Nous suivre Industrie Techno

Lu sur le web

Intelligence artificielle : Google investit dans un centre de recherche allemand

Intelligence artificielle : Google investit dans un centre de recherche allemand

© DFKI

Le géant de la Silicon Valley vient d'investir dans le German Research Center for Artificial Intelligence (DFKI), qui regroupe plus de 400 chercheurs issus du monde entier. Le montant de l'opération n'a pas été révélé, mais cet investissement a permis à Google de rejoindre une batterie d'industriels et d'éditeurs de logiciels déjà partenaires de la structure. Parmi eux : Airbus, BMW ou encore Microsoft et SAP.

Google poursuit ses emplettes dans l’intelligence artificielle. Dernière opération en date ? Un investissement dans le German research center for artificial intelligence (DFKI).

Fondé en 1988, ce centre de recherche s’est spécialisé dans le traitement du langage, l’intelligence embarquée, les outils de gestion de connaissances, la réalité augmentée et le Data Mining. Doté d’un budget annuel de plus de 40 millions d’euros en 2015, le DFKI est présent dans quatre villes allemandes : Kaiserslautern, Saarbrücken, Bremen et Berlin. Il regroupe actuellement plus de 450 chercheurs de haut niveau, dont Georg Heigold, l’un des pionniers des algorithmes de Deep Learning, qui a travaillé pendant plusieurs années chez Google. Environ 370 étudiants diplômés coopèrent également avec la structure dont les recherches ont abouti à la création de nombreuses start-up.

Le montant de l’investissement n’a pas été révélé, mais il aurait permis à la firme de Mountain View d’obtenir un siège au sein du conseil d’administration. Par ailleurs, grâce à cette opération, Google rejoint une batterie d’industriels déjà partenaires de l’organisation, précise le site Techcrunch qui rapporte l’information. Parmi eux : Airbus, BMW, Intel, Microsoft ou encore Nuance (spécialiste de la reconnaissance vocale), SAP et Deutsche Telekom.

« Je suis sûr que nous pouvons révolutionner la mobilité, le mode de vie et la manière de travailler du futur avec la prochaine génération de systèmes d’assistance autonomes », assure le docteur Wolfgang Wahlster, CEO de DFKI, dans un communiqué de presse officiel.

Techcrunch rappelle que ce n’est pas la première fois que le géant de la Silicon Valley mise sur le Vieux Continent pour renforcer son expertise en matière d’intelligence artificielle. En 2014, Google a versé plus de 400 millions de dollars pour faire l’acquisition de la start-up britannique DeepMind. La firme de Mountain View a également soutenu financièrement à plusieurs reprises les recherches en IA menées par l’Université d’Oxford.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

Big Data Paris : optimisation sous contrainte et machine learning, les clés de Fashion Data pour rendre la mode « éco-rentable »

La jeune pousse Fashion Data, fondée en 2019, a remporté les Trophées de l’innovation dans la catégorie start-up,[…]

« L’automatisation et l'IoT au service de la production sont plus que jamais stratégiques », soutient Paola Jesson, co-fondatrice du SIDO

« L’automatisation et l'IoT au service de la production sont plus que jamais stratégiques », soutient Paola Jesson, co-fondatrice du SIDO

Neuralink : « Le travail accompli est remarquable mais il manque des détails techniques clés », juge Guillaume Charvet (Clinatec)

Neuralink : « Le travail accompli est remarquable mais il manque des détails techniques clés », juge Guillaume Charvet (Clinatec)

Pour bien commencer la semaine, le point sur l’immunité face au Covid-19

Pour bien commencer la semaine, le point sur l’immunité face au Covid-19

Plus d'articles