Nous suivre Industrie Techno

Intelligence artificielle : Facebook présente M, futur concurrent de Siri et de Google Now

Intelligence artificielle : Facebook présente M, futur concurrent de Siri et de Google Now

© Capture d'écran Facebook

Le réseau social teste un assistant personnel numérique. Baptisé M, il est directement intégré à Messenger, la messagerie de Facebook. Seule une poignée d'utilisateurs californiens pourra tester en avant-première le nouveau service, basé sur un système d’intelligence artificielle entraîné et supervisé par des humains.

Les nombreux investissements de Facebook en matière d’intelligence artificielle pourraient bientôt devenir concrets pour le milliard d’utilisateurs du réseau social. Comme Apple avec Siri, Microsoft avec Cortana ou encore Google Now, la firme de Mark Zuckerberg entend, elle aussi, développer son propre assistant personnel virtuel.

Une intelligence artificielle entraînée et supervisée par des humains

Sur sa page Facebook, David Marcus en charge des services de messagerie du réseau social, a annoncé que Facebook testait actuellement un nouveau service baptisé simplement M : « M est un assistant personnel numérique à l’intérieur de Messenger qui effectue des tâches et trouve des informations pour vous. » Selon cette publication, le service fonctionnerait grâce à un système d’intelligence artificielle entraîné et supervisé par des personnes réelles.

Pour rappel, Facebook a recruté en décembre 2013 le français Yann Lecun, spécialiste des algorithmes de deep learning. Anciennement appelés réseaux de neurones artificiels, ces algorithmes d’apprentissage profond constituent une technique particulière du machine learning, ou apprentissage automatique en français. Ces modèles de calculs calquent grossièrement le fonctionnement de notre cerveau et reposent sur plusieurs couches de neurones artificiels (ou unités de calcul) organisées de façon hiérarchique. Ainsi, les couches inférieures cherchent d’abord à catégoriser les éléments les plus simples avant de s’attaquer à des caractéristiques plus complexes. Ces méthodes sont notamment utilisées pour la reconnaissance d’objets dans une image où la reconnaissance vocale.

Mais pour fonctionner correctement, les algorithmes de deep learning doivent d’abord être entraînés. Les chercheurs nourrissent ainsi le modèle de calcul de millions d’exemples étiquetés et ensuite, en fonction des résultats, vont ajuster ses paramètres pour que lorsque la prochaine fois qu’il voit un exemple similaire, il donne la réponse la plus juste possible. On parle alors d'apprentissage supervisé.

M, déjà plus performant que ses concurrents ?

David Marcus assure, par ailleurs, que M va bien plus loin que les services similaires disponibles sur le marché. M serait ainsi en mesure d’acheter des objets, de faire livrer des cadeaux, de réserver une table au restaurant, ou encore de programmer un voyage et d’arranger des rendez-vous.

Le post Facebook est accompagné de plusieurs captures d’écran où l’on peut voir, par exemple, une conversation entre l’utilisateur et l’assistant personnel, qui apparaît comme un contact :

-          Je vais à Chicago la semaine prochaine. J’aimerais y manger  un bon burger. Où devrais-je aller ?

-          Les gens raffolent du Command Burger. Est-ce que tu veux que je réserve ?

-          Oui, ce serait génial !

David Marcus précise que M n’est qu’à ses balbutiements et qu’il se développera progressivement avant qu’il ne devienne un service accessible à tous et permette aux utilisateurs « de consacrer plus de temps aux choses importantes de leur vie ».

Selon les informations du magazine Wired, seules quelques centaines d’utilisateurs de la région de San Francisco pourront tester le nouveau service en avant-première. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

L'électronique neuromorphique, inspirée du cerveau, a le potentiel de disrupter le marché dans la prochaine décennie.[…]

Comment l'implant cérébral de Clinatec permet de commander un exosquelette par la pensée

Comment l'implant cérébral de Clinatec permet de commander un exosquelette par la pensée

EuraTechnologies renforce son incubateur dédié à l'industrie

EuraTechnologies renforce son incubateur dédié à l'industrie

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Cyberattaque Triton, puce quantique Sycamore et Starship… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles