier rapport annuel des menaces cyber, IBM Security pointe un doublement des attaques contre les industriels, notamment ceux en[…]

"La France a l'opportunité de faire naître des leaders mondiaux du quantique", affirme Christophe Jurczak, le cofondateur de Quantonation

Dossiers

"La France a l'opportunité de faire naître des leaders mondiaux du quantique", affirme Christophe Jurczak, le cofondateur de Quantonation

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

Plan cybersécurité : « C'est un très bon début mais il nous reste du chemin à faire pour répondre au secteur industriel», estime Jean-Noël de Galzain d'Hexatrust

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

« Il faut former beaucoup plus sur les risques de cyberattaques » lance Marc-Oliver Pahl, chercheur à l’IMT Atlantique

Plus d'articles