Nous suivre Industrie Techno

Intelligence artificielle : Facebook distribue plus de 170 GPU aux universités européennes

Intelligence artificielle : Facebook distribue plus de 170 GPU aux universités européennes

La carte des 15 groupes de recherches européens qui recevront des serveurs dotés de GPU dernière génération.

© Facebook

Le réseau social va donner 22 serveurs, dotés de huit GPU chacun, à 15 groupes de recherche européens, dont trois français. Facebook mise sur la communauté scientifique pour accélérer les progrès en matière de vision par ordinateur et de traitement et de compréhension du langage. Des domaines de recherche qui trouvent des applications dans le développement des nouveaux médicaments, l'analyse d'images médicales ou encore la sécurité routière.

Pour accélérer en intelligence artificielle, Facebook mise sur la communauté scientifique. En février dernier, le réseau social avait ainsi donné le coup d’envoi d’un programme européen de don de GPU (unités de calcul graphique) de dernière génération pour permettre aux équipes de recherche universitaires d’accéder à d’importantes puissances de calculs. On connaît désormais le nom de toutes les équipes de recherche bénéficiaires.

Trois groupes de recherche français

Outre l'université technique de Berlin qui a bénéficié en avant-première de ce programme, quinze autres groupes européens vont recevoir, d’ici la fin de l’année, des serveurs d’une valeur de 50 000 euros et dotés de 8 GPU chacun. Parmi eux, trois sont situés en France : le groupe dirigé par le professeur Patrick Gallinari de l’université Pierre et Marie Curie (UPMC), le laboratoire informatique de l’Ecole normale supérieure (ENS) et l'équipe Thoth d'Inria Grenoble, dirigée par Cordelia Schmid, grande spécialiste de la vision par ordinateur.

La sélection s’est faite selon plusieurs critères : la nature du travail des équipes, le potentiel impact positif de ces travaux pour la société, la diversité géographique et, enfin, les besoins en puissance de calcul des équipes candidates.

Plusieurs millions de millions de calculs par seconde

L’objectif de cette donation, d’une valeur totale d’un million d’euros, est de faciliter le travail des laboratoires. « La recherche en intelligence artificielle est parfois limitée par les moyens de calcul disponible » note Yann Lecun, le directeur du laboratoire Facebook Artificial Intelligence Research (Fair). La démocratisation des GPU (unités de calcul graphique), initialement développés pour le monde du jeu vidéo, a ainsi joué un rôle clé dans les avancées en intelligence artificielle. Ces processeurs graphiques permettent, en effet, de faire tourner des réseaux de neurones beaucoup plus profonds. Ainsi, de quelques centaines d’unités de calcul interconnectées, les algorithmes de deep learning s’appuient désormais sur des centaines de milliers d’unités de calcul.

« Ces cartes fabriquées par Nvidia sont capables d’effectuer plusieurs millions de millions de calculs par seconde. Et les huit cartes GPU d’un serveur peuvent travailler de manière parallèle. Il est ainsi possible d’entraîner un modèle de réseau de neurones artificiels. Cela peut prendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines », précise Yann Lecun.

Faciliter le développement de nouveaux médicaments et améliorer la sécurité routière

Plus précisément, le réseau social espère faire avancer la recherche en matière de vision par ordinateur et de traitement et de compréhension de la langue. Ces domaines de recherche peuvent avoir des applications dans de nombreux secteurs. « Dans le développement de nouveaux médicaments, les méthodes d’apprentissage automatique sont utilisées pour prédire les affinités entre molécules », explique Yann Lecun. Toujours dans le monde de la santé, les algorithmes de deep learning se révèlent particulièrement pertinents pour l’analyse d’images médicales. « Ils permettent d’attirer l’attention du praticien sur des zones suspectes », note le spécialiste. Autre domaine d’application : la sécurité routière. « C’est un domaine extrêmement actif. Cela va sauver des vies, tout simplement », assure le directeur de Fair.

Le réseau social ne s'en cache pas. Ce programme européen est aussi un moyen de tisser de solides relations avec les différents laboratoires et de former des personnes que Facebook pourra ensuite recruter…

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec AI4GEO, CS Group veut créer un Google Earth Engine augmenté

Avec AI4GEO, CS Group veut créer un Google Earth Engine augmenté

Lancé le 10 décembre pour une durée de 4 ans et porté par CS Group, le projet AI4GEO a pour but de créer une[…]

12/12/2019 | 3DEspace
L'open source séduit toujours plus les entreprises françaises et s'impose pour l'IA et la blockchain

L'open source séduit toujours plus les entreprises françaises et s'impose pour l'IA et la blockchain

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Avec le jumeau numérique de Cosmo Tech, Renault optimise sa production de moteurs

Plus d'articles