Nous suivre Industrie Techno

Interview

Intelligence artificielle : la France a-t-elle les moyens de ses ambitions?

Intelligence artificielle : la France a-t-elle les moyens de ses ambitions?

© DR

Fin mars, le mathématicien et député Cédric Villani remettait au président de la République son très attendu rapport sur l’intelligence artificielle. Dans la foulée, Emmanuel Macron annonçait sa stratégie pour faire de la France un acteur majeur du secteur. Les pistes avancées seront-elles suffisantes ? Olivier Ezratty, conseiller en stratégies de l'innovation et Antoine Petit, PDG du CNRS, confrontent leurs points de vue sur le sujet.

Industrie & Technologies : Le rapport Villani sur l’intelligence artificielle (IA) milite notamment en faveur de la recherche… qui est pourtant déjà bien reconnue. Ne vaudrait-il pas mieux stimuler en priorité ses applications industrielles ?

Olivier Ezratty : Les chats font des chats ! Le rapport a été rédigé par des chercheurs, il est logique qu’il milite en faveur de la recherche. Sa vision, qui veut que lorsque l’on a de bons chercheurs, on devient innovant, est bien trop linéaire. L’histoire a montré que ce n’est pas vrai. L’innovation dépend de la capacité à marier la recherche, l’ingénierie, le marketing et le business.

Antoine Petit : Par pitié, n’entrons pas dans ce débat franco-français, que je croyais complètement dépassé, qui consiste à opposer recherche et entreprises ! Ce qui fait la force des écosystèmes à l’étranger, c’est précisément de faire travailler ensemble les uns et les autres. D’ailleurs, pourquoi les plus grandes entreprises mondiales de l’IA viennent-elles s’installer en France ? La réponse est simple : pour recruter plus facilement les meilleurs étudiants et chercheurs. Il faut donc faire les deux.

 

I&T : La stratégie annoncée par le président de la République insiste aussi sur l’éthique de la recherche. Est-ce une bonne chose ou une erreur ?

A. P. : Opposer l’éthique et le business n’a pas de sens. La France et l’Europe doivent prendre en compte cette dimension. C’est d’autant plus indispensable que l’éthique n’est pas, comme on le laisse parfois croire, un concept universel. Elle s’appuie sur la culture, qui dépend de la zone géographique considérée. Pour autant, la France et l’Europe ne doivent pas s’en préoccuper exclusivement, en laissant la création d’emplois et de valeur à l’Asie et aux États-Unis. Notre pays doit se donner les moyens de profiter de ses talents, reconnus par les plus grandes entreprises mondiales qui viennent s’y installer afin de les recruter plus facilement.

O. E. : Je ne dis pas qu’il ne faut pas s’en préoccuper, mais je trouve gênant de se focaliser sur ce volet, alors que la prise en compte de la dimension industrielle, elle, est faible. Avec cette stratégie déséquilibrée, on risque de ne gagner sur aucun plan. Il me semble aussi que l’expression de cette forte préoccupation est un moyen de rendre l’IA acceptable dans l’opinion, en brandissant une forme de principe de précaution autour d’une technologie dont on ne connaît pas encore les tenants et les aboutissants. C’est le miroir de l’anxiété française face aux nouvelles technologies.

Plusieurs commentateurs se sont étonnés que le rapport Villani soit à ce point centré sur la France, alors que le marché de l’IA est mondial. Qu’en pensez-vous ?

O. E. Ce document est tellement focalisé sur le marché français qu’il en est presque une caricature. Il y est question de l’état qui doit se moderniser, des entreprises françaises, d’expérimentations autour de la santé en France… Une vraie stratégie industrielle consisterait à se poser la question de ce que nous pourrions faire pour le monde. La dimension internationale du rapport est extrêmement maigre.

A. P. Il est toujours possible – attitude bien française – de critiquer tel ou tel point, telle ou telle absence dans ce document. Le plus important est le signal qu’envoie ce rapport, et celui qu’a donné le président de la République au Collège de France, immédiatement après sa remise. Ce signal, essentiel, vise à positionner la France comme un pays qui a l’ambition de compter dans la compétition internationale dans ce domaine clé.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1010-1011

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Circuit de chaleur, 3IA Grenoble, Ghryd ... les meilleures innovations de la semaine

Circuit de chaleur, 3IA Grenoble, Ghryd ... les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Académiques et industriels lancent à Grenoble l’institut 3IA dédié à l’intelligence artificielle

Jeux vidéo : Facebook crée un avatar à votre image

Focus

Jeux vidéo : Facebook crée un avatar à votre image

Quantique, IA et exascale... La simulation repousse ses frontières

Quantique, IA et exascale... La simulation repousse ses frontières

Plus d'articles